Qualité environnementale et aménités urbaines – Thèse en cours – D. ROUQUIER

« Géographie et planification du cadre de vie à Marseille. Enjeux d’urbanisme, accessibilité, usages et participations habitantes »

D. ROUQUIER, thèse en cours (2015-),

sous la dir. d’E. Dorier et S. Bridier, CIFRE avec l’agAM (Agence d’urbanisme de l’Agglomération Marseillaise)

 

Depuis Novembre 2015, l’agAM a pris part à une Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE) dans le domaine des sciences géographiques et de l’aménagement. Pour une durée de trois ans, elle vise à renforcer la synergie entre acteurs techniques (agAM, collectivités) et scientifiques (Aix-Marseille Université LPED, axe TRAMES) du territoire autour d’une thèse de doctorat portant sur le cadre de vie des Marseillais.

Une résidence fermée à Marseille, 9ème arrondissement © LPED, AMU

La thèse de Damien Rouquier (doctorant en sciences géographiques à l’AMU), co-dirigée par Elisabeth Dorier (Géographe, Professeure à Aix-Marseille Université, LPED) et Sébastien Bridier (Géographe, Géomaticien, Maître de Conférence à Aix-Marseille Université, LPED),  favorise un rapprochement fructueux entre les deux institutions.

La collaboration vise donc non seulement à accentuer le partage de données et de connaissances, mais également à rechercher les meilleurs outils et méthodes pour aménager le territoire.

Cette démarche innovante s’appuie sur une complémentarité essentielle entre l’analyse scientifique de fond et les impératifs opérationnels. Elle implique des réunions régulières entre les acteurs, la production de données et d’analyses transversales, l’acquisition et le transfert de compétences à haut niveau de qualification.

Objectifs de la thèse

Face à la fragmentation sociale et spatiale des espaces urbains contemporains et des pratiques citadines, comment réguler par l’aménagement du territoire les inégalités environnementales marseillaises ?

De par ses héritages multiples, ses spécificités et ses évolutions propres, Marseille présente des inégalités sociales et spatiales importantes. La commune marseillaise jouit également d’atouts potentiels : socle naturel important, vaste superficie et une offre diversifiée d’équipements et de services collectifs, y compris associatifs. Quel impact cela peut-il avoir sur l’accès aux aménités (éléments procurant du « bien-être ») ?  Est-ce que ce « patrimoine » profite à tous ? Est-il approprié, articulé avec la demande sociale locale ? Comment réunir les diverses pratiques et attentes citadines autour de ces biens communs ?

Telles sont les questions que la thèse contribuera à éclairer. L’objectif sera de renforcer la cohésion urbaine par la régulation ciblée des inégalités d’accès à un bon « cadre de vie », alimentant une revitalisation de certains quartiers.

Elle fournira dans ce but une méthodologie et des outils d’analyse territoriale multidimensionnelle de suivi de l’environnement urbain (liant dimensions sociale et environnementale). Elle s’appliquera aux spécificités du contexte marseillais tout en restant réplicable à d’autres espaces urbains comparables.

 

 


Vous aimerez aussi...