Une cartographie  des évacuations d’urgence et des relogements à Marseille

Une cartographie  des évacuations  et des relogements à Marseille : un outil de suivi en collaboration avec des associations, collectifs et la Fondation Abbé Pierre

Sur les 500 ménages (majoritairement populaires) suivis par l'association Marseille en Colère et la Commission des délogés du Collectif 5 novembre, il a été possible de cartographier les trajectoires de 313 ménages (764 personnes).
 
L’effondrement de deux immeubles le 5 novembre 2018,  faisant huit victimes, a déclenché une vague d’évacuations préventives à Marseille, en particulier dans les quartiers centraux (Noailles, Belsunce, Panier, Joliette) et péri-centraux (Belle de mai, Versailles) dégradés.
Depuis novembre 2018, près de 2800 foyers ont  été évacués en urgence de 331 immeubles déclarés inhabitables pour suspicion de péril imminent ou  de périmètres de sécurité (chiffres MOUS). Parmi eux, nombre de ménages très modestes,  violemment déstabilisés par ces délogements, sont suivis par des associations.
Malgré la mise en place en janvier de la « MOUS[1] Relogement » associant Ville, Etat et des opérateurs privés (Soliha), les pouvoirs publics ne communiquent pas leurs chiffres sur ces questions. Selon la Cellule Hébergement de la MOUS , 180 ménages et 416 personnes étaient encore  “hébergés à l’hôtel” au 12 juin 2019.
Où se trouvent les ménages évacués au cours de ces 8 mois ? Où se situent les hébergements temporaires et les offres de relogements transitoires et définitifs ?  
Une  polémique et des mobilisations  collectives sur les risques d’éviction de ces ménages les plus modestes hors du centre-ville s’est nourrie de ce climat d’urgence et d’opacité dans le contexte des forts enjeux de renouvellement urbain pour les vieux quartiers de Marseille proches du Vieux Port. 
 
 C’est pourquoi une initiative de cartographie des trajectoires des délogés a été lancée  par des géographes du LPED (Aix Marseille Université) en collaboration avec l’Association Un Centre Ville Pour Tous et un développeur informatique bénévole (Datas-Collect). Pour objectiver la situation, elle  s’appuie pour l’instant  sur la  veille réalisée depuis novembre 2018 par les permanences de bénévoles  de la Commission des délogés du Collectif 5 novembre et de l’Association Marseille en Colère. A elles deux, elles soutiennent et accompagnent dans leurs démarches environ 500 ménages évacués, majoritairement populaires, depuis le 5 novembre 2018[2], et elles ont accepté de collaborer.  Cette initiative est suivie par la Fondation Abbé Pierre.
 
Depuis novembre 2018, il a ainsi été possible de  cartographier les trajectoires d’une partie de ces 500  ménages, de revenus généralement modestes, suivis régulièrement par les permanences de l’Association Marseille en Colère  et de la Commission des délogés du Collectif 5 novembre. Les 313 ménages dont les trajectoires sont suffisamment connues représentent 764 personnes déplacées,  437 adultes, 266 mineurs de 4 à 18 ans,  61 enfants  moins de 4 ans (dont 11 naissances pendant l’hébergement en hôtel).  
 
A ce stade de la saisie, la carte montre les 313 domiciles évacués (avec ou sans arrêtés de péril),  les 421 hébergements temporaires successifs (hôtels, appart’hôtels), les 56 appartements qui ont été proposés en convention d’occupation provisoire. Dans 90 cas, la trajectoire du ménage va jusqu’à la réintégration du domicile initial  ou le relogement définitif, que ce soit via la médiation de la Soliha ou par les propres moyens des ménages.
Cette réintégration n’est pas toujours simple : si 145  immeubles objet d’un AP sont officiellement considérés comme “réintégrables” après travaux de mise en sécurité et main levée partielle d’arrêté de péril, certains d’entre eux  sont toujours lézardés de fissures inquiétantes et  demeurent, par ailleurs, insalubres, conduisant certains habitants à craindre de s’y réinstaller. Ils se souviennent qu’au 65 rue d’Aubagne, en 2018, les habitants avaient été autorisés à réintégrer leur immeuble après une telle mainlevée d’arrêté de péril, avant que celui-ci ne s’effondre sur eux.
 
