Climat local et hétérogénéité urbaine

Pour  mesurer et quantifier la fragmentation urbaine dans ses diverses formes et processus,  l’entrée par la climatologie constitue un apport précieux. En effet, parmi les éléments d’hétérogénéité de l’environnement urbain,  le  climat et les mico-climats urbains constituent des indicateurs fins de caractérisation des formes de fragmentations socio-spatiales. Une analyse multi scalaire et multidimensionnelle des phénomènes climatiques permet de  nuancer la notion d’îlot de chaleur urbain, en la replaçant de façon systématique dans son contexte climatique, mais également géographique, et morphologique.

Une approche géographique du climat urbain permet de mettre en lumière les disparités existantes sur le territoire  à une échelle fine. En effet, l’expansion de l’urbanisation et  la complexité des formes urbaines engendrent des instabilités locales et des échanges thermiques qui ont un impact sur le confort environnemental des  populations. Le climat local, perçu à différentes échelles spatio-temporelles (microclimat [1] à l’échelle d’une rue ou topoclimat[2] à l’échelle de plusieurs quartiers ou d’une ville), est déterminé d’une part par le climat global d’une région et d’autre part par la géométrie urbaine (bâtiment, type de rue, espace entre deux bâtiments…). La géométrie urbaine peut être différente en fonction d’un lieu précis dans la ville et peut être ponctuée d’espaces de bâti continu (îlots) ou de fragmentation (naturelle : parc, fleuve, etc ; anthropique : ligne de tramway, stade, etc.). Cette géométrie entraîne des impacts directs sur l’espace naturel et touche la population de façon indirecte notamment par le confort physiologique des habitants et leur perception environnementale.

S.Bridier et R.Michelangeli


1 : Un microclimat désigne une fine zone spatio-temporelle (de l’ordre de quelques centimètres à quelques dizaines de mètres carrés, moins d’une dizaine de mètres verticalement) où l’ensemble des paramètres météorologiques (température, pression, vent,…) peuvent fluctuer sur une échelle de temps inférieure à la minute. Le microclimat diffère du climat global d’une zone en raison d’un ou différents facteurs naturels (topographie, géologie, présence d’eau,…) ou artificiels (zone urbanisée, aménagement d’une ligne TGV en milieu rural,…) pouvant localement affecter les conditions météorologiques.

2 : Un topoclimat désigne également un climat local dont l’échelle spatio-temporelle est différente du microclimat (une surface supérieure : quelques mètres à quelques kilomètres à l’horizontale et jusqu’à 1km à la verticale, une échelle de temps inférieure à trois heures) mais où les facteurs topographiques (altitude, pente, exposition au soleil) jouent un rôle important : à altitude équivalente, l’adret possède une température moyenne supérieure à l’ubac de 1,5 à 2°C, d’où l’étagement de la végétation différent en montagne aux versants sud et nord.