Le décrochage scolaire dans une ville ségréguée : Le cas de Marseille – L. DEVIJVER

« Le décrochage scolaire dans une ville ségréguée : Le cas de Marseille »,

DEVIJVER L., M2 Geographie, sous la dir. d’E. Dorier et dans le cadre d’un stage à l’Agam, 2016

 

Cette étude traite du décrochage scolaire dans la ville de Marseille en interrogeant le rôle des facteurs territoriaux dans ce phénomène.Les effets de la ségrégation socio-spatiale sont abordés, dans une ville où se développe une mise à distance spatiale et physique entre les populations de différentes catégories sociales, comme l’ont montré les travaux de thèse de Gwënaelle Audren (2015) sur l’évitement scolaire ou encore les études coordonnées par Elisabeth Dorier sur la généralisation des fermetures résidentielles (2013, 2014).

Avec 24.4% de personnes sans diplôme parmi sa population, contre 20% de moyenne nationale, la ville de Marseille est particulièrement exposée au phénomène de décrochage scolaire1. Parmi les grandes communes françaises, elle possède les taux les plus élevés de population sans diplômes et de jeunes non diplômés, avec 17% des 15-29 ans concernés en 2011 contre 13% en moyenne pour Lille, Bordeaux, Lyon et Toulouse (Insee 2012).

L’objectif de cette recherche, qui se fonde sur l’exploitation de données quantitatives (recensement, « base élèves » de la DAEC), est d’interroger la place des facteurs territoriaux dans le phénomène de décrochage scolaire à Marseille. Le décrochage scolaire, entendu comme le  processus qui conduit un individu à quitter le système de formation initiale sans qualification, est phénomène complexe et multifactoriel. Construit dans le temps et à travers une pluralité de dimensions de la vie d’un individu, il se construit également dans un espace.  A ce titre et  dans le contexte d’une ville qui connait une forte fragmentation spatiale, ce travail a pour objet d’éprouver l’hypothèse d’un « effet lieu » dans les processus de décrochage scolaire : si le décrochage scolaire existe sur tous les territoires et dans tous milieux sociaux, est-il possible d’en déterminer des caractéristiques spécifiques selon le type de territoire ? Est-ce qu’il relève des mêmes combinaisons de facteurs dans les quartiers favorisés que dans les quartiers défavorisés, dans le centre-ville que dans les quartiers périphériques ?

L’étude, menée par entretiens qualitatifs,  cherche à qualifier le cadre de vie et les territorialité personnelles de jeunes décrocheurs afin de comprendre l’impact de l’environnement domestique et  des conditions de vie au sein l’environnement urbain de proximité (aménagements, accès aux moyens de transport, qualité de l’offre des équipements sportifs, culturels etc..) dans leur trajectoire scolaire.  En complément des travaux menés au LPED sur la géographie scolaire à Marseille, l’étude se concentre également sur le rôle des territoires scolaires et des lieux de scolarisation, notamment pour tenter d’évaluer le  degré de synergie entre acteurs (professeur, élèves, parents, association,  centre sociaux) selon les établissements.

 

 

  1. AGAM, 2012 []

Vous aimerez aussi...