Enjeux de la qualité environnementale

L’axe TRAMES du LPED a mené ensemble de recherches visant à croiser l’analyse de l’hétérogénéité de l’environnement urbain de l’agglomération marseillaise et les formes de fragmentation socio-spatiale observées. Ces travaux, menés dans une perspective interdisciplinaire, ont permis de caractériser des processus socio-naturels à l’œuvre dans la ville. Une attention particulière est portée, d’une part, aux questions d’inégalités environnementales et d’autre part aux interactions entre les formes de l’urbanisation et la dynamique de la biodiversité.

Depuis l’échelle spatiale très fine des travaux de terrain (relevés biologiques, enquêtes sociologiques) vers une approche élargie des processus de la ville au territoire, il s’agit d’articuler en permanence des changements d’échelles. Les dynamiques sur le temps court (des pratiques quotidiennes aux changements des modes d’occupation des sols), sur le moyen terme (actions publiques) et sur le temps long (changement climatique, sociodémographique…) imposent des temporalités variables aux processus socio-géographiques observés.

Des programmes (notamment dans le cadre de l’ANR EUREQUA) ont cherché à interroger la perception de la qualité environnementale du cadre de vie, à la fois en termes sociaux (injustices), mais aussi en prenant en compte les aspects sensibles des rapports à l’espace urbain (Manola, 2013). De nombreuses enquêtes de terrain ont permis de qualifier les fortes disparités de l’appréhension du confort résidentiel, liées au site, à la morphologie du bâti, à la distribution des espaces verts, etc (Berry-Chikhaoui , Dorier, Houes Jouve et al., 2014).

D’autres travaux ont été menés sur le climat infra-urbain et la mise en évidence de différenciations aux échelles fines, qui conduisent à appréhender différemment les Ilots de Chaleur Urbains.

L’ensemble des réflexions en cours visent à qualifier les perceptions sensibles de l’environnement urbain, liées à des questions de confort, de ressentis, de représentations ou encore d’acceptabilité (Boissonade et al., 2015 et 2016). Elles posent aussi des questions quant à l’accès et aux usages possibles des aménités, et donc des formes d’inégalités sociales et environnementales (Laigle et Oehler, 2004 ; Emelianoff, 2007 ; Faburel, 2008).

Au sein de l’axe TRAMES du LPED, les questionnements ont porté sur l’effort environnemental inégal (C.Barthélémy, C Claeys, A Hérat et alii) et sur les contradictions entre la « transition écologique » prônée par les politiques publiques et la transition libérale qui tend à accentuer la fragmentation et les cloisonnements (E.Dorier, S.Bridier, J.Dario, D.Rouquier, P.Toth). Ces réflexions en parties encore inédites ont été diffusées lors d’une journée d’atelier ACDD (Approches critiques du développement durable organisée à Marseille, 4 avril 2017)

Plusieurs programmes menés au sein de l’axe TRAMES du LPED s’inscrivent dans des démarches participatives, faisant intervenir des habitants, associations ou professionnels dans la production de connaissances sur le territoire. Depuis 2015, l’expertise d’usage des jeunes dans la ville est sollicitée dans le cadre d’un nouveau programme (« GRAPHITE« ) piloté par E.Dorier, associé à un projet de thèse (D.Rouquier).

Ces travaux s’inscrivent dans un projet à plus long terme du LPED dObservatoire Pluridisciplinaire de l’Environnement Urbain, qui a pour ambition de suivre l’évolution spatio-temporelle du « laboratoire marseillais », en collaboration au sein d’un réseau constitué des partenaires régionaux, scientifiques, collectivités et société civile.


Vous aimerez aussi...