La fermeture résidentielle à Marseille (propagation)

En 2011 et 2012, la première étude du LPED  est actualisée à travers plusieurs mémoires d’étudiants sous la direction d’E.Dorier et S.Bridier. Ceux-ci observent une accélération des dynamiques d’enclosures dans les quartiers sud (Dario J. 2010, Toth P.2012),  leur multiplication et leur diffusion dans les quartiers nord (Balasc et Dolo 2011, Dolo 2012, Robillard 2012).

En observant le facteur de proximité dans la diffusion, ainsi que le potentiel de valorisation immobilière des terrains vacants ou susceptibles de l’être, un premier scénario de prospective a été mis au point par J.Dario (2011) pour des espaces ouverts, identifiés comme susceptibles d’être bâtis ou d’être fermés (en se basant sur les surfaces déjà encloses, mises en rapport avec les potentiels sur zone bâtie et zones non bâties).

jul4Dans les quartiers sud, en appliquant ce scénario très simple, on est d’emblée frappé par le chiffre de 53% de taux d’évolution probable de la fermeture dans les 8ème et 9ème arrondissements. Les surfaces artificialisées touchées par les enclosures pourraient y passer de 21% actuellement à plus de 32%.

Des études de cas à échelle fine ont permis d’analyser dans le détail la temporalité de ces processus (progressifs ou brutaux) en lien avec des dynamiques sociale locales.

jul6Le cas du lotissement « Barry » (analysé par J.Dario entre 2011 et 2017) montre comment l’on passe d’une délimitation par panneautage à une fermeture symbolique et partielle, avant d’évoluer vers l’enclosure. Deux dynamiques temporelles de la fermeture renvoient aussi à deux niveaux de perméabilité différents.

Certains dispositifs précurseurs des années 90 (avant l’enclosure proprement dite) avaient été annoncés dans les documents réglementaires du lotissement: systèmes physiques fixes contraignants (plots métalliques) permettant encore le passage prudent de deux roues et a fortiori de piétons. Le deuxième type se veut plus symbolique, ce sont ces panneaux de sens interdit « privés » apposés à l’extrémité de nombreux axes de l’ensemble.


Vous aimerez aussi...