GRAPHITE, les jeunes et la ville dans la région SUD : le projet (2015-2020)

Le projet GRAPHITE Géographie prospective des territoires urbains :
regards des jeunes sur la ville 
(2015-2020)

 

consulter ici le sommaire  détaillé du projet GRAPHITE  (géoGRAPHIe prospective des TErritoires urbains)
SITE WEB GRAPHITE : https://graphite.lped.fr/

La démarche d’ensemble

Le projet GRAPHITE / “Géographie prospective des territoires urbains” a été mené entre en 2016 et 2020 par le LPED (Aix-Marseille Université) avec l’appui de la Région SUD et du Rectorat de région académique Provence Alpes Côte d’Azur.  Cette recherche-action collaborative a permis de réaliser une étude régionale sur les pratiques et représentations urbaines des jeunes,  de former des enseignants aux démarches du diagnostic territorial et de la prospective,  d’amener les lycéens à produire eux mêmes 354 micro “diagnostics” et “projets” urbains.
L’approche GRAPHITE s’appuie sur les espaces de vie des élèves pour analyser leurs territorialités, représentations, idées urbaines. Les lycées y sont considérés comme des foyers  de production de connaissances territoriales. Les lycéens ne sont pas seulement considérés en tant qu’élèves mais en tant qu’habitants et citoyens.

Le dispositif s’est voulu à la fois pédagogique et scientifique, visant à rapprocher géographie universitaire, scolaire et opérationnelle. Il s’est basé sur des équipes d’enseignants volontaires, spécialement formés, prêts à partir à la découverte des espaces vécus de leurs élèves. Enseignants,  lycéens et chercheurs se sont formés ensemble à une démarche géographique active, critique, et appliquée au projet de territoire.

En 5 années, le projet a concerné au total près de 2000 lycéens dont 1667 ont également participé à une étude collaborative concernant leurs espaces de vie et leur point de vue sur les espaces urbains. D’abord expérimenté à Marseille en 2015-2016, le projet s’est diffusé en 2016-2017 dans 13 établissements secondaires de la région SUD (543 jeunes), puis en 2017-2018 auprès de 600 jeunes, dont 300 marseillais. En 2018-2019, 560 jeunes  de lycées de la région Sud  y ont participé. L’année 2019-2020 est vouée  aux analyses scientifiques pour le rapport final, puis à la valorisation de tout le matériel scientifique et pédagogique élaboré depuis le début, afin de transmettre et diffuser cette expérience.

Au terme de ces années d’expérimentation, divers résultats sont rendus accessibles sur le site web GRAPHITE en cours de construction :  résultats de l’enquête  ; application de web-mapping GRAPHITE ;  carte des projets d’élèves et posters ; “mallette pédagogique”, co-élaborée entre universitaires, enseignants et formateurs académiques.

354 micro-projets urbains élaborés en équipe par les lycéens dans le cadre de GRAPHITE (2015-2020)

Des enjeux pédagogiques et civiques

En termes d’enseignement de la géographie, l’objectif est de développer chez les lycéens une réflexion sur leurs pratiques et représentations des espaces urbains. Elle se fonde sur un travail collaboratif annuel de “webmapping” sur leurs espaces vécus. A partir de cette cartographie, des échanges et débats en classe  les amènent à analyser les enjeux urbains et sociaux à l’échelle de leur quartier et de leur ville. Cette étape aboutit au choix de “territoires de projet”, traités en équipe. 
Au fil de la démarche, la confrontation à l’enquête de terrain et à l’élaboration d’un projet conduit les élèves à réinvestir des notions abordées dans le cadre des programmes de géographie : “habiter”, “ville durable”,  “transition”,  “recompositions”, “lien social”, ville inclusive, qui invitent lycéens et enseignants à se projeter dans une perspective de changement s’appuyant sur la “prospective territoriale”. GRAPHITE permet aux lycéens de faire dialoguer ces concepts et leur expérience vécue du quartier étudié. 
Le projet GRAPHITE relaie ainsi les grandes orientations  liées à l’Education au “Développement Durable” (EDD)  introduites dans les programmes de l’enseignement secondaire français  depuis 2010 et à l’‘enseignement moral et civique, qui insiste sur  la citoyenneté, le lien social, la “ville inclusive”, valeurs présentes dans les Objectifs du Développement Durable (ODD) et qui sous-tendent les programmes scolaires. L’un des enjeux de GRAPHITE est  de valoriser, dans ce domaine, la parole des jeunes de la génération lycée, trop peu entendue.
En fin de projet, les lycéens réalisent que l’outillage méthodologique et conceptuel apporté par les professeurs (du lycée et de l’université) leur a permis d’acquérir une certaine “expertise” urbaine dont ils pensaient auparavant incapables, autant que d’analyser de façon critique l’espace de leur ville.
La démarche proposée, articulée aux programmes officiels,  conduit les élèves à se positionner comme des géographes, des “experts” de leur territoire, des enquêteurs, des habitants actifs et impliqués dans la cité, des citoyens capables de donner forme à des aspirations d’intérêt général et à prendre la parole publiquement pour les argumenter : façon d’accéder au droit à la ville.
Leurs projets ont fait l’objet d’une exposition annuelle et d’un colloque entre 2016 et 2019. Ils sont présentés sur ce site.

