GRAPHITE 2018 : Carnet de Terrain

Déroulement du projet Graphite 2018 

Ce carnet de terrain est perpétuellement en évolution, il vous permet de suivre le déroulement du projet 2018

Retour sommaire du projet GRAPHITE les jeunes et la ville 

En 2018  604 élèves  des 20 classes participant au projet ont tout d’abord cartographié leurs pratiques spatiales (décembre-janvier) en utilisant une application numérique conçue pour ce projet, permettant aux enseignants de produire des statistiques, cartes et graphiques. Ces résultats ont permis aux élèves et enseignants, accompagnés de chercheurs et d’étudiants, de réfléchir ensemble à travers des débats (février-mars) sur leurs espaces de vie et sur leurs représentations, de prendre conscience d’inégalités territoriales.  Parallèlement à cela, les enseignants ont bénéficié de deux journées de formation, les 19 décembre 2017 et 20 février 2018. Après la phase d’élaboration  de diagnostics et de projets d’aménagements urbains, les élèves les présentent à leurs enseignants, aux chercheurs et à des partenaires (professionnels du territoire, associations) lors de sorties de terrain (avril-mai), puis, publiquement lors d’une exposition et d’un colloque final.

Découvrez le travail des élèves du lycée de Diderot dans un site internet dédié (cartes interactives, vidéos, présentation des projets d’aménagement, interviews…):

8. Retrouvons les supports de présentation orale des 16 classes ayant présenté leurs projets lors de la restitution finale le 1er juin 2018:

Matin:

 

Après midi:

7. Exposition et Colloque final le 1er Juin 2018:  Campus centre d’Aix Marseille Université (Marseille, Saint Charles), de 9h à 12h30 puis de 14h à 17h

1er juin : journée de restitution finale

Près de 450 lycéens de 19 classes de toute la région  (Nice, Digne, La Garde, Aix, Vitrolles et Marseille) accompagnés de leurs enseignants se sont retrouvés sur le site universitaire Saint-Charles à Marseille le vendredi 1er juin 2018. La journée a été consacrée à la présentation de leurs travaux sur les territoires urbains : exposition, vidéos, photos et exposés publics devant un public critique et enthousiaste composé de leurs pairs, d’élus de la région, de membres de l’académie d’Aix-Marseille, d’universitaires et de partenaires du projet notamment issus de la société civile.

Le matin, Mme Arlette Fructus (adjointe au Maire de la ville de Marseille, conseillère régionale Provence-Alpes-Côte d’Azur, présidente de la commission « Habitat, Foncier et Urbanisme »  et vice présidente de la métropole Aix- Marseille Provence), M. Jean-Louis Leydet (délégué académique au numérique, inspecteur d’académie et inspecteur pédagogique régional à l’Inspection académique d’Aix-Marseille), M. Jean-Baptiste Chabert (chef du service Connaissance prospective au Conseil régional Provence- Alpes Côte d’Azur), et l’après-midi, Mme Marie-Florence Bulteau-Rambaud (conseillère régionale et présidente de la commission Lycée, Apprentissage, Formation professionnelle et Jeunesse au Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur), Mme Catherine Biaggi (inspectrice générale de l’Education nationale), Mme Isabelle Méjean (inspectrice pédagogique régionale) leur ont fait l’honneur d’introduire les sessions et d’y assister.

Une très belle journée ensoleillée pour entendre en amphi les élèves sur leurs projets, découvrir sur 300 m2 d’exposition les 88 posters, livrets et maquettes réalisés par les lycéens. Trois projections simultanées nous replongeaient en image dans les sorties de terrain réalisées au Printemps, nous faisaient découvrir les vidéos réalisées par les élèves et nous rappelaient les travaux et la journée de restitution de 2017. Enfin, un travail en « commissions » a mélangé  les jeunes des différents établissements sur 10 thématiques : transport-mobilité-accessibilité ; sport et loisirs ; culture et éducation ; espace vert ; espace public ; vivre ensemble – social et habitat ; littoral – cours d’eau ; écologie – énergie renouvelable ; dynamisme économique et citoyenneté.

