Les îlots de chaleur urbains : un indicateur de la fragmentation spatiale

Cette étude s’inscrit dans une démarche exploratrice de la ville aux échelles fines visant à explorer les discontinuités fines ayant un impact climatique. L’objectif est de comprendre la distribution spatiale et temporelle des températures lors des situations météorologiques favorables à l’apparition des îlots de chaleur urbains. Les recherches ont été menées sur la surface du département de la Seine-Saint-Denis, aux échelles fines. Les objectifs sont d’identifier les facteurs de la distribution spatiale et temporelle des températures, et de proposer des recommandations pour l’atténuation des phénomènes d’ICU existants, et pour ne pas créer d’ICU lors de phases d’urbanisation ou de rénovation urbaine

 

« Ilots de chaleur et de fraîcheur en Seine-Saint-Denis »

S. BRIDIER, Le Biodiversitaire, n°7, Observatoire Départemental de la Biodiversité urbaine, Conseil Général de Seine St Denis, 2017 

 

 

Rapport de synthèse .

Cette étude montre que les îlots de chaleur urbains (ICU) doivent être analysés en fonction de leurs contextes climatiques, géographiques, ou encore morphologiques. Il existe en effet un lien entre les caractéristiques de l’espace géographique aux échelles fines et la variabilité spatio-temporelle du champ de températures. Le rayonnement solaire est reflété, absorbé, stocké ou restitué de manière différente selon la nature des matériaux, et selon la géométrie de la surface.

Le terrain d’étude est relativement étendu, avec un département couvrant 236 km² de tissu urbain. C’est une surface importante, du même ordre de grandeur que Marseille (240 km²), ou bien de l’ordre du double de Paris (102 km², intra-muros). L’analyse à l’échelle topoclimatologique apporte un découpage simplifié de l’espace, permettant d’identifier rapidement les grands ensembles morphologiques, présentant des comportements thermiques tranchés (chaud/froid, sec/humide, minéral/végétal).

Le département de la Seine-Saint-Denis est majoritairement couvert de surfaces artificielles (certaines communes sont à 100% couvertes par une occupation du sol artificielle), les grandes infrastructures découpent l’espace urbain de manière très nette et représentent une portion non négligeable de la surface totale du département (au moins 2,2%), il y a peu de tissu urbain continu (0,4%), donc le phénomène d’ICU se manifestera principalement dans le tissu urbain discontinu majoritaire (58,6%), probablement de manière atténuée par rapport à Paris intra-muros. Pourquoi rechercher cette précision sur l’ensemble d’un territoire aussi important ? parce qu’il est import de connaître la distribution des températures à l’échelle à laquelle vit la population. Les gens ne vivent pas dans un carré de 100 m à 500 m de côté, mais dans une maison, un immeuble, fréquentant un espace vert, une rue, une place.

 Quatre facteurs principaux  influencent la distribution spatiale et temporelle des températures :

– densité forte ou faible de construction, (effet de la masse minérale) ;
– ouverture ou fermeture du tissu urbain (canyon ou bâti discontinu) ;
– éclairage direct ou ombre ;
– absence ou présence de végétation (ombre et évaporation).

Les travaux ont montré que deux types de populations sont susceptibles d’être touchée par les ICU :

– les résidents, ne pouvant se soustraire au phénomène, notamment nocturne ;
– les usagers, pouvant adapter leurs pratiques aux contraintes temporaires des ICU, souvent diurnes, dans les secteurs trop chauds.

A rebours de certaines stratégies urbaines, cette recherche montre que les projets de densification urbaine, présentés comme étant nécessaires pour éviter l’étalement urbain et ses conséquences (consommation de terres, augmentation des distances parcourues, accessibilité), ont un effet d’accentuation sur le risque d’ICU. L’analyse montre que c’est la densité de constructions et de surfaces minéralisées chauffantes qui est le facteur principal de la localisation des températures les plus élevées en situation radiative. Le tissu urbain devrait au contraire être aéré (localement) pour élargir les voies, éviter de créer des canyons urbains, et privilégier la végétalisation des rues et des îlots. Le tissu urbain doit rester suffisamment relâché pour éviter les effets de piégeage et de stockage du rayonnement solaire.

S.B

 

 


Vous aimerez aussi...