Des objectifs scientifiques pour la phase expérimentale du projet

Chaque phase de ce projet expérimental a permis aussi aux chercheurs impliqués, en lien avec les enseignants des lycées, d’étudier la place des jeunes dans les espaces urbains et leur relation avec la ville. Il s’inspire des travaux existants sur les pratiques et représentations des  jeunes dans les espaces urbains (Cesari J. et al, 2001 – Gayet-Viaud, Rivière, Simay, 2015Authier, Bathellier, Lehman-Frisch, 2016).  Ce projet s’inscrit aussi dans la lignée d’une série de recherches menées depuis près de 10 ans sur la fragmentation urbaine à Marseille sous la direction d’E.Dorier.  Le  contexte scolaire de départ de ce projet est celui de Marseille, de plus en plus inégalitaire et cloisonné (Audren, Dorier, Leydet, Rouquier, 2015 – Devivjer 2015), marqué diverses formes  de la fragmentation urbaine : des stratégies d’évitement scolaire (Audren 2015, Audren, Baby-Collin, Dorier, 2016) qui font écho aux replis résidentiels. C’est pourquoi il a été décidé d’enquêter auprès d’établissements disséminés dans divers quartiers des trois métropoles régionales, aux profils socio-environnementaux contrastés (Marseille, Toulon, Nice).

Depuis 2018, l’implication d’une équipe élargie de chercheurs des laboratoires LPED, de Telemme (géographie) et de l’ADEF (sciences de l’éducation)  a pour objectif de nourrir les réflexions scientifiques sur les dynamiques  selon ces approches principales :

  • En complément des approches quantitatives de géographie sociale qui reposent sur l’exploitation de données statistiques territorialisées (de type Insee, DAEC- Education nationale), l’étude Graphite permet d’abord d’analyser les différentes pratiques de l’espace selon les contextes urbains de la région, à partir des cartes et questionnaires traçant les espaces de vie de 1667 lycéens de toute la région Sud. Ces années d’étude fournissent un important corpus de données quantitatives et spatiales : plus de 18000 lieux de vie ont été saisi par les lycéens ayant participé au volet cartographique (domiciles, lieux d’activités extra-solaires, lieux appréciés, évités, lieux “à aménager”).  On y voit se dessiner une géographie vécue très différenciée des espaces urbanisés de la région SUD, avec des espaces de vie et des capacités à la projection d’ampleur inégale et diverse  selon : le genre, la catégorie sociale, le lieu de résidence, le lycée…
  • Un enrichissement qualitatif se base sur l’analyse des commentaires libres,  débats en groupe et projets rédigés par les lycéens (diagnostics territoriaux, cartes, propositions d’aménagements urbains).
  • Ces apports nous ont permis de dresser des “tableaux de bords territoriaux” régionaux du point de vue des lycéens.
  • L’implication directe des chercheurs dans la démarche, le suivi des élèves en classe  sur la durée d’un semestre, la participation aux sorties de terrains, les interactions informelles avec jeunes et enseignants ont permis de mieux comprendre les représentations et les aspirations subjectives de ces jeunes, placés dans une démarche de projet scolaire assez libre et autonome, et de répertorier leurs avis et suggestions pour les territoires.
  • Un dernier volet réflexif a été mené en lien avec le laboratoire ADEF.  Le projet GRAPHITE permet d’analyser “in situ” les capacités ou difficultés de  projections des jeunes, et permet  d’analyser  les enjeux et les limites d’une démarche d’Education au Développement Durable face à la diversité des contextes. Selon les contextes urbains, les dimensions normatives de l’éducation au développement durable se heurtent à la réalité vécue de certains territoires sous contraintes où la “capacité de projection et d'”aspiration”des jeunes habitants est restreinte (Dorier, Rouquier, Valegeas, 2017 ; Barthes, Blanc-Maximin, Dorier, 2019).