les hébergements temporaires d’urgence (hôtels et appart’hôtels)
Pour les locataires, l’hébergement incombe légalement au propriétaire bailleur. En cas de défaillance de ce dernier, la Ville assure le relais à charge au propriétaire de rembourser. La carte montre qu’à part quelques hôtels très excentrés (La Valentine, l’Estaque), la plupart des hébergements provisoires (hôtels ou conventions d’occupation provisoire) attribués par la Ville ont été proches du centre-ville. Mais depuis des mois, le provisoire se prolonge, la majorité des ménages les plus modestes suivis par les deux associations demeurent dans l’incertitude, en situation d’attente de relogement pérenne,  ce qui les décentre de leurs lieux de vie habituels (scolarité, travail, lien sociaux). Beaucoup ont été changé plusieurs fois d’hôtels, certains plus de 5 fois.  Plusieurs immeubles évacués, mal sécurisés,  ont été cambriolés, et certains évacués ont tout perdu. Et de nouvelles évacuations d’immeubles en péril, déclenchées ou envisagées dans le cadre des projets de réaménagements du centre ville (périmètre de l’Opération d’Intérêt national  EUROMED notamment) accroissent la pression.
 
Cette crise a mis en lumière la nécessité de régulations face aux dérives d’opérateurs privés pas toujours rigoureux ni scrupuleux dans la fabrique et la gestion de l’habitat. Elle  place aussi les pouvoirs publics au défi  de la définition d’un projet participatif de renouvellement des quartiers centraux, respectant  leur diversité, leur caractère vivant et populaire, qui font l’originalité et l’attrait de Marseille. La patiente négociation (janvier-juin) d’une charte du relogement entre Mairie, Etat, collectifs et associations en pose peut-être la première pierre, avec la perspective un comité de suivi qui pourrait, lui aussi être participatif…
 
Tout comme les permanences bénévoles d’accueil et d’aide aux évacués[3], cette veille cartographique fonctionnera pendant l’été, et au delà, avec les bénévoles qui ont construit ensemble cet outil : informaticien, géographes, membres de la Commission des délogés du Collectif 5N, de  Marseille en ColèreUn Centre Ville pour Tous avec l’appui de la Fondation Abbé Pierre
Avec les autres initiateurs de cette cartographie  proposons aux autres associations, aux pouvoirs publics et à la Soliha de s’associer à cette démarche collaborative afin de compléter les informations, d’échanger et de valider ensemble les données actuelles et futures sur les évacuations, hébergements et relogements à Marseille. [4].  
 
 
Cette initiative implique des géographes (LPED-AMU), l’Association Marseille en Colère, la Commission des délogés du C5N,  l’Association Un Centre Ville Pour Tous. Elle est suivie par  la Fondation Abbé Pierre. Remerciement particuliers aux étudiants historiens et géographes pour leur collaboration, et à la plateforme informatique Datas-Collect.net.
 
[1] Maîtrise d’œuvre Urbaine et Sociale. Dispositif classique des programmes de renouvellement de quartiers dégradés, déployé ici dans l’urgence il associe la Ville de Marseille et l’opérateur Soliha (spécialisé dans l’intermédiation locative sociale) chargé de faire le lien entre des bailleurs, privés ou sociaux, et les ménages évacués afin d’assurer leur relogement transitoire.
[2] Association Marseille En Colère (160), Commission des délogés du Collectif 5 novembre  (300)
[3] Permanences d’été : Marseille en Colère 2 rue Malaval, 13002 Marseille (tous les matins), Commission des délogés du Collectif 5 novembre « le Molotov », place Cézanne, 13006 Marseille (horaire d'été, lundi 14-17h et sur RV à sinistres@collectif5novembre.org).  
 [4] Les partenaires universitaires et associatifs impliqués dans cette cartographie collaborative partagent leurs informations, mais ont signé un engagement de discrétion. Aucune donnée confidentielle n’est saisie et l’accès est réservé.
Sur les 500 ménages (majoritairement populaires) suivis par l'association Marseille en Colère et la Commission des délogés du Collectif 5 novembre, il a été possible de cartographier les trajectoires de 313 ménages (764 personnes).
sur les 500 ménages (majoritairement populaires) suivis par l’association Marseille en Colère et la Commission des délogés du Collectif 5 novembre, il a été possible de cartographier les trajectoires de 313 ménages (764 personnes).

Vous aimerez aussi...