Enquête habitat et qualité environnementale à La Valbarelle (Marseille) : carte interactive

La qualité environnementale au prisme de l’évaluation par les habitants‪ : l’effet de quartz des disparités territoriales

 

La Valbarelle est le quartier test du projet ANR Eurequa à Marseille pour une étude de évaluation multidimensionnelle de la qualité environnementale croisant mesures et perceptions d’habitants recueillies lors d’entretiens longs et de parcours commentés exploratoire avec une vingtaine de résidents, puis par des questionnaires. La carte ci-dessous restitue les éléments du contexte marsellais, ainsi que les lieux signalés par les habitants, qui nous ont permis de construire ensuite un itinéraire de parcours associé à des mesures.


Carte interactive pour le projet Eurequa sur le quartier de la Valbarelle, à Marseille.

Mode d’emploi : Cliquer en haut à droite pour agrandir la carte. Utiliser le curseur pour zoomer et vous déplacer. Cliquer en bas à gauche afin de changer d’interface (carte / image aérienne). Cliquer en haut à gauche de la carte pour afficher la légende et pour activer / désactiver les éléments (par exemple: le bâti de 1975) de votre choix.

La Valbarelle fait partie de l’ancien axe industriel de la Vallée de l’Huveaune à l’est de Marseille, en déclin avec la fermeture des usines et la crise des commerces de proximité. Située en bordure nord du massif des calanques, la vallée de l’Huveaune constitue le seul axe de sortie de Marseille vers l’est, à environ 10 km du centre-ville. Du fait des contraintes topographiques, plusieurs axes de trafic sont juxtaposés en fond de vallée, générant un niveau globalement élevé de bruit et de polluants : autoroute A50, routes souvent congestionnées et voies ferrées TGV et TER. La pollution et les risques sont accentués par la présence d’usines encore implantées le long de l’Huveaune, dont l’une, classée Seveso, émet du benzène. La configuration topographique en couloir et les effets de brises alternées mer/terre s’écoulant le long de la vallée accentuent potentiellement la circulation des polluants.

Au pied du massif de Saint Cyr (646m), cette ancienne banlieue agricole puis ouvrière possède néanmoins des aménités naturelles : l’eau avec l’Huveaune et le canal de Marseille, le rafraîchissement climatique estival lié à l’effet d’ubac au pied des collines et la qualité paysagère de celles-ci. Les anciennes propriétés agraires bourgeoises ont été loties de manière spontanée, sans trame cohérente, avec un fort émiettement résidentiel que l’on pourrait qualifier de mixité…ou de fragmentation tant les cloisonnements sont importants.

La vallée s’est urbanisée à partir de lotissements pavillonnaires modestes (années 1930-50) proches des usines. La cité Michelis, composée d’anciens HBM (1934) constitue le noyau historique du quartier. Dans les années 60-70 apparaissent plusieurs autres ensembles d’habitat social, gérés par divers bailleurs (plus de 1300 logements sociaux répartis en 8 ensembles de taille inégale) puis de vastes copropriétés collectives de classes moyennes totalisant près de 1600 logements (l’une, Château Saint Jacques, concentre 850 logements et 2000 habitants) qui ont préservé quelques éléments paysagers des anciennes « bastides » (espaces verts). Elles se sont toutes récemment entourées de clôtures, ce qui les distingue et les isole des ensembles de logements sociaux voisins, et provoque certaines tensions de voisinage. A proximité immédiate des HLM, les versants nord du massif de St Cyr sont récemment valorisés sous forme de nouvelles petites copropriétés hermétiquement fermées et sécurisées.L’ensemble compose donc, de plus en plus, une mosaïque de résidences aux conditions de vie disparates.

Cette carte permet de visualiser la construction de cette mosaïque, l’évolution du bâti dans le quartier et des enclosures (extrait de la base de données de l’équipe sur les résidences fermées). Les points représentent les lieux signalés de manière positive ou négative par les habitants lors de  « parcours commentés ».

L’analyse des évaluations de la QE par les habitants peut être lue ici, on voit qu’elle est fortement infléchie par les rapports sociaux.

 

Berry-Chikhaoui Isabelle, Dorier Elisabeth, Haouès-Jouve Sinda, Flamand Amélie, Chouillou Delphine, Hoornaert Sophie, Marry Solène, Marchandise Sabrina, Richard Isabelle, Rouquier Damien, Rouyer Alice, « ‪La qualité environnementale au prisme de l’évaluation par les habitants‪. L’effet de quartz des disparités territoriales », Méditerranée, 2/2014 (n° 123), p. 89-105.

 

 


Vous aimerez aussi...