Méthodologie

Les approches  proposées aux enseignants et aux lycéens sont inspirées tant de la recherche géographique que de  la “politique de la ville”. Les enseignants volontaires pour s’impliquer dans ce projet ont bénéficié de formations (théoriques, techniques) conçues et organisées par l’équipe du LPED en lien avec celle de la région Sud (SRADDET) et avec les inspecteurs et formateurs du rectorat (Plan Académique de Formation). En retour, les enseignants participants ont été force de proposition. La méthodologie a été élaborée au fil des 4 années du projet a donné lieu à une capitalisation de ressources sous forme d’une mallette pédagogique académique.  L’approche s’inscrit dans un questionnement méthodologique plus large sur la recherche participative.

Méthodologie du projet GRAPHITE
Pour aborder concrètement certaines notions de base de géographie urbaine, les élèves sont d’abord invités à mener une “introspection” géographique individuelle, en utilisant une interface de cartographie numérique spécialement conçue. Les lycéens y repèrent leur propres territoires urbains (lieux de pratiques, perceptions, représentations). Ils géolocalisent, évaluent et commentent de manière anonyme leurs  lieux de vie (domicile, « activités » extra-scolaires), puis, plus largement, les endroits jugés “attractifs” “répulsifs” ou “à aménager”.  Ce travail individuel est introduit par les enseignants en fonction de notions géographique de référence. D’autres étapes amènent ensuite les jeunes à analyser cette cartographie et travailler en groupe.

Des débats  en classe (“débriefing”)  permettent  de commenter les cartes ainsi produites et de questionner  les avis spontanés, de discuter des “pratiques spatiales” et “représentations” constatées, de déconstruire les éventuels préjugés sur certains territoires sous-tendant les avis spontanés.

Des équipes d’élèves se constituent alors autour de territoires de projets identifiés collectivement.  Les élèves sont initiés à des méthodes d’enquêtes en autonomie (entretiens auprès d’habitants, usagers et acteurs, visites, observations). Des parcours collectifs de terrain sont organisés sous forme de “diagnostic en marchant” avec des moments d’interactions in situ entre pairs, avec leurs enseignants, avec les universitaires, avec des professionnels de l’Aménagement du territoire régional et de l’aménagement urbaine (Agence d’urbanisme, Communes, Métropole) et des acteurs de terrain (associations).

La phase de réflexion, d’élaboration de diagnostics illustrés et de projets d’aménagements aboutit à diverses formalisations :  vidéos, diaporamas, posters, maquettes, présentations orales destinées à une présentation publique en fin d’année.

Chaque phase du projet permet aussi aux chercheurs du LPED et aux professeurs des lycées d’étudier la relation des jeunes avec la ville.  Après une phase exploratoire en 2015-2016,  la même méthodologie a été appliquée et formalisée pendant les 4 années de cette recherche-action, entre 2016 et 2019,  avec une amélioration progressive des outils. En parallèle une étude sur les espaces vécus et les représentations des lycéens s’appuie sur cet important corpus de données à traiter sur les 2000 lycéens impliqués.

 Evolution du projet et “carnets de terrain” illustrés

En 2015-2016, cette méthodologie a été conçue de manière expérimentale, avec 7 classes de 6 lycées marseillais (210 élèves) qui ont élaboré des cartes de leurs espaces de vie, puis 47 projets d’aménagements urbains présentés à des professionnels et élus lors d’un colloque.  Lien vers le Carnet de terrain 2016 (Marseille uniquement) projets d’élèves, photos.

En 2016-2017,  19 classes de lycées et collège de toute la région Sud PACA (10 à Marseille et 9 en PACA) ont participé au projet Graphite, 104 projets d’aménagements urbains ont été élaborés par les élèves. Ils ont été  présentés  lors d’une restitution publique le 8 juin 2017 à l’Université St Charles (Marseille), en présence de représentants des collectivités territoriales. Lien vers le Carnet de terrain 2017, projets d’élèves, photos.

