Quartiers sud : Bonneveine, St Giniez, La Plage – P. TOTH

« La qualité environnementale via les aménités de Bonneveine, La Plage et Saint Giniez : des quartiers sud privilégiés et convoités. Enquête sur les perceptions et pratiques des habitants des quartiers étudiés au sein de trois ensembles résidentiels fermés »

P. TOTH, sous la dir. d’E. Dorier, M2 Géographie, 2012

Mots-clés: Quartiers sud de Marseille, qualité environnementale/inégalité environnementale, qualité de vie, indicateurs de mesure de la qualité de vie, aménités, centralités de loisirs, fragmentation urbaine, requalification urbaine, perception et pratique de résidants, logiques sécuritaires, ensemble résidentiels fermés

Résumé: L’objectif de cette réflexion est de s’interroger sur la qualité de vie perçue, à travers la qualité environnementale dans des contextes de fragmentation urbaine. Les quartiers étudiés sont les quartiers sud de Marseille : Bonneveine, La Plage et Saint Giniez qui sont des quartiers privilégiés et convoités par plusieurs acteurs. Après un bilan de critères « objectifs », ce mémoire se donne pour objectif d’analyser les inégalités environnementales, la présence d’aménités, leurs contraintes et leurs risques, les enjeux de la requalification urbaine, les perceptions et les pratiques de la qualité environnementale perçues par les habitants, et en particulier ceux des résidences fermées via le critère de la qualité de vie. Dans ce cadre, une enquête a été réalisée au sein de trois ensembles résidentiels fermés, situés dans les quartiers précités.

Présentation de l’étude

La situation géographique privilégiée des quartiers étudiés:

photo_interp1

Les trois quartiers étudiés : Saint Giniez, La Plage et Bonneveine se situent dans le sud de Marseille. Ils sont de taille différente : la superficie de Saint Giniez est de 1 531 259 ha33, de Bonneveine elle est de 1 262 917 ha. Ils sont de taille moyenne comparable au quartier Saint Antoine (1680 830 ha) ou au quartier Château Gombert (1280 820 ha). En revanche, le quartier La Plage fait partie des quartiers de faible superficie : il fait 631 654 ha.

Un des atouts majeurs de cette partie de la ville, globalement privilégiée d’un point de vue social, est la présence ou la proximité de la mer. En effet, nous pouvons voir, sur la photo-interprétation, que deux des quartiers sélectionnés Bonneveine et La Plage bénéficient de la présence de la mer en leur sein. Saint Giniez n’est pas dans ce cas mais il est à sa proximité.
La situation géographique de ces quartiers et la présence des aménités contribue au développement de ces lieux qui sont devenus progressivement des centralités. Mais ils ne sont pas épargnés par les risques majeurs naturels, climatiques et technologiques.

Carte des risques d’inondation à Marseille:

photo_interp3

Le régime hydrologique de l’Huveaune est méditerranéen, caractérisé par de crues violentes et des étiages très bas. La zone est exposée aux crues torrentielles et au ruissellement urbain dû à l’imperméabilisation des sols de la commune. L’inondation majeure de l’Huveaune de 1978 et l’orage torrentiel du 19 septembre 2000 inondant une partie de la ville a montré la vulnérabilité du site urbain. Nous pouvoir voir sur cette carte que les quartiers choisis sont confrontés à des risques réels et non négligeables d’inondation.

Le risque d’inondation dans le périmètre:

photo_interp4

Les crues torrentielles sont provoquées par des précipitations intenses : les eaux ruissellent et se concentrent rapidement dans le cours d’eau. A cause des aménagements tels que les bâtiments, les parkings, les voiries etc., le sol de la ville de Marseille est devenu imperméable ; ce qui limite l’infiltration des précipitations et accentue le ruissellement. Ceci occasionne souvent la saturation et le refoulement du réseau d’assainissement des eaux pluviales. Par conséquent, des écoulements plus ou moins importants sont canalisés par les voies de circulation vers les points bas. L’inondation de surface est rapide, violente et engendre des effets paralysants (métro, tunnels routiers, parkings souterrains…).

Les submersions marines sont des inondations temporaires de la zone côtière par la mer dans des conditions météorologiques (forte dépression et vent de mer) et marégraphiques provoquant des ondes de tempêtes. D’après le Dossier Départemental sur les RISQUES MAJEURS dans les Bouches-du-Rhône « elles envahissent en général des terrains situés en dessous du niveau des plus hautes mers, mais aussi parfois au-dessus si des projections d’eaux marines franchissent des ouvrages de protection »35. Ces submersions marines sont dues à l’élévation du niveau de la mer due à la tempête (surcote) associée à une faible pression atmosphérique avec vent fort à la côte, forte houle ou raz de marée.

 


Vous aimerez aussi...