Géographie de la fragmentation urbaine et territoires scolaires à Marseille – Thèse de G. Audren

Géographie de la fragmentation urbaine et territoires scolaires à Marseille

G.  Audren sous la dir. d’E. Dorier et V. Baby-Collin, thèse de doctorat en Géographie, soutenue le 23 mars 2015

consultable sur thèses.fr

Cette thèse s’attache à décrire les formes de la fragmentation urbaine à Marseille ainsi que leurs conséquences socio-spatiales à travers les modalités de l’offre scolaire au niveau collège et les pratiques de choix des lieux de scolarisation à l’entrée en sixième, à plusieurs échelles, en 2006 et 2009. La carte scolaire impose aux familles un collège de secteur mais face aux importantes recompositions socio-territoriales qui affectent la ville de Marseille, des décalages s’opèrent entre les collèges, les attentes éducatives des parents et les conditions locales de scolarisation. L’étude porte d’une part sur la quantification et à la localisation du phénomène de l’évitement scolaire à Marseille et d’autre part, sur l’analyse fine de contextes territoriaux, dans lesquels se développent plusieurs types de stratégies scolaires. Les fortes différenciations et les rapides recompositions socio-territoriales urbaines de la ville de Marseille impliquent des pratiques scolaires hétérogènes qui illustrent le creusement des inégalités socio-résidentielles dans la ville et constituent d’excellents indicateurs pour décrypter une fragmentation urbaine croissante. L’analyse des stratégies des différents acteurs institutionnels et individuels, permet d’appréhender les mécanismes de production d’un espace scolaire systémique et hiérarchisé. L’approche territoriale est largement valorisée et l’analyse des contextes locaux souligne l’existence de territoires scolaires multiples et différenciés.

Synthèse  actualisée et réfexion sur la base de données plus récentes :  Audren , G., Baby-Collin V. et Dorier, É., 2016.  « Quelles mixités dans une ville fragmentée ? Dynamiques locales de l’espace scolaire marseillais.» in Lien social et politiques, n°77, Transformation sociale des quartiers urbains : mixité et nouveaux voisinages, pp. 38-61

ga86 A Marseille, en 2012, il y a 99 collèges dans la commune localisés dans la carte suivante (55 collèges publics, 34 établissements privés sous contrat d’association et 10 établissements privés hors contrat). Les différentes données statistiques sont disponibles pour les collèges publics et privés sous contrat mais ne le sont pas pour les établissements hors contrat.

ga92

La répartition des élèves favorisés et défavorisés dans les collèges reflète les inégalités socio-territoriales. Les collèges des quartiers nord accueillent une très faible proportion d’élèves favorisés alors qu’ils scolarisent une large majorité d’élèves défavorisés. Les collèges des quartiers Sud quant à eux accueillent une part plus importante d’élèves favorisés, surtout dans les établissements privés et une très faible proportion d’élèves défavorisés. La répartition des élèves de catégorie moyenne dans les collèges marseillais semble plus homogène. Les collèges accueillant une part importante de ces élèves se situent principalement en centre ville mais aussi dans les arrondissements de l’Est.

 

ga148

 

Les secteurs au bâti hétérogène se retrouvent plus facilement dans certains quartiers périphériques où l’espace disponible a permis l’implantation de résidences et de lotissements pour classes moyennes et favorisées à proximité de cité d’habitat social. Au Sud le secteur du collège du Roy d’Espagne comprend la cité difficile de la Cayolle et les nouvelles résidences fermées construites à proximité. Ce schéma se retrouve aussi dans le 13ème, autour du collège Jean Giono. Les résidences fermées du quartier des Olives côtoient la cité La Marie et sont sectorisées sur ce même collège. Ces secteurs hétérogènes sont les lieux d’un plus fort évitement et donnent à lire des pratiques scolaires spécifiques.

 

ga229

Le coefficient d’attractivité présenté sur la carte n’est pas réellement révélateur des pratiques scolaires des parents d’élèves à l’entrée en sixième, car il ne considère que les mouvements d’élèves au sein de l’offre publique. Ce coefficient permet tout de même de localiser et d’estimer le poids des dérogations dans l’évitement scolaire entre collèges publics. Par ailleurs, il souligne l’influence directe des capacités d’accueil des établissements sur la possibilité d’accepter ou non des dérogations. Ainsi les pratiques scolaires de l’ensemble des élèves de sixième déterminent les conditions de déplacement au sein des collèges publics, l’évitement dans le privé contribuant à une plus grande possibilité d’acceptation des dérogations dans les collèges publics de secteurs qui sont fuis.


Vous aimerez aussi...