GRAPHITE, Les jeunes et la ville : le projet (2015-2020)

Un regard sur les pratiques et représentations des jeunes dans la ville 

consulter ici le sommaire  détaillé du projet GRAPHITE 

GRAPHITE / “Géographie prospective des territoires urbains” a été lancé en 2015-2016 par le LPED (Aix-Marseille Université) avec l’appui de la Région SUD et du Rectorat d’Aix-Marseille. Le dispositif, conçu et dirigé par Elisabeth Dorier, se veut à la fois scientifique et pédagogique. C’est une recherche-action collaborative sur l’habiter et les urbanités dans la ville fragmentée couplée à une initiation des jeunes à l’élaboration de projets urbains. Le projet, expérimenté à Marseille en 2015-2016, s’est diffusé en 2016-2017 dans 13 établissements secondaires de la région SUD (543 jeunes), puis en 2017-2018 auprès de 600 jeunes, dont 300 marseillais. En 2018-2019, 560 jeunes  de lycées de la région Sud  y ont participé. En 2019-2020, le projet se poursuit avec 6 classes, mais l’année 2019-2020 sera principalement vouée à la valorisation du matériel produit depuis le début.

On s’appuie sur une réflexion menée en classe, avec les enseignants, à partir des notions introduites dans les programmes scolaires  jusqu’en 2019: “ville durable”, d’aménagement, réduction des fractures sociales et spatiales …. et depuis 2019 (transition, recompositions, lien social). Les lycéens sont invités à observer, comprendre et investir leurs territoires urbains avec des méthodes inspirées tant des méthodes d’investigation scientifique que de celles de la “politique de la ville”. Avec l’appui de chercheurs, de médiateurs et de leurs enseignants, ils se forment ainsi à adopter une démarche géographique appliquée au projet de territoire qui fait l’objet d’une exposition et est présentée en public.
Leur expertise en tant qu’habitants, leurs témoignages sur leurs espaces de vie, leurs observations, leurs remarques, leurs idées, nourrissent, en retour, la connaissance des territoires  et la réflexion scientifique sur les territorialités urbaines et les citadinités.

Cette démarche  de « géographie prospective des territoires urbains » s’est inspirée d’expériences menées depuis 2014 dans plusieurs académies, notamment celles de Lille et de Lyon. Elle s’inscrit dans une volonté portée par l’Inspection générale de géographie. L’originalité de la démarche menée à Marseille repose sur sa dimension de recherche collaborative basée sur la cartographie numérique, les débats de groupe, les parcours commentés de terrain, et la mise en place de moments d’interactions entre les jeunes, leurs enseignants, et les acteurs des politiques de la Ville et de la rénovation urbaine (Métropole), de l’Aménagement du territoire (SRADDET) et de la gestion urbaine de proximité (Centres sociaux). L’approche s’inscrit, par ailleurs, dans les questionnements scientifiques plus larges sur les formes et effets de la fragmentation urbaine (résidentielle, scolaire…) et les nouvelles modalités liées à la recherche participative qui sont au cœur du projet du laboratoire.

Des objectifs scientifiques

Ce projet s’inscrit dans la lignée d’une série de recherches menées depuis longtemps sur le “vivre en ville” et depuis près de 10 ans sur la fragmentation urbaine à Marseille sous la direction d’E.Dorier. Il s’inspire des travaux existants sur les pratiques et représentations des  jeunes dans les espaces urbains (voir notamment : Gayet-Viaud, Rivière, Simay, 2015 ; Authier, Bathellier, Lehman-Frisch, 2016). Son originalité est de prendre en compte les lycées comme des foyers de connaissances territoriales grâce au point de vue des jeunes citadins et de leurs enseignants. Le  contexte scolaire de départ de ce projet est celui de Marseille, inégalitaire et cloisonné (Audren, Dorier, Leydet, Rouquier, 2015 – Devivjer 2015), marqué par des stratégies d’évitement scolaire (Audren 2015) qui font écho aux replis résidentiels (Audren, Baby-Collin, Dorier, 2016).  Depuis 2018, l’implication d’une équipe élargie de chercheurs des laboratoires LPED, de Telemme (géographie) et de l’ADEF (sciences de l’éducation)  a pour objectif de nourrir les réflexions scientifiques sur les dynamiques  selon ces approches principales :

  • Recueillir des matériaux riches pour l’analyse d’espaces urbains régionaux inégalitaires et fragmentés   avec des jeunes considérés comme des  “experts” de leurs territoires (et pris au sérieux en tant que tels), par des interactions directes en classe et “in situ” (parcours collectifs commentés), la production de cartes et de propositions d’aménagements urbains.
  • Analyser les pratiques de l’espace, les représentations  et aspirations territoriales de ces jeunes placés dans une démarche prospective. Traitements et analyses en cours, ont déjà fait l’objet de mémoires et de communications publiques[i] [ii].
  • Analyser  les projections  des jeunes et leurs propositions susceptible de nourrir diverses formes de changement et transitions des territoires urbains.
  • Mener une réflexion (auto) critique sur les enjeux et limites de l’éducation au développement urbain durable face aux inégalités territoriales. Les incitations pédagogiques à des approches interdisciplinaires, territorialisées et par projets, sont fortes. Mais elles s’avèrent complexes à mettre en œuvre,  en termes d’outils et d’ingénierie pédagogique à mobiliser. Selon les contextes urbains, les dimensions normatives du développement durable   (Lazzeri,  Le Bloa, Martel, Barthes,  2015) , tout comme  les  injonctions au “projet ” et à la prospective se heurtent à la réalité vécue de territoires sous contraintes où la “capacité à l’inspiration” des habitants est restreinte (Barthes, Blanc-Maximin, Dorier, 2019).

