Journées d’étude Espaces publics

Cycle d’études « Espace publics »

organisé par le LPED et le Pôle Géographie – Aménagement – Environnement (AMU)

(2015-2016)

Les espaces publics sont à nouveau à la mode et sont revenus depuis les années 1980 progressivement au centre des politiques d’aménagement, de déplacement, d’images, de développement durable des métropoles et des villes moyennes.Mais ces espaces polyformes posent des questions complexes en retour concernant les nouvelles pratiques qui s’y déploient, autour des qualités qu’on leur attribuent et autour de leur place dans les politiques de développement durable.Cette thématique sera développée au travers de 3 journées d’étude réparties sur 3 axes.Un cycle de trois journées d’étude, étalées sur un semestre, s’explique par la volonté de donner de la respiration à cette manifestation, et d’instaurer une réflexion et un dialogue entre participants.

Plus d’information sur le site : http://espacespublicsjour.wixsite.com/espaces-publics-amu

 Axe 1 : De nouvelles pratiques pour de nouveaux espaces publics?

affiche_j1

La requalification d’espaces centraux et la réouverture au public d’espaces auparavant fermés – par exemple lors des opérations de récupération des berges de plusieurs villes de France  – ont eu pour conséquence de favoriser une nouvelle réflexion sur les espaces publics et d’inciter l’apparition de nouvelles pratiques de l’espace. Ces nouvelles pratiques s’articulent autour de la remise en question du tout automobile et du développement de nouveaux modes de mobilité (tramway, vélo, roller, etc.). Après la généralisation des tramways dans les métropoles et les villes moyennes, l’apparition de formes de mobilité douce (marche, vélo, etc.) reconfigure certains espaces publics en terme d’aménagement et de partage. L’installation des voies cyclables et le développement de la marche urbaine sont ainsi apparus comme des pratiques revendiquées par des groupes aux motivations très diverses, mettant en place des parcours pédestres parallèles aux visites touristiques comme dans l’agglomération marseillaise où la création d’un « GR » urbain – le GR2013 – a accompagné l’année européenne de la culture. 

On observe également un mouvement de réinvestissement des rues, des places ou de certains interstices oubliés du tissu urbain qui se diffuse autour de pratiques liées à des groupes sociaux particuliers (rap, danse de rue), en organisant des apéritifs entre voisins, en encourageant la végétalisation des voies. Ce mouvement de récupération d’espaces publics s’appuie aussi sur une fonction renouvelée donnée à l’art, réinvestissant certains territoires urbains au travers d’un discours complexe qui mêle résistance et normalisation. Ces nouvelles pratiques sont à associer à la diffusion des nouvelles technologies – logiciels de géolocalisation et de déplacement sur smartphone –, mais aussi avec à la multiplication des espaces publics connectés par des réseaux ouverts ou semi-ouverts permettant d’utiliserles lieux publics ouverts de façon nouvelle. Enfin, la repolitisation récente d’espaces publics symboliques centraux, sur les rives Nord et Sud de la Méditerranée, au cours du printemps arabe ou des multiples manifestations des indignés montre comment l’assignation d’un discours à ces espaces est souvent dépassée par la réalité et les pratiques renouvelées de l’espace. Ces mouvements politiques récents ont permis de rappeler le sens politique profond des espaces publics et leur plasticité, tout en modifiant proposant un profond renouvellement de leur utilisation et de leur symbolique. Dans ces conditions, on pourra se demander comment ces nouvelles pratiques redonnent un sens à l’urbain et contribuent à dessiner la ville de demain, mais aussi comment les acteurs de ces pratiques innovantes s’inscrivent dans le projet urbain et le font évoluer.

Programme de la journée :

 

Axe 2 : Entre privatisation et ouverture, quelles qualités pour les espaces publics nouvellement produits ?

