UrbaniCités

De « Urbs », la ville en latin, et du suffixe « ité », exprimant la qualité de l’adjectif. Le terme « urbanicité » nous a paru approprié à notre démarche de géographie urbaine qui croise approches de la matérialité urbaine et de ces dimensions sociales et citoyennes. Peu usité, bricolé, il nous a plu : nous l’avons emprunté à 3 auteurs

Une charmante première citation attribuée à Madame de Récamier…  renvoie aux paradoxes de la ville, qui à la fois sépare et rapproche (les individus, les groupes sociaux, les fonctions, etc.) : « il y a deux formes exquises d’urbanicité : celle qui accroît les distances, et celle qui les diminue »[1].

Ce terme d’urbanicité est aussi employé en psychologie sociale pour analyser les liens entre le fait de vivre en milieu urbain (l’ « urbanicité ») et la santé mentale des habitants. Un groupe de chercheurs[2] a par exemple analysé les facteurs d’un « stress urbain », liés à la fois au capital social des individus qui se rapporte «à la capacité de bénéficier d’une appartenance à des réseaux sociaux ou à d’autres structures sociales», et à la fragmentation sociale qui rend compte du degré de cohésion d’une collectivité.

Le sociologue Michel Conan ajoute une nouvelle dimension à cette « urbanicité », qu’il définit comme la « capacité individuelle à exercer une emprise créatrice sur la ville ou la nature et à la situer dans un devenir collectif » [3]. Au-delà des caractéristiques propres aux espaces urbains, l’auteur analyse les possibilités d’appropriation physique, politique ou symbolique (Lefevre, 1970) de l’espace urbain. C’est dans cette perspective de capacitation, de pouvoir de transformation par les individus, que nous mettons en avant la « cité » comprise comme l’espace de la citoyenneté.

E.Dorier, F.Valegeas, 2016

 

[1] Chaunes et Sylvoisa, 1985, Le verbiaire : dictionnaire de la langue augmentée, ed. L’âge d’homme, Lausanne.

[2] Dag Söderström, Solange Jungo, Philippe Conus, Silvana Pedrozo, Ola Söderström, 2013, « Densité urbaine et psychose – est-ce que vivre en ville rend schizophrène ? », Revue Médicale Suisse, n°398.

[3]  Michel Conan,1994, La maîtrise de la ville. L’Arcadie, toujours recommencée – Pans, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

 

 

Ce carnet de recherche vise à mettre en débat les recherches menées au sein du Laboratoire Population Environnement Développement (LPED – IRD/Aix Marseille Université). Depuis plusieurs années nous analysons les transformations urbaines, sociales, environnementale et politiques de l’agglomération marseillaise et de villes des suds. Du point de vue de la géographie sociale, nous y interrogeons non seulement les formes de différenciation : entre ségrégations, fragmentations, inégalités et continuités territoriales, mais aussi les pratiques et représentations des citadins. Ces travaux sont marqués à la fois par une articulation des échelles, une approche empirique, une analyse simultanée des paysages, de l’environnement et de la matérialité urbaine. L’objectif est d’appréhender les dynamiques et impacts de la diversité, de l’hétérogénéité et de la fragmentation urbaine sur les urbanités et les modes de vie.

Ce carnet a  pour objectif de donner à voir un état des lieux de travaux en cours, réalisées plus particulièrement au travers de plusieurs programmes récents de recherche-action du pôle TRAMES (Territoires, Diversité urbaine et Environnement) du LPED, sur diverses thématiques :
–    Qualité et fragmentation environnementale (recherche ANR EUREQUA « Evaluation mUltidisciplinaire et Requalification Environnementale des QUArtiers » 2012-2016, thèses et mémoires) ;
–    Enclaves sécurisées et ville passante (recherche PUCA « Les enclaves résidentielles à Marseille. Logiques spatiales, formes et représentations » de 2007-2010, recherche Ville de Marseille « Enclaves sécurisées et ville passante : quelles urbanités pour une ville fragmentée ? » 2013-2017, thèses et mémoires) ;
–    Disparités sociales, pratiques et représentations spatiales à travers l’espace vécu des jeunes (projet GRAPHITE « Villes en projets », thèses et mémoires).

Entre 2015 et 2018 les chercheurs, post-doctorants, ingénieurs et étudiants de master impliqués ont été les suivants : E.Dorier (coord), G.Audren, S.Bridier, X.Durang, J.Charles-Dominé, F.Valegeas, D.Rouquier, J.Dario, L.Almeida, Léa Devivjer, S.Hornaert, R.Michelangeli, C.Goupil.

E.Dorier


Vous aimerez aussi...