Inégalités d’accès aux « espaces verts » à Marseille – D. ROUQUIER

« Les paradoxes des politiques urbaines de planification du « vert » à Marseille. Etude des inégalités d’accès aux « espaces verts » dans une ville fragmentée. »

 D. ROUQUIER, sous la dir. d’ E. Dorier  et F.Hannin, Master 2 Géographie, 2013

Mots-clés: Accès aux espaces verts ; trame verte ; inégalités environnementales ; politiques d’aménagements ; marketing urbain ; marchandisation de la nature ; continuités écologiques ; fragmentation ; espaces publics ; fermeture résidentielle ; mobilisation citoyenne ; Marseille

Résumé: Ce mémoire s’inscrit dans l’approche de la fragmentation urbaine marseillaise menée au sein de l’axe TRAMES du LPED. L’approches par les inégalités de qualité environnementale et résidentielle est complétée par une analyse des inégalités d’accès aux aménités environnementales et aux espaces publics, dans le cadre d’un stage réalisé dans le Service de Planification Urbaine de la Ville. Il s’interroge sur les politiques de la ville concernant cette préservation (PLU concernant la protection du végétal et les espaces boisés classés en ville), entre aspects marketing et aspects techniques en application du Grenelle de l’environnement. Les mobilisations citoyennes et la participation à l’enquête publique de 2012 pour le PLU sont également prises en compte.

 

Extrait de l’étude

 

dam2

Les massifs du Sud de la ville bénéficient de zones de protection d’intérêt national ou européen, là où celles du Nord sont essentiellement investies par des protections municipales. La carte illustre cette complexité pour les principaux zonages de préservation de la biodiversité de la commune Marseillaise (la liste est d’ailleurs simplifiée pour conserver une lisibilité minimale).

 

 

mep_22_parc_athena

La carte  montre non seulement la présence très importante de produits immobiliers fermés aux alentours (une vingtaine) – et leurs effets déductibles sur l’accessibilité physique au parc des habitants du quartier – mais également leur date de construction, pour la plupart associées à l’année 2002. Ce qui pourrait montrer une corrélation entre la publication du projet de parc et la multiplication de projets immobiliers, fermés dès la construction.

 

 

A ces espaces aux fortes dynamiques d’urbanisation et/ou de densification des tissus de mitage préexistants s’ajoutent des espaces beaucoup plus homogènes dans la volonté de supprimer des servitudes ou zonages de protection. A contrario, le centre apparaît d’une étonnante homogénéité en faveur de préservations, une dizaine de ces requêtes aspirant directement à recréer des espaces publics verts, notamment dans le cadre du quartier du Panier, ou plus généralement du 3ème arrondissement. Enfin, des zones spécifiques de conflit entre acteurs émergent à travers la remise en cause de certains projets locaux du PLU : création d’emplacements réservés sur des zones de boisement, affaiblissement des mesures de protection, ou projets immobiliers particuliers constituant une menace potentielle pour l’espace public… Bien souvent, l’opposition à ces projets est structurée et organisée autour de CIQ (cas de la Nerthe ci-après, ou du quartier des Accates/la Valentine).

 

dam5

Face aux éléments de fragmentation spatiale et physique de la végétation, à la fois produits par les dynamiques de fermeture résidentielles – tant individuelles que communes –que par les effets imputables au processus d’urbanisation (construction de routes, « grignotage » des espaces interstitiels et artificialisation généralisée des sols), comment évaluer les inégalités marseillaises ? Certaines études, basées sur un effort de cartographie à l’échelle des agglomérations, utilisent des indicateurs génériques comme la surface végétalisée par habitant. Si cet indicateur apparait pertinent dans les comparaisons entre villes, il occulte pourtant une partie essentielle de notre réflexion : qu’en est-il de l’accès physique à ces espaces ? Entre présence dans le tissu urbain et accessibilité physique, le fossé peut paraître très grand, surtout au regard des résidences comme « les Alpilles » ou « les Jardins d’Eden ». Dans d’autres situations, les résidences fermées forment des agrégats importants susceptibles de bloquer physiquement l’accès à certaines parties végétalisées. Si le cas du parc Athéna a déjà été évoqué (difficultés d’accès par le Nord, l’Est et le Sud), un agrégat de résidences fermées, situées dans le 10ème arrondissement, ferme hermétiquement l’accès aux espaces naturels des massifs . Dans ce dernier cas, l’agrégat formé par les clôtures de 8 résidences (en rose pâle) bloque sur plus de 1 km l’accès aux massifs au sud-est (plus de la moitié de la largeur du 10ème arrondissement), obligeant les habitants du 10ème à se réorienter vers le 9ème arrondissement ou vers le Nord.


Vous aimerez aussi...