Merci à tous pour cette très belle rencontre !

GRAPHITE est piloté par le LPED : http://www.lped.fr/GRAPHITE-Geographie-prospective-des-territoires.html

Retrouvez le projet sur Facebook:

Retrouvez le projet sur Twitter :

Retrouvez le projet sur Youtube :

6. Réalisation des projets.

Visualisation en ligne les lieux des projets des élèves 

… (Métropole Marseillaise) 2018  en  suivant ce lien  

…  et les projets des élèves de Nice, de La Garde et de Digne les BainsGRAPHITE – Projets d’Aménagement 2018

 

5. Avril-Mai : des parcours collectifs commentés sur les territoires de projets des jeunes

Le principe est que les enseignants emboîtent les pas de leurs élèves et découvrent avec eux leurs territoires de vie et de projets. L’ équipe AMU (enseignants-chercheurs, ingénieurs projet  et étudiants ) est toujours présente. Des responsables d’associations,  des professionnels de collectivités, des élus ont été sollicités pour suivre  les parcours et  aider  les  jeunes  à construire et  argumenter leurs projets. Détail des sorties  du 7 au 22 mai en ouvrant l’agenda ci-dessous : Cliquez sur les dates pour avoir les détails des lieux et projets des élèves

22 mai : Marseille, de l’hôpital Nord à la Corniche Kennedy, les Secondes 12 du lycée Victor Hugo on fait un long périple passant par le métro Bougainville, le cours Lieutaud et le Vieux port.  Deux projets ont traité : les abords immédiats de la gare Saint Charles, pratiqués au quotidien par ces lycéens.  4 projets concernent des transports durables (nouvelles lignes de métro et de tramways, nouvelles pistes cyclables ou améliorations),  pour mieux relier les quartiers nord et les plages au centre ville et à la gare. Constatant la part importante d’enfants et d’adolescents dans leurs quartiers, trois projets s’adressaient aux jeunes. Une rencontre avec l’associationVélo en Ville, a clarifié la question des pistes cyclables.  Les projets tendent vers une ville plus accessible, apaisée, et innovante. Les jeunes sont sensibles à l’image de leur ville.  Vincent Laperrière  (enseignant chercheur AMU), Maryse Cadet-Mieze (post-doctorante sur Graphite) et Clémence Goupil (ingénieure de recherche) ont aidé les jeunes à préciser leurs projets. 

18 mai : Aix-en-Provence, du lycée Cézanne au Jas de Bouffan en passant par la Rotonde puis en arpentant les rues du centre-ville, les élèves des  1ère STMG1  et  1ère STMG4 du lycée Cézanne nous ont présentés leurs projets tournés principalement sur le « vivre ensemble » : des lieux de rencontre et de détente : des cafés et des commerces pour se rencontrer avec le développement de concept tels que : la découverte multiculturelle pour les uns, la solidarité avec  un « café suspendu » pour d’autres dans un cadre de verdure naturel, ou encore l’action caritative avec l’installation sur la place de la Rotonde d’une grande roue à vocation touristique mais dont les bénéfices profiteraient à des associations ; l’aménagement de mobilier urbain notamment des bancs pour se poser et se rencontrer, avec recharge solaire de batterie portable. Mais également améliorer la sécurité par l’installation de luminaires au sol pour plus d’esthétisme pour les uns, avec panneaux solaires pour les autres. Les présentations ont été enrichies par l’interview de passants et commerçants et la présence de deux invités  Mme à Lisa Pastor (ARDL) et Alain Legardez (AMU et Cercle Condorcet)

18 mai : du centre ville  aux quartiers nord de Marseille, une grande traversée à la suite de la  1ere STMG1 du lycée Montgrand, des projets bien argumentés pour améliorer la  qualité de vie et la convivialité pour les enfants et des jeunes quartier Noailles, de la résidence Massalia,  la création de commerces, et un projet pour la copropriété dégradée parc Kalliste. Un grand merci à l’équipe du « Chateau en Santé » pour son accueil  dans la Villa Valcorme, au cœur du Parc Kalliste (15e).

