à propos…

De « Urbs », la ville en latin, et du suffixe « ité », exprimant la qualité de l’adjectif. Le terme « urbanicité » est employé dans le but de désigner ce qui caractérise la ville.

Une première citation attribuée à Madame de Récamier renvoie aux paradoxes de la ville, qui à la fois sépare et rapproche (les individus, les groupes sociaux, les fonctions, etc.) : « il y a deux formes exquises d’urbanicité : celle qui accroît les distances, et celle qui les diminue »[1].

Ce terme d’urbanicité est aussi employé par plusieurs chercheurs analysant les liens entre le fait de vivre en milieu urbain (l’ « urbanicité ») et la santé mentale des habitants. Un groupe de chercheurs[2] a par exemple analysé les facteurs d’un « stress urbain », liés à la fois au capital social des individus qui se rapporte «à la capacité de bénéficier d’une appartenance à des réseaux sociaux ou à d’autres structures sociales», et à la fragmentation sociale qui rend compte du degré de cohésion d’une collectivité.

Le sociologue Michel Conan (1994) dans un très beau texte de réflexion sur le sens de la ville  « l’Arcadie, toujours recommencée…« [3]   ajoute une nouvelle dimension à cette « urbanicité », qu’il définit comme la « capacité individuelle à exercer une emprise créatrice sur la ville ou la nature et à la situer dans un devenir collectif ». Au-delà des caractéristiques propres aux espaces urbains, l’auteur analyse les possibilités d’appropriation physique, politique ou symbolique (Lefevre, 1970) de l’espace urbain. C’est dans cette perspective de capacitation, de pouvoir de transformation par les individus, que nous mettons en avant la « cité » comprise comme l’espace de la citoyenneté.

 

[1] Chaunes et Sylvoisa, 1985, Le verbiaire : dictionnaire de la langue augmentée, ed. L’âge d’homme, Lausanne.

[2] Dag Söderström, Solange Jungo, Philippe Conus, Silvana Pedrozo, Ola Söderström, 2013, « Densité urbaine et psychose – est-ce que vivre en ville rend schizophrène ? », Revue Médicale Suisse, n°398.

[3]  La maîtrise de la ville. L’Arcadie, toujours recommencée/MICHEL CONAN – Pans, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1994.