En 2017-2018,  GRAPHITE a impliqué 20 classes de 13 établissements de la région Sud PACA.  Lien vers Carnet de terrain 2018, projets d’élèves,  photos.

En 2018-2019, GRAPHITE a impliqué 560 élèves de 19 classes de 14 établissements de la région Sud PACA. En parallèle, l’expérience a été diffusée par l’Académie d’Aix-Marseille au niveau collège. Les formations d’enseignants et les liens avec les acteurs territoriaux ont été renforcés. Le projet  a été connecté avec l’enquête publique du SRADDET. Des films ont été réalisés à partir des diagnostics d’élèves. Lien vers le Carnet de terrain 2019, projets d’élèves, photos

L’objectif de l’année 2020 fut de capitaliser, valoriser, diffuser tout le matériel scientifique et pédagogique, les cartes, posters de projets d’élèves, photos, vidéos, enregistrements etc.  produits dans le cadre du projet. L’équipe de chercheurs, inspecteurs, formateurs et enseignants expérimentés du projet GRAPHITE depuis sa création  contribuent à finaliser une “mallette pédagogique”. En mars 2020, dans le contexte du confinement, une interface de géolocalisation adaptée au suivi pédagogique à distance et à la formation des enseignants volontaires a été conçue par l’informaticien du projet. L’ensemble pourra contribuer au portail web “connaissances du territoire” de la région Sud.

informations/contact : elisabeth.dorier@univ-amu.fr 

 

©E.Dorier, 2020, Le projet GRAPHITE, un regard sur les pratiques et représentations des jeunes dans la ville (2015-2020), in Urbanicités, Carnet de recherche,  https://urbanicites.hypotheses.org/1324

Equipe scientifique Aix Marseille Université sous la direction d'E.Dorier  (géographe, PR, Aix-Marseille Université, LPED).
Depuis 2018, collaboration scientifique de Angela Barthes (PR, Sciences de l'éducation, ADEF),  G.Audren (géographe, MCF, INSPE Aix, laboratoire TELEMME), V.Baby Collin (géographe, PR, INSPE Aix, laboratoire TELEMME).
Organisation  du projet  2020: E.Dorier (dir) avec J.Dario, géographe, post-doctorant, ingénieur de recherche (2018-2020), L.Guillermin (informaticien, 2016-2019).
Organisation  du projet  2015-2019:  J.Charles-Dominé (post-doctorante, 2015-2016),  F. Valegeas (post-doctorant 2016-2017),  C Goupil  (ingénieure d'études, 2017-2018), :J.Dario, post-doctorant (2019), Maryse Cadet-Mieze (post-doctorante en sciences de l'éducation 2018-2019), Marie Simon, doctorante , ADEF, sciences de l'éducation (2019), Lucélia D'Almeida (stagiaire master2 LPED, 2018).
Partenariat  Région Sud PACA 2015-2020  (co-financement du projet dans le cadre de l'AAP "Les fabriques de la connaissance") : Délégation  Connaissance Planification Transversalité - Direction des lycées, direction du numérique éducatif.
Partenariat Rectorat de l'académie d’Aix-Marseille et de l'Académie de Nice 2015-2020 Equipe d'inspection et de formation, Région académique Provence-Alpes Côtes d'Azur (Isabelle Méjean,  Céline Borel, Jean Marc Noailles). Délégué académique au numérique éducatif : Jean Louis Leydet.

[i] Communication d’Elisabeth Dorier, Damien Rouquier et François Valegeas : « L’éducation au développement urbain durable, entre discours normatif et approches critiques. L’exemple d’un projet de géographie prospective auprès de lycéens marseillais (2015-2017) », colloque « L’émergence des « Educations à » : entre continuités et ruptures », Montréal, 9-10 mai 2017.

[ii] Communication d’Elisabeth Dorier, Damien Rouquier et François Valegeas : « Quand les lycéens marseillais doivent imaginent la « ville durable » : paradoxes et décalages dans les discours et projets », acceptée au  colloque « Changements et transitions : enjeux pour les éducations à l’environnement et au développement durable », Toulouse, 7-9 novembre 2017


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search