15 mai: à Digne les Bains, le  parcours a permis d’examiner  4 lieux distincts où les  élèves ont exposé leurs projets : de la zone commerciale, à la gare, puis devant la piscine et enfin au centre ville . Étaient présents Ambroise Mazal, adjoint à la mairie, en charge du projet revitalisation urbaine de la ville de Digne (cœur de ville), Sylviane Blanc-Maximin, formatrice à L’ESPE, Angela Barthes, Professeure en sciences de l’éducation, et Maryse Cadet Mièze, Ingénieure de recherche Projet. Un débat s’est instauré toute la journée à partir des projets proposés par les élèves.

11 mai: Les élèves de la classe 2nd4 de Denis Diderot  ont permis abordé des thématiques sensibles comme  la sécurité, les usages de l’espace public, les équipements commerciaux et sportifs. Des éclaircissements ont été fournis par des associations impliquées dans le développement local comme la Coordination régionale Pas Sans Nous, l’Association Sportive et Culturelle de la Jeunesse de Félix Pyat, mais aussi  des explications sur la Politique de la Ville (Benoît Ferraris, Chargé de Développement de Projets Urbains). Un grand merci à ceux qui ont enrichi la sortie en partageant leurs expertises avec les élèves (et aussi à nous)! Cette journée a compté également avec la présence d’Urban Prod et de Marsactu ce qui valorise les travaux menés par les élèves dans ces quartiers.

09 mai: les élèves d’Artaud ont témoigné de leur sensibilité à la nature en ville, au sport collectif et aux cohabitations  intergénérationnelles.  Leurs projets d’espaces publics, d »équipements sportifs (notamment piscines, peu présentes dans ces quartiers),  les réaménagements du parc Château Gombert pour développer une mixité intergénérationnelle ont été débattus avec Jéromine, enseignante et formatrice académique de géographie et Ken, paysagiste du collectif Puya  qui a transmis aux élèves des évaluations « professionnelles » de leurs projets, les poussant à les améliorer.

07 mai: une sortie marquée par sa fibre sociale, ses débats sur la nature en ville. Les élèves de Montgrand nous ont proposé un centre d’accueil et de réinsertion pour les SDF,  des réaménagements de la copropriété du Parc Corot , des transformations (très débattues) du Parc Font Obscure, des aménagement sécuritaires. Ils ont exposé leurs projet devant  Virginie Baby-Collin (professeure des universités),  Elisabeth Dorier (professeure des universités), Marie Caroline Vallon (Région, direction de l’Aménagement du Territoire et de la Transition Énergétique). Nous remercions Frank, Jennifer et Walid (Médiateurs Sociaux Urbain à parc Corot) pour leur accueil et leurs explications.

19 avril : quartiers Nord de Marseille, entre Malpassé, les Oliviers, parc Corot,  un petit raccourci pour accéder au parc de Font Obscure… avant de se retrouver à la gare Saint Charles. Les jeunes du lycée Diderot abordent notamment  des questions de logement, d’accès aux pratiques sportives, de qualité des espaces publics (ou « ouverts au public »), de solidarité avec les plus démunis autour de la gare saint Charles (Association SOS Voyageurs). Merci aux Pas sans Nous et  à Magali Launay (collectif intercopropriétés) d’avoir convié des acteurs des territoires (Régie service 13, Soliha, Compagnons bâtisseurs…) pour expliquer aux élèves, enseignants et chercheurs la situation complexe des quartiers et le Plan de sauvegarde en cours du Parc Corot. De salutaires remises en question d’idées reçues…

16 avril : en plein centre ville de Marseille,  les propositions d’aménagements des lycéens de saint Joseph les Maristes proposent des  réhabilitations de commerces fermés par la création de lieux de co-working, loisirs et rencontre pour les lycéens  et d’espaces publics au centre ville,   ils ont chiffré le coût et l’intérêt économique et social d’un ambitieux  projet de téléphérique urbain à plusieurs stations, reliant  Grand littoral à Notre Dame de la Garde. Merci aux paysagistes de Puya et de l’École du paysage, qui ont conseillé, et suscité des vocations …

