Fragmentations versus continuités urbaines

FRAGMENTATIONS VERSUS CONTINUITES URBAINES

Ce carnet de recherche vise à mettre en débat certaines recherches menées au sein du Laboratoire Population Environnement Développement (LPED – IRD/Aix Marseille Université, axe TRAMES). Depuis plusieurs années, des géographes, écologues et sociologues analysent les transformations urbaines, sociales, environnementale et politiques de l’agglomération marseillaise et de villes des suds. Ils interrogent les formes de différenciation spatiale : entre fragmentations, inégalités et continuités territoriales. Ces travaux sont marqués à la fois par une articulation des échelles, une approche empirique, une analyse simultanée des paysages, de l’environnement et de la matérialité urbaine. L’approche interdisciplinaire et comparée repose sur une volonté commune, de s’intéresser aux formes, aux dynamiques et aux impacts de la diversité, de l’hétérogénéité et de la fragmentation urbaine sur les urbanités et les modes de vie.

Les concepts de fragmentation et de continuités sont partagés par les sciences sociales et les sciences de l’environnement appliquées aux espaces urbains.  L’analyse des formes et dynamiques concrètes de ces processus en tension met en question la fameuse « durabilité » des territoires et  leurs « transitions », tant prônées par les politiques publiques…  Nous sommes partis du concret et du visible :  l’observation simultanée du mouvement d’enclosures urbaines rapide qui fractionne des parties entières de la ville en mosaïques et  celle du cloisonnement environnemental urbain, avec des espaces de nature intra-urbains qui sont de plus en plus souvent des espaces de statuts privés, exclusifs et gérés de manière atomisée. 

Les travaux menés visent à caractériser les conditions de la durabilité des territoires au travers de l’analyse de la justice spatiale et environnementale, la production des inégalités ou encore l’accessibilité aux aménités urbaines. Les terrains présentés ici sont centrés sur l’agglomération marseillaise, mais aussi développés dans une optique comparative avec les Suds (Amérique du Sud et Afrique principalement).

Ce carnet a donc pour objectif de donner à voir un état des lieux de recherches au travers de plusieurs programmes récents qui n’ont  donné lieu qu’à quelques publications.

Fragmentation résidentielle,  disparités sociales,  et mise en question des urbanités (depuis 2007, recherches sur les enclaves résidentielles à Marseille : quelles urbanités pour une ville fragmentée ? ») ;
Fragmentation scolaire à Marseille (thèse G.Audren)

Enjeux de la « qualité environnementale » et de ses inégalités (recherche ANR EUREQUA « Evaluation mUltidisciplinaire et Requalification Environnementale des QUArtiers » 2012-2017) ;
– Les jeunes et la ville : espaces vécus, représentations et projets des jeunes (GRAPHITE « Villes en projets »)

Nous ne reviendrons pas ici sur les débats critiques qui opposent néolibéralisation, individualisation,  résidentialisation, désengagement public de la gestion des espaces Vs égalité des territoires, inclusion, droit à la ville,  justice spatiale, action publique…  Pour faire court, disons que nous cherchons à contribuer ici à une analyse concrète  des contradictions internes d’un modèle de développement urbain insoutenable.

Comment peut-on mesurer et quantifier la fragmentation sous ses diverses formes et dynamiques ? Comment vit-on dans une ville cloisonnée ? Quels problèmes quotidiens, quels conflits nouveaux peuvent en émerger ? L’urbanité est-elle soluble dans la résidentialisation ? Comment se jouent les tensions entre cloisonnements et cohésion territoriale ? Quelles crises, quelles résiliences, quels dépassements peuvent en émerger ? Quels éclairages la géographie, humaine avec son approche holistique, apporte-t-elle à la réflexion ?

Nous avons d’abord voulu mettre ces idées à l’épreuve d’un terrain et de sa complexité en y construisant un appareil méthodologique cohérent : ici, principalement, l’agglomération marseillaise,  territoire multiculturel et contrasté,  considéré comme socialement intégrateur, mais doublement fragmenté, d’un point de vue physique et social, aux portes de vastes espaces communs de « nature » et de biodiversité (Méditerranée, Calanques). Marseille constitue pour nous un « laboratoire » d’analyse permettant de tester nos concepts et méthodes. Les conditions « objectives » de la durabilité et des équilibres ne semblent guère réunies eu égard à l’ampleur des inégalités, de la pauvreté, des disparités d’accessibilité aux aménités urbaines et équipements, de fortes pressions vers le repli résidentiel, l’entresoi social et la relégation des plus pauvres (qui résistent).

Les travaux que nous commençons à présenter s’intéressent donc aux dynamiques de cette urbanisation « insoutenable » tant du point de vue environnemental que social…  et au paradoxe qui fait que, malgré tout, cette ville à forte identité « fonctionne » socialement, à sa manière, au travers de compromis citadins multiples et constants et d’arrangements à tous les niveaux. Une ville où nous vivons, qui nous énerve et nous stimule, et que nous aimons….

L’originalité de nos approches est d’aborder ces questions de manière intégrée et dynamique, car nous considérons la ville comme un territoire historique et multidimensionnel. Nous attachons donc autant d’importance à diverses approches de l’urbanisation : géohistoriques, environnementales (discontinuités et inégalités écologiques et bioclimatiques, accès aux aménités), humaines au sens de socio-spatiales (géographie des inégalités de revenus, logement,  pauvreté), socio-anthropologiques (séparatismes, sentiment d’injustice et revendications), politiques (régulations, contradiction des actions publiques, contestations) ou économiques (action croissante d’opérateurs privés dans la production et la gestion urbaine).  Cette brève concession au cloisonnement des approches nous ramène aux formes d’humanité prises en compte par l’approche géographique…  nous résumons cela ici par le terme d’urbanicité

E.Dorier.


Ces travaux ont été principalement menés en collaboration avec V.Baby-Collin (UMR Telemme), I.Berry-Chickhaoui (UMR Art-Dev), S.Bridier et X.Durang (LPED).  Une thèse soutenue (G.Audren, 2015, codirigée avec V.Baby-Collin), 3 thèses en cours (P.Toth et J.Dario, D.Rouquier codirigées avec S.Bridier) et de nombreux masters dirigés au LPED contribuent à ces approches. Des enquêtes ont été conduites grâce à des contrats de partenariats externes (PUCA, Ville de Marseille, région PACA).