Communication -Colloque Changements & Transitions – Nov. 2017 – Toulouse

Colloque Changements & Transitions :

Enjeux pour les éducations à l’environnement et au développement durable

7-8-9 novembre 2017 – Toulouse

 

 

Quand les lycéens marseillais doivent imaginer la « ville durable » : paradoxes et décalages dans les discours et projets

 

Elisabeth Dorier, Professeur de géographie, LPED, Aix-Marseille UniversitéDamien Rouquier, doctorant CIFRE en géographie, LPED, Aix-Marseille Université / Agence d’Urbanisme de l’agglomération Aix-Marseille / François Valegeas, Maître de Conférences en urbanisme, ARTDEV, Université de Montpellier

 

L’introduction de l’éducation au développement durable dans les programmes de l’enseignement secondaire français de géographie a été récemment enrichie par de nouvelles orientations (notions d’ « habiter », « ville durable », « prospective territoriale », « territoires de proximité »). Elle se double d’encouragements à la « transition pédagogique » vers une démarche active des élèves, et l’usage d’outils numériques. Dans ce contexte, le projet expérimental « Géographie prospective des territoires urbains » est mené depuis 2015 auprès d’une dizaine d’établissements secondaires [1]. Il  s’articule avec une série d’études menées au sein du LPED sur la fragmentation urbaine marseillaise [2].

D’une part, l’objectif pédagogique d’un tel projet mené en partenariat avec les enseignants est de renforcer la prise en compte de l’articulation des échelles et des approches « par le bas » chez les élèves, en partant de leur propre expérience de vie comme support d’une réflexion sur la « ville durable », la « ville pour tous » et la citoyenneté. Il se base sur l’usage  de la cartographie numérique participative et sur l’élaboration de diagnostics et projets territoriaux. Par des allers-retours entre des temps consacrés à l’acquisition de grilles de réflexion et de savoir-faire, des temps de réflexion individuels et collectifs sur leurs pratiques et représentations, et des phases de terrain (entretiens auprès d’habitants, usagers et acteurs ; visites ; observations), l’objectif est d’amener les élèves à se positionner comme des « apprenants », puis comme des  enquêteurs, des géographes, et enfin comme des experts de leur territoire et des citoyens.

D’autre part, l’implication d’une équipe de chercheurs du Laboratoire Population Environnement Développement a aussi pour objectif de nourrir une réflexion scientifique sur les pratiques et représentations de ces jeunes au sein des dynamiques de fragmentation urbaine déjà observées sous d’autres angles à Marseille et son agglomération. Pour ce faire, l’équipe se base sur des interactions directes et « in situ » avec les jeunes, basées sur leurs cartes et leurs propositions d’aménagements urbains et sur des parcours collectifs commentés urbains.

Notre communication, s’inscrivant dans cette seconde perspective, a pour objectif de présenter ses résultats scientifiques autour des questions suivantes :

  • Quelles formes de fragmentation urbaine peut-on mettre en évidence dans l’enquête menée auprès des lycéens ?
  • Qu’est-ce qu’un tel projet mené en contexte « scolaire » (et par conséquent avec une incontournable dimension normative sur laquelle on s’interrogera par ailleurs [3]), nous permet d’apprendre sur les compétences, aspirations, besoins, freins, résistances des jeunes, face à une « transition vers la ville durable » ?

Dans un premier temps, nous verrons dans quelle mesure les dynamiques de fragmentation de l’espace urbain marseillais sont perceptibles dans les pratiques, mobilités et évaluation du cadre de vie par les jeunes.

Dans un second temps, nous analyserons leurs représentations et projections, en référence à deux hypothèses issues des enquêtes de 2016 (à valider ou nuancer en 2017) :

  • Selon les caractéristiques des classes concernées, et selon les situations d’expression observées (travaux individuels de cartographie, débriefings collectifs, échanges informels en petits groupes), les décalages entre propos sur la ville durable, regards sur leurs propres pratiques, et priorités concrètes de leurs projets d’aménagements des espaces de proximité révèlent des prises de consciences, des revendications, des ambivalences.
  • Il semble que les inégalités sociales et urbaines fortes entre jeunes se traduisent par des différenciations en termes de capacités et libertés de projection sur l’avenir de leurs territoires, qui s’expriment tant par le type d’aménagements proposés par les jeunes, que dans les modèles de référence.
  • Paradoxalement, et malgré une fragmentation des espaces de vie, il semble apparaître une trame d’espaces communs bien identifiés en ville. Constituent-ils une urbanité spécifique ? Peuvent-ils être les leviers d’une action publique en direction de ces jeunes ?

[1] Partenariat entre Aix Marseille Université/région PACA et Rectorat de l’académie d’Aix-Marseille, piloté par E.Dorier  (Laboratoire Population Environnement Développement-UMR 151  IRD-AMU). Il porte en 2016 sur 7 classes, 194 élèves de 6 lycées marseillais et en 2017 sur  289 élèves de 10 classes  marseillaises.

[2] Fragmentation résidentielle, environnementale et scolaire principalement (rapports, articles, master et thèses 2008 à 2016).

[3] Proposition acceptée au congrès de l’ACFAS (Montréal), mai 2017: « L’émergence des « Educations à » : entre continuités et ruptures ». Titre de la communication : « L’éducation au développement durable urbain, entre discours normatif et approche critique.  L’exemple d’un projet de géographie prospective auprès de lycéens marseillais (2015-2017) ».


Vous aimerez aussi...