Des enjeux pédagogiques et civiques

Ce projet s’appuie sur des orientations pédagogiques nationales, qui ont fait l’objet de forts renouvellements depuis 2010. L’introduction de l’éducation au développement durable dans les programmes de l’enseignement secondaire français de géographie (2010) a été  enrichie par de nouvelles orientations (notions d’ “habiter”, “prospective territoriale”, “territoires de proximité”). Elle se double d’encouragements à la « transition pédagogique » vers une démarche active des élèves, et à l’usage d’outils numériques.

L’objectif pédagogique d’un tel projet, mené en partenariat avec des enseignants volontaires,  est de renforcer la prise en compte de l’articulation des échelles et des approches de terrain chez les élèves, en partant de leur propre expérience de vie comme support d’une réflexion sur la “ville durable”, la “ville pour tous” (ou inclusive), la citoyenneté et le lien social, valeurs présentes dans les Objectifs du Développement Durable et à ce titre dans les programmes scolaires.  Il se fonde  d’abord sur  l’usage  de la cartographie numérique participative et libre, puis sur l’élaboration de diagnostics et de projets territoriaux  qui passe par une initiation à des méthodes d’enquête, de réflexion et  de projection dans l’avenir,  qui leur permet de dépasser leurs représentions spontanées et leurs éventuels préjugés sur certains territoires.

Par des allers-retours entre des temps consacrés à l’acquisition de grilles de réflexion et de savoir-faire, des temps de réflexion individuels et collectifs sur leurs pratiques et représentations, et des phases de terrain (entretiens auprès d’habitants, usagers et acteurs ; visites ; observations), l’objectif est d’amener les élèves à se positionner comme des « apprenants », puis comme des comme des “experts” de leur territoire, des enquêteurs, des géographes,  et  surtout des citoyens, capables de donner forme à des aspirations d’intérêt général et de prendre la parole pour les argumenter.

E.Dorier

Equipe scientifique Aix Marseille Université :  sous la direction d’E.Dorier  (géographe, PR, Aix-Marseille Université, LPED), avec la collaboration scientifique de Angela Barthes (PR, Sciences de l’éducation, ADEF),  G.Audren (géographe, MCF, INSPE Aix, laboratoire TELEMME), V.Baby Collin (géographe, PR, INSPE Aix, laboratoire TELEMME). Avec la collaboration de F. Valegeas (géographe, MCF, Montpellier, ART-DEV).
Organisation  du projet : E.Dorier (dir) avec J.Charles-Dominé, ingénieure de recherche (2016), L.Guillermin (informaticien, 2016-2019), F. Valegeas (post-doctorant au LPED 2016-2017), C Goupil  (ingénieure d’études géographe LPED, 2018), Maryse Cadet-Mieze, post-doctorante en sciences de l’éducation (2018 et 2019), J.Dario, géographe, post-doctorant, ingénieur de recherche (2018-2020), Marie Simon (doctorante, ADEF, sciences de l’éducation, 2019), Lucélia D’Almeida (stagiaire master2 LPED, 2018).
Partenariat  Région Sud PACA  (co-financement du projet dans le cadre de l’AAP “Les fabriques de la connaissance”) : Délégation  Connaissance Planification Transversalité – Direction des lycées, direction du numérique éducatif.
Partenariat Rectorat de l’académie d’Aix-Marseille et de l’Académie de Nice Equipe d’inspection et de formation, Région académique Provence-Alpes Côtes d’Azur (Isabelle Méjean,  Céline Borel, Jean Marc Noailles). Délégué académique au numérique éducatif : Jean Louis Leydet.


[i] Communication d’Elisabeth Dorier, Damien Rouquier et François Valegeas : « L’éducation au développement urbain durable, entre discours normatif et approches critiques. L’exemple d’un projet de géographie prospective auprès de lycéens marseillais (2015-2017) », colloque « L’émergence des « Educations à » : entre continuités et ruptures », Montréal, 9-10 mai 2017.

[ii] Communication d’Elisabeth Dorier, Damien Rouquier et François Valegeas : « Quand les lycéens marseillais doivent imaginent la « ville durable » : paradoxes et décalages dans les discours et projets », acceptée au  colloque « Changements et transitions : enjeux pour les éducations à l’environnement et au développement durable », Toulouse, 7-9 novembre 2017


Vous aimerez aussi...