GRAPHITE / Villes en projets : Méthodologie d’un dispositif expérimental

Méthodologie du projet GRAPHITE

 

 (poster conçu par l’équipe avec Clémence Goupil, stagiaire de master)

Les élèves cartographient d’abord sur le web et de manière anonyme leurs lieux de vie (domicile, « activités » extra-scolaires), puis les endroits jugés « attractifs » « répulsifs » ou « à aménager ».  Des débats animés en classe, et sur le terrain permettent de questionner  ces avis spontanés et de commenter les cartes.  Les groupes choisissent ensuite des territoires de projets.  Accompagnés par leurs professeurs et des chercheurs du Laboratoire Population Environnement Développement, les élèves réalisent des visites de terrain sous forme de « diagnostic en marchant » en soumettant leurs idées au groupe de pairs et aux enseignants, chercheurs et éventuellement professionnels. La phase de réflexion, d’élaboration de diagnostic illustré et de projet aboutit enfin à une présentation publiqueChaque phase de ce projet, mené en équipe, permet aussi aux chercheurs du LPED d’étudier la relation des jeunes avec la ville.

En 2016, selon cette méthodologie, 7 classes de 6 lycées marseillais (210 élèves) ont ainsi élaboré des cartes de leurs espaces de vie, puis 47 projets d’aménagements urbains qu’ils ont pu présenter à des représentants des collectivités territoriales.

En 2017,toujours selon la même méthodologie, 19 classes de lycées et collège de la région (10 à Marseille et 9 en PACA) ont participé au projet Graphite et 104 projets d’aménagements urbains ont été élaborés par les élèves. Ils ont pu présenter leurs travaux à des représentants des collectivités lors d’une restitution publique le 8 juin 2017 à l’Université St Charles (Marseille).

Les premières analyses exploratoires du projet GRAPHITE 2016 sont consultables sur : Les jeunes et la ville : représentations, lieux de vie, pratiques.

 



Vous aimerez aussi...