Le « relais associatif » pour l’accès à la ville des populations en situation de précarité à Noailles – L. DEVIJVER

« Le « relais associatif » pour l’accès à la ville des populations en situation de précarité : Noailles, quartier populaire du centre-ville de Marseille »

L. DEVIJVER, sous la dir. d’E. Dorier, M1 Geographie, 2015


Mots-clés: accès à la ville, inclusion urbaine, insertion urbaine , quartier populaire, migrants, précarité, pauvreté, relais associatif, réseau associatif

Résumé: Cette étude a pour objectif d’analyser le « relais associatif » dans un quartier populaire urbain afin de comprendre dans quelles mesures il permet, ou non, un accès à la ville de populations rencontrant des situations de précarité. Cette notion de relais ne se réduit pas au rôle de médiateur de politiques et de fonds publics des associations. Elle se comprend également à travers les réseaux de partenaires que les associations peuvent mobiliser à diverses échelles. En outre, la notion de relais peut-être observée de manière bilatérale, en tant que les associations sont des acteurs à part entière de la société civile, à l’interface de l’État et de la société. Elles sont un recours pour des populations en situation de précarité et se font alors également le relais de leurs demandes auprès de leurs partenaires. Afin de mieux comprendre concrètement comment peut fonctionner ce « relais » associatif », la recherche propose l’étude de cas de deux associations chargées de missions publiques très différentes dans un quartier populaire du vieux centre-ville de Marseille.

Aperçu de l’étude

lea1

La carte indique les revenus fiscaux médians, par unité de consommation : ils pondèrent les revenus des ménages en fonction de leur composition et donnent ainsi un indicateur des ressources disponibles par individus. La carte montre assez bien une distinction Nord-Sud au sein de la ville avec un nord à dominante pauvre (entre 3500 euros et 16700 euros annuels) dont la limite serait les 1er, 4ème et 13ème arrondissements et un sud plus riche, voir aisé (de 16 700 à 40 500 euros/annuels). Cette frontière ne révèle cependant pas des situations homogènes de part et d’autres, avec notamment des zones du 13ème plutôt riches et d’autres du 8ème relativement pauvres. Le centre-ville est au cœur de ce clivage avec les 1er, 2e et 3e arrondissements représentés par les tranches de revenus les plus faibles (de 3 500 à 10 100 euros) tandis que les 4e, 5e et 6e arrondissements abritent une population aux revenus supérieurs et plus hétérogènes (de 10 100 à 23 200 euros annuels). Le 1er arrondissement est cependant le plus hétérogène avec de grandes différences de revenus (de 3 500 à 23 200 euros annuels). Selon le Centre communal d’action social de Marseille (C.C.A.S), avec une médiane des revenus annuels à 10 683 euros en 2011, le premier dixième de la population la plus pauvre du 1er arrondissement touche 43 euros alors que le neuvième décile touche 33 784 euros annuels (C.C.A.S, 2015) ! Le quartier de Noailles appartient ainsi aux lieux défavorisés du 1er arrondissement et est marqué par une forte hétérogénéité.

lea2

Si le sud de Marseille est généralement moins touché, le centre-ville observe là encore une situation très hétérogène : le 1er arrondissement varie par exemple entre des taux de 11% à 64% de chômage.

En 2013, cette hétérogénéité est particulièrement visible dans un contexte de faible hausse de l’emploi salarié dans le privé (0,1%) à l’échelle de la ville et notamment lié au phénomène « Marseille Capitale de la Culture »: tandis que les 6ème, 3ème, 7ème et 14ème arrondissement connaissent une croissance de l’emplois salarié de 2,2% à 5,3%, les 1er, 2ème, 15ème et 16ème arrondissements enregistrent des pertes (C.C.A.S, 2015). Ici encore, Noailles appartient à la zone la plus touchée par le phénomène. Le quartier compte en effet parmi les lieux qui concentrent les plus forts taux de chômage : L’étude de diagnostic de quartier ETH fait état d’un taux de chômage à Noailles qui atteint les 23% de la population résidente. C’est plus que la ville de Marseille qui observe 18% de taux de chômage. Il faut noter quel le chômage est une des caractéristiques des zones prioritaires avec des jeunes qui y sont deux fois plus confrontés que sur le reste du territoire selon le Pôle Emploi.

lea3

La Politique de la ville a été mise en place à l’échelle nationale dans les années 1990, en réaction à la crise sociale des années 1970 dans un contexte de ségrégation socio-spatiale. Elle identifie alors des « zones urbaines en difficulté » selon différents zonages. Marseille est une ville particulièrement concernée : Elle est l’une des seules villes européennes à ne pas avoir réussie à évacuer les populations pauvres de son centre-ville. En 2015 une partie notable de celui-ci est toujours classé zone urbaine sensible, avec la Z.U.S Centre-Nord qui  englobe une une partie des 1er, 2e, et 3e arrondissements de la ville. Au sein du 1er arrondissement, Noailles fait ainsi parti des objets prioritaires des politiques publiques sociales.

lea4

Un maillage associatif très variés qui recouvre des réalités singulières : Si les associations du domaine de l’art dominent le tissu associatif du quartier, celui reste très variées, avec une dizaine de domaines d’activités qu’il est possible de distinguer, de l’accès à la culture à la promotion du cyclisme en ville La singularité de chaque association rend cependant la typologie établie très relative, notamment pour les associations d’aide aux publics précaires : Si le dispositif Claire Lacombe de l’association Habitat Alternatif Social et Mission en Action soutiennent toutes deux un public en difficulté, l’une cible des usagères ayant un passif médical lourd, qu’il s’agit de rendre autonome à travers le logement, tandis que l’autre s’adresse à un public chrétien et partiellement en difficulté vis-à-vis de ses dépenses. Les secteurs d’activités associatifs recouvrent donc une réalité qui est très singulière et qui, le plus souvent, s’exerce dans de multiples domaines.


Vous aimerez aussi...