Les jeunes et la ville : le projet

Un regard sur les pratiques et représentations des jeunes dans la ville

Ce dispositif intitulé GRAPHITE / VILLES EN PROJETS (« Géographie prospective des territoires urbains »)[i] , à la fois scientifique et pédagogique est une recherche sur l’habiter et les urbanités dans la ville fragmentée couplée à une initiation des jeunes à l’aménagement de « villes durables », notion récemment introduite dans les programmes scolaires.  Le projet, expérimenté à Marseille en 2016, se déroule en 2017 dans 13 établissements secondaires de la région PACA. Il invite des jeunes à observer, comprendre et investir leurs territoires urbains. Avec l’appui de chercheurs, de médiateurs et de leurs enseignants, des lycéens adoptent une démarche d’enquête géographique appliquée au projet de territoire. Leur expertise, leurs témoignages sur leurs espaces de vie, leurs observations, leurs remarques, leurs idées, nourrissent, en retour, notre  réflexion scientifique sur les territorialités et les citadinités urbaines.

Des démarches de « géographie prospective des territoires urbains » ont été testées depuis 2014, en lien avec les nouveaux programmes de géographie, dans plusieurs académies, notamment celles de Lille et de Lyon. L’originalité de la démarche menée à Marseille est son articulation étroite avec un questionnement scientifique plus large sur les formes et effets de la fragmentation urbaine (résidentielle, scolaire…).

Des enjeux pédagogiques et civiques

Ce projet s’appuie sur des orientations pédagogiques nationales, qui ont fait l’objet d’un fort renouvellement (Lange, 2008). En effet, l’introduction de l’éducation au développement durable dans les programmes de l’enseignement secondaire français de géographie a été récemment enrichie par de nouvelles orientations (notions d’ « habiter », « ville durable », « prospective territoriale », « territoires de proximité »). Elle se double d’encouragements à la « transition pédagogique » vers une démarche active des élèves, et à l’usage d’outils numériques.

 L’objectif pédagogique d’un tel projet, mené en partenariat avec des enseignants volontaires,  est de renforcer la prise en compte de l’articulation des échelles et des approches de terrain chez les élèves, en partant de leur propre expérience de vie comme support d’une réflexion sur la « ville durable », la « ville pour tous » et la citoyenneté.  Il se fonde  d’abord sur  l’usage  de la cartographie numérique participative et libre, puis sur l’élaboration de diagnostics et de projets territoriaux  qui passe par une initiation à des méthodes d’enquête, de réflexion et  de projection dans l’avenir,  qui leur permet de dépasser leurs représentions spontanées et leurs éventuels préjugés sur certains territoires.

Par des allers-retours entre des temps consacrés à l’acquisition de grilles de réflexion et de savoir-faire, des temps de réflexion individuels et collectifs sur leurs pratiques et représentations, et des phases de terrain (entretiens auprès d’habitants, usagers et acteurs ; visites ; observations), l’objectif est d’amener les élèves à se positionner comme des « apprenants », puis comme des comme des  » experts » de leur territoire, des enquêteurs, des géographes,  et  surtout des citoyens, capables de donner forme à des aspirations d’intérêt général et de prendre la parole pour les argumenter.

Des objectifs scientifiques

Ce projet s’inscrit dans la lignée d’une série de recherches menées sur les pratiques et représentations des  jeunes citadins dans les espaces urbains (voir notamment : Gayet-Viaud, Rivière, Simay, 2015 ; Authier, Bathellier, Lehman-Frisch, 2016).

Son originalité est de prendre en compte les lycées comme des foyers de connaissances territoriales grâce au point de vue des jeunes et de leurs enseignants, dans un contexte scolaire marseillais  inégalitaire et cloisonné, marqué par des stratégies d’évitement scolaire qui font écho aux replis résidentiels.  L’implication d’une équipe de chercheurs du LPED dans ce projet a pour objectif de nourrir les réflexions scientifiques sur les dynamiques  selon 3 approches principales :

  • Recueillir des matériaux riches pour l’analyse  d’espaces urbains particulièrement fragmentés[iii]   avec des jeunes « experts » de leurs territoires (et pris au sérieux en tant que tels), par des interactions directes en classe et « in situ » (parcours collectifs commentés), la production de cartes et de propositions d’aménagements urbains.
  • Analyser les pratiques de l’espace, les représentations  et aspirations territoriales de ces jeunes placés dans une démarche prospective.  Cette approche permet ainsi d’alimenter un projet de thèse en cours, dans le cadre d’un contrat CIFRE à l’Agence d’Urbanisme de l’Agglomération Marseillaise (AGAM)[ii].
  • Mener une réflexion (auto) critique sur les enjeux et limites de l’éducation au développement urbain durable face aux inégalités territoriales[iv]. Les incitations pédagogiques à des approches interdisciplinaires, territorialisées et par projets, sont fortes. Mais elles s’avèrent complexes à mettre en œuvre,  en termes d’outils et d’ingénierie pédagogique à mobiliser. Selon les contextes urbains, les dimensions normatives du développement durable   (Lazzeri,  Le Bloa, Martel, Barthes,  2015) , tout comme  les  injonctions au « projet  » et à la prospective se heurtent à la réalité vécue de territoires sous contraintes où la « capacité à l’inspiration » des habitants est restreinte.

E.D –  F.V


[i] Partenariat entre Aix Marseille Université/région PACA et Rectorat de l’académie d’Aix-Marseille, piloté par E. Dorier  (Laboratoire Population Environnement Développement-UMR 151  IRD-AMU). Il porte en 2016 sur 7 classes, 194 élèves de 6 lycées marseillais et en 2017 sur 19 classes de 13 établissements de la région (dont 289 élèves de 10 classes  marseillaises).

[ii] D. Rouquier, « Géographie et planification du cadre de vie à Marseille. Enjeux d’urbanisme, accessibilité, usages et participations habitantes », sous la dir. d’E. Dorier et de S. Bridier. http://www.agam.org/fr/dossiers-agam/these-cifre.html

[iii] Communication d’Elisabeth Dorier, Damien Rouquier et François Valegeas : « Quand les lycéens marseillais doivent imaginent la « ville durable » : paradoxes et décalages dans les discours et projets », acceptée au  colloque « Changements et transitions : enjeux pour les éducations à l’environnement et au développement durable », Toulouse, 7-9 novembre 2017

[iv] Communication d’Elisabeth Dorier, Damien Rouquier et François Valegeas : « L’éducation au développement urbain durable, entre discours normatif et approches critiques. L’exemple d’un projet de géographie prospective auprès de lycéens marseillais (2015-2017) », colloque « L’émergence des « Educations à » : entre continuités et ruptures », Montréal, 9-10 mai 2017.


Vous aimerez aussi...