 Les lycéens entraînent leurs enseignants et les chercheurs sur leurs lieux de projets

4.Mars: le diagnostic et les projets d’aménagement

Une fois finalisée l’étape du débriefing, on passe au concret, avec les étapes de diagnostic et projet : la recherche d’un lieu à aménager pousse les élèves à connaître le territoire concerné et ses « acteurs » (habitants, usagers, entrepreneurs, décideurs), identifier les manques, les problèmes et les besoins des « habitants » et « usagers » (et faire la différence entre ces 2 catégories), identifier ce qui fonctionne, les atouts, les potentiels des territoires, identifier les projets publics en cours et leurs acteurs, repérer quels espaces sont disponibles , repérer où l’on pourrait radicalement transformer le territoire, suggérer des scénarios d’évolution, de renouvellement…

Dans le rôle de cartographes, les élèves délimitent le territoire où ils souhaitent réaliser leur projet d’aménagement.

 

3.Février: Débriefing

Moment fort du projet,  c’est l’analyse qualitative des cartes et graphiques, dans une démarche de prise de parole par les élèves et de débats entre pairs, où il n ‘y a pas la place pour la « bonne réponse ». Les enseignants ont été formés, et ils ont préparé leurs séances de débriefing, en présentant à leurs classe les cartes de leurs  espaces vécus, des graphiques résultant des données, en leur présentant des comparaisons avec d’autres lycées…  Les commentaires sont libres et animés, occasions de prises de conscience : des différences de pratiques et d’avis entre pairs,  des inégalités entre territoires, les pratiques selon le « genre », des stigmates et des préjugés. Des membres de l’équipe LPED et des formateurs du rectorat ont participé aux séances dans les classes en appui aux enseignants qui le souhaitaient. Ces séances sont aussi l’occasion de collecter des matériaux scientifiques sur les représentations territoriales des élèves.

Graphique réalisé par une enseignante à partir des données saisies par ses élèves  pour préparer le débriefing.

Quelques mots qui ont été remontés pendant les séances de débriefing:

Nuage des mots: débriefing 2018

Quelques extraits des retranscriptions des débriefing du projet GRAPHITE 2018:

En gros, j’avais dit, il y a des choses où, sont les origines aussi. Il y a par exemple dans les activités… le théâtre et la danse, il y a des choses qu’il faut pas mélanger les cultures, on va dire. Il y a des cultures qui se mélangent pas. (F, Marseille, Montgrand)

… les pratiques et l’appartenance socioculturelle

F1 : Tu as quoi contre les musées ?

F2 : J’ai rien contre les musées !

F 1: Je vais quand c’est gratuit ! Quand c’est gratuit ! (F, Marseille, Montgrand)

… les  pratiques incitées par la gratuité

On n’a pas de bus, on a quoi ? Le 97 pour venir au centre ville ? Pour venir au centre-ville il y a qu’un bus, il y a pas de métro, il y a pas de tram, il y a rien. (F, Marseille, Montgrand)

(inégalités territoriales et problématique d’accessibilité d’une élève qui habite au nord de Marseille)

On voulait pas aller au lycée du quartier nord. Du coup, on a demandé l’option portugais. C’est pour éviter le lycée de mon secteur. (F, Marseille, Montgrand)

(témoignage d’une élève sur l’évitement scolaire)

…les lieux stéréotypés, catalogués. Donc, les « quartiers » ! (F, Marseille, Montgrand)

(l’avis d’une élève sur les lieux « répulsifs »)

Le centre-ville est un quartier réputé… donc les travaux se font plus vite. Alors qu’ici ils mettent deux ou trois ans. (F, Marseille, Denis Diderot)

…l’avis d’une élève sur la rénovation urbaine et les différences entre le centre-ville et le nord

les débriefings sont aussi l’occasion de travailler des notions liées aux programmes de géographie

 

2.Décembre-janvier: saisie et analyse de données géolocalisées sur l’espace vécu des jeunes

Le projet s’appuie sur une introspection des jeunes à partir de leur espace vécu: réflexion individuelle sur support numérique d’abord, puis débat en groupe de parole ensuite.  L’interface de cartographie participative GRAPHITE 2018  (©Datacollect/LPED) a  de nouvelles fonctionnalités et une meilleure ergonomie pour la saisie par les élèves et le suivi par les enseignants.  L’anonymisation a été renforcée, ainsi que l’autonomie des enseignants, qui  peuvent suivre en direct le travail des lycéens, visualiser les cartes de leur classe, et télécharger directement les  données saisies par leurs élèves, permettant de réaliser en classe un travail d’analyse territoriale collective et critique.

