Urbanicités : entre fragmentation et continuités urbaines

URBANICITES..

Ce carnet de recherche vise à rendre visible les éléments encore peu valorisés des recherches menées depuis 10 ans par  une équipe de géographes, enseignants-chercheurs, doctorants, étudiants de master. Nous cherchons à décrypter les transformations urbaines, sociales, environnementale et politiques de l’agglomération marseillaise, mise en parallèle avec des villes des suds. Nous explorons la ville et y interrogeons les formes de différenciation  : entre fragmentations, inégalités et continuités territoriales, quelles sont les dynamiques d’urbanités. Nous partons d’approches empiriques de la matérialité urbaine (environnement, occupation du sol, bâti), des jeux d’acteurs, des  vécus d’habitants. 

Au LPED, les concepts de fragmentation et de continuités sont partagés par les sciences sociales et les sciences de l’environnement appliquées aux espaces urbains.  L’analyse des formes et dynamiques concrètes de l’urbanisation met sérieusement en question la fameuse “durabilité” des territoires et  leurs “transitions”, tant prônées par les politiques publiques… 

A Marseille, nous sommes partis du concret et du visible entre 2007 et 2014 :  un mouvement d’étalement et de densification urbain fondé sur un marché immobilier spéculatif, accompagné d’enclosures urbaines rapide. Elles fractionnent des parties entières de la ville en mosaïques. De plus  en plus d’espaces urbains se redéfinissent comme privés, et évoluent vers une gestion  atomisée. La “qualité environnementale urbaine” autour du littoral et du parc national des calanques, est mal partagée. Pendant ce temps, le centre historique se dégrade. L’agglomération marseillaise,  territoire multiculturel et contrasté, parfois  considéré comme socialement intégrateur, est en fait doublement fragmenté, d’un point de vue physique et social, aux portes de vastes espaces communs de “nature” et de biodiversité (Méditerranée, Calanques).  Les conditions “objectives” de la durabilité et des équilibres ne semblent guère réunies eu égard à l’ampleur des inégalités, de la pauvreté, des disparités d’accessibilité aux aménités urbaines et équipements, de fortes pressions vers le repli résidentiel, l’entresoi social et la relégation des plus pauvres.

Des Suds à Marseille, il n’y a que la Méditerranée à traverser… Le drame de l’effondrement de deux immeubles vétustes du centre ancien, le 5 novembre 2018, écrasant 8 habitants sous leur décombres déclenche une crise inédite et des mobilisations sociales et politiques, proches de celles qui se produisent périodiquement dans les villes des Suds…  Le délogement brutal, au motif du “péril imminent” touchant leurs immeubles de près de 2000 habitants des quartiers anciens dégradés vient à point accélérer une stratégie de “renouvellement urbain” et de “montée en gamme” de ces quartiers. Il ravive des colères, des  débats et tensions sur la capacité des politiques locales à réguler des marchés immobiliers douteux et à garantir la ville pour tous. Cette crise se télescope avec d’autres mobilisations, sur les partenariats publics privés, sur des aménagements urbains contestés, mettant en cause les relations entre collectivités et Etat, appelé à la rescousse…

Nous nous inscrivons donc, par une démarche empirique, dans les débats critiques qui questionnent néolibéralisation, individualisation,  résidentialisation, désengagement public de la gestion des espaces. Comment peut-on mesurer et quantifier la fragmentation  ? Comment vit-on dans une ville cloisonnée ? Quels problèmes quotidiens, quels conflits nouveaux peuvent en émerger ? Quelles urbanités émergent de la  résidentialisation généralisée ? Comment se jouent les tensions entre cloisonnements et cohésion territoriale ? Quelles crises, quelles résiliences, quels dépassements peuvent en émerger ? 

L’originalité est d’aborder ces questions de manière “géographique”, donc intégrée et dynamique. Nous avons d’abord voulu mettre ces idées à l’épreuve d’un terrain et de sa complexité en construisant un appareil méthodologique multidimensionnel mais cohérent et inscrit dans la durée. Marseille constitue un « laboratoire » d’analyse permettant de le tester. Nous attachons  autant d’importance à diverses approches  : géohistoriques, environnementales (discontinuités et inégalités écologiques et bioclimatiques, accès aux aménités), humaines au sens de socio-spatiales (géographie des inégalités de revenus, logement,  pauvreté), approches socio-anthropologiques  de l’espace vécu (séparatismes, sentiment d’injustice et revendications), politiques (régulations, contradiction des actions publiques, contestations) ou économiques (action croissante d’opérateurs privés dans la production et la gestion urbaine).  Ces formes d’humanité prises en compte par l’approche géographique…  nous les résumons  ici par le terme d’urbanicité…  Nos travaux en cours s’intéressent, par le bas, aux dynamiques d’une urbanisation « insoutenable » tant du point de vue environnemental que social…  et au paradoxe qui fait que, malgré tout, cette ville à forte identité “fonctionne” socialement, à sa manière, au travers de compromis citadins multiples et constants et d’arrangements à tous les niveaux.

Fragmentation résidentielle,  disparités sociales,  et mise en question des urbanités (depuis 2007, recherches sur la production immobilière et les enclaves résidentielles à Marseille : quelles urbanités pour une ville fragmentée ? » ;  Disparités de modes de vie et de pratiques urbaines)
Enjeux de la “qualité environnementale” et de ses inégalités (recherche ANR EUREQUA « Evaluation mUltidisciplinaire et Requalification Environnementale des QUArtiers » 2012-2017) ;
Fragmentation scolaire à Marseille (thèse G.Audren, puis enquêtes collaboratives depuis 2015 auprès de lycéens de toute la région PACA)
– Les jeunes et la ville : espaces vécus, représentations et projets des jeunes (GRAPHITE, les jeunes et la ville, enquête collaborative 2015-2019). 
Comment cette ville fragmentée est elle investie et “habitée” ? Des recherches collaboratives menées depuis 2015 auprès de jeunes  et de leurs enseignants  de tous types de quartiers (populaires et favorisés, du centre ville aux franges du parc des calanques) visent à caractériser les expériences vécues, pratiques, représentations sociales. Les jeunes nous permettent d’analyser les inégalités de cadre de vie, d’accessibilité aux aménités urbaines, leur prise de conscience, la capacité de projection territoriale de ces habitants.

E.Dorier.


Ces travaux ont été principalement menés sous la direction d’E.Dorier en collaboration avec S.Bridier et X.Durang (LPED),  G.Audren et V.Baby-Collin (UMR Telemme), I.Berry-Chickhaoui  et F.Valegeas (UMR Art-Dev) .  Une thèse soutenue (G.Audren, 2015, codirigée avec V.Baby-Collin), 3 thèses en cours (P.Toth et J.Dario, D.Rouquier codirigées avec S.Bridier) et de nombreux masters dirigés au LPED contribuent à ces approches. Des enquêtes ont été conduites grâce à des contrats de partenariats externes (PUCA, Ville de Marseille, région PACA).