En reprenant l’approche de Harvey, liant l’évolution des formes urbaines aux conditions de leur développement économique et social, la question de la production des espaces publics interroge le rapport entre ville publique et ville privée, notamment au travers des nombreuses opérations de redynamisation des centres. À l’heure où les espaces publics retrouvent un statut de bien commun, la question de leur production met en lumière la multiplicité des modes entre commande publique et production privée. La multiplicité de formes produites n’est pas moins grande. Une partie de la production privée s’exprime au travers d’opérations de grande ampleur, cherchant la valorisation d’espaces appuyant souvent des politiques de développement, de patrimonialisation ou d’image.

Ces opérations d’aménagement s’adaptent de plus en plus aux nouvelles demandes par la prise en compte d’usages différenciés s’adressant à de publics différents visant à donner plus de place aux nouveaux modes de déplacements, aux « ambiances » de rues, ou donnant une place aux différences de genre. D’un autre côté existe une production à plus petite échelle résultant d’un ensemble d’initiatives privées. En parallèle se multiplient les formes de privatisation de l’espace qui réduisent la taille des espaces publics accessibles, particulièrement dans la ville libérale, où l’espace est considéré comme une ressource à valoriser. Les opérations d’aménagement elles-mêmes tendent à fermer parfois une partie des espaces publics – certains trottoirs ou places –par une spécialisation des pratiques. Certains lieux connaissent ainsi des formes de replis et de fermetures. Des formes plus anciennes ou renouvelées de production d’espaces prennent alors une place nouvelle, avec la multiplication des espaces de vente et des galeries commerciales ouvertes au public ou avec la production d’ensembles résidentiels fermés interrogeant la limite en public et privé. Ces modalités de production s’appuient sur des modèles et des représentations de l’espace dont les présupposés sont souvent peu ou partiellement explicités. Les multiples « chartes des espaces publics » – produites à Lille, Saint-Nazaire ou Perpignan – mettent en avant le partage, la circulation, la flexibilité des espaces publics requalifiés, mais aussi la sécurité ou le développement durable.

Les particuliers cherchent de leur côté à remettre au goût du jour la « ville conviviale », la « ville pour tous » évoquant de loin une nouvelle lecture de H. Lefevbre. Si ces modalités de production des espaces publics ne sont pas opposables, elles interrogent ces modèles et les représentations de l’urbain au moment où la question de la qualité de l’espace urbain devient une thématique d’actualité.

On pourra ainsi s’interroger à la fois sur les modèles et les formes, mais aussi sur les équilibres entre espaces publics et privés dans la production de la ville, ainsi que sur les qualités des espaces publics actuels et futurs.

Programme de la journée

Axe 3 : Quelle place pour les espaces publics face à l’impératif du développement urbain durable ?

Les politiques de développement urbain durable, qui se sont diffusées à partir des années 1990, ont transformé les formes, les normes et les fonctions associées aux espaces publics existants ou nouvellement produits. En termes de conception urbaine, des dispositifs écologiques deviennent structurants pour améliorer les « performances environnementales » du fonctionnement de ces espaces, pour favoriser ou contraindre certaines pratiques.

Ces espaces publics conçus au nom de la durabilité sont l’objet d’un ensemble de présupposés sur leurs usages, touchant à la fois à la vie collective qui pourrait s’y déployer (mixité sociale, inclusion, participation citoyenne, convivialité) qu’aux pratiques individuelles. Les règles de gestion de ces espaces sont elles-mêmes transformées en profondeur, questionnant les pratiques des acteurs ou habitants et leurs représentations, et se heurtent aux tendances à la privatisation et à la fermeture.

Les espaces publics sont confrontés aux mots d’ordres du développement durable ou de l’adaptation au changement climatique, renouvelant la place de la nature en lien notamment avec de nouvelles formes de déplacement.

Des réflexions seront donc attendues sur les transformations des espaces publics dans les discours et les pratiques du développement urbain durable : quels impacts des politiques urbaines sur la conception, la gestion ou les usages des espaces ? Quelles appropriations, résistances, négociations pour l’utilisation de ces espaces ?