Page d’accueil de l’appli GRAPHITE

6 types des lieux (points) sont géolocalisés et pris en compte à travers l’interface, pour chaque lieu, les élèves signalent des informations et peuvent rédiger de brefs commentaires libres:

Exemple des points entrés par les élèves d’une classe de Marseille

Réponses libres des élèves:
Domicile
Le trajet pour aller jusqu’au lycée est long et difficile, je dois prendre 4 type de transport et au lieu de faire le trajet en 60 min durée moyen d’un trajet en voiture, je met 90 min. (F, Digne les Bains, Pierre-Gilles de Gennes)
Lieux d’activités (2343 points)

Dans l’ensemble la Valentine (entre commercial) est un lieu d’activité attractif, l’état des lieux est propre et il y a beaucoup d’aménagements ( snacks,boutiques,cinéma) , c’est un lieu qui fait passer le temps . (F, Marseille, Denis Diderot)

Lieux attractifs (1444 points)

C’est un lieu public où tout le monde peut se réunir gratuitement, y faire du sport, se reposer, etc.
De plus c’est un espace vert en pleine ville. (une élève décrit le Parc Borély – F, Marseille, Marseilleveyre)

Lieux répulsifs (935 points)

Le pont est dangereux en ce qui concerne la sécurité des piétons. (un élève décrit le pont du Gapeau – M, La Garde, Coudon)

Lieux hors de ta ville (758 points)

C’est un lieu calme, propre et les transports en communs sont gratuits. (une élève décrit Aubagne – F, Marseille, Montgrand)

Lieux d’aménagement (836 points)

Cinéma en plein air fonctionnant grâce à des panneaux photovoltaïques. (proposition d’aménagement à Font Obscure suggérée par une élève – F, Marseille, Denis Diderot)

GRAPHITE 2018 – Exemples de cartes d’espace vécu des élèves

Lieux d’activités localisés par les élèves du lycée Montgrand (6ème arrondissement) Lieux d’activités localisés par les élèves du lycée Artaud (13ème)

 

 

 

 

 

 

1. Formation  des enseignants, échanges d’outils  et d’expériences et « mallette pédagogique »

Le 19 décembre et le 20 février 2018, deux Journées de Formation organisées au LPED ont réuni l’équipe scientifique du LPED, l’équipe de formateurs du rectorat et l’ensemble des 20 enseignants impliqués. Au programme, des  cadrages théoriques et méthodologiques (notions d' »espace vécu », enjeux  critique de la « participation » de « droit à la ville »), des retours d’expérience et débats (notamment sur les valeurs sous-jacentes et explicites du projet), des ateliers numériques et de partage d’expériences afin de compléter la Journée de Formation GRAPHITE du 19 décembre 2017 et donner des outils pour la mise en place des étapes du projet.
Une  « mallette pédagogique » est en cours de conception, en partenariat  entre les universitaires impliqués, l’équipe de formateurs du rectorat et les enseignants qui proposent leurs expériences et innovations.  Des outils sont partagés sur  une interface de formation continue « M@GISTERE »  ouverte à tous les participants.  Pour 2018-2019,  l’équipe s’engage aussi dans une démarche d’échanges et de  partage tant pédagogiques que scientifiques  dans le cadre d’une plate forme de l’IFE et avec l’appui du CGET.

Une interview de Jéromine Nicolai, enseignante et formatrice, le 18.05.2018 sur le projet Graphite  : Quand les élèves deviennent aménageurs du territoire…

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/05/18052018Article636622268539909790.aspx

 

 


Vous aimerez aussi...