Fragmentation urbaine et accessibilité – J. Dario

« Fragmentation urbaine et qualité environnementale, une étude des continuités et discontinuités de la trame viaire à Marseille« 

J. DARIO, Thèse en cours (2012-), sous la dir. d’E. Dorier et S. Bridier

 

Mots clefs : Recompositions territoriales – fragmentation socio-spatiale – gestion des espaces publics / privés – ensembles résidentiels fermés – enclavement, réseaux de transport – perméabilité viaire – qualité environnementale – détours – accessibilité – espace urbain – gestion de la ville – politique de la ville

Description du projet : La thèse se focalise sur les effets de rupture liés aux enclosures résidentielles, ruptures physiques (accessibilité) et sociales, leurs impacts (par exemple sur l’usage des transports en commun, les mobilités douces) et les conflits de voisinage qui résultent des enclosures. La clôture « ex-post »  est sans doute l’expression la plus visible de la fragmentation des territoires car elle marque dans l’espace une volonté de différenciation et de séparation. Par extension, les enclosures de résidences, mais surtout de rues interrogent fortement le rapport entre espaces privés et espaces publics, la clôture devenant de plus en plus la marque reconnaissable des espaces privés.

Paradigme de la post-modernité, la «  franchise  » territoriale représente ces emprises de plus en plus vastes et nombreuses dans l’espace urbain concédées à des gestionnaires privés (promoteurs, syndics ou associations syndicales libres de résidents…). Dans ce contexte, la perception de la rue considérée comme un lieu d’usage public et structurant de l’espace urbain est fondamentalement en crise.

L’effet le plus visible se lit sur le tracé de la trame viaire, celle-ci ayant de plus en plus tendance à s’apparenter à un modèle dichotomique de grandes voies rapides publiques et ouvertes s’opposant aux entrelacs fermés de rues locales et privées. Dans ce contexte, les voies secondaires manquent de plus en plus fortement aux tissus urbains. A ce titre, la trame viaire devient dans sa globalité moins « perméable » aux déplacements motorisés, aux modes « doux » etc.
Ainsi, une réflexion sur l’impact de ces recompositions spatiales liées aux clotures et particulièrement, sur les continuités viaires, se justifie car elle interroge la notion des régulations publiques et celle de «  qualité environnementale  ». Celle-ci se définissant certes dans une acception écologique (qualité de l’air, de l’eau, pollution, des sols…) mais aussi «  humaine  », ce qui revient à parler d’un «  environnement de vie  » des individus (densité et répartition des aménités locales, accessibilité aux services de base…)

Enquêtes, analyses spatiales et modélisation font ressortir la faible perméabilité de la trame viaire dans certaines parties de la ville. L’accessibilité est affectée, les points de blocage principaux étant donné l’intensité du trafic, l’impact sur la conception de la qualité environnementale par les résidents et les mécanismes juridiques, politiques et sociaux de ces fermetures.

Les méthodologies utilisées sont  diverses : observations directes, relevés de terrains, analyse par systèmes d’information géographique, gestion de bases de données, entretiens qualitatifs avec des résidents, des acteurs publics etc.


Vous aimerez aussi...