Le mal-logement et ses enjeux à Marseille, une veille cartographique (2018-2020)

 

  TELECHARGER : Recueil_commenté  complet de  60 cartes sur_le  logement à Marseille (corrigé mars 2020)

La version maquettée est en ligne depuis le 28 février sur le site du Haut Comité au Logement des Personnes Défavorisées (HCLPD).


L’effondrement de deux immeubles dégradés du centre ville le 5 novembre 2018,  faisant huit victimes, a déclenché une vague sans précédent de milliers d’évacuations préventives d’immeubles dégradés reconnus “en péril”, éclairant subitement les problèmes anciens de logement, de pauvreté et les besoins en matière de politiques publiques à Marseille.  L’un des deux immeubles non entretenus et effondrés appartenait depuis des années à la Ville à travers sa société Marseille Habitat, l’autre à des propriétaires privés.
Ce double effondrement a provoqué un choc émotionnel et politique, révélant le bilan de décennies de “laisser-faire”  face au mal-logement et  aux risques environnementaux urbains dans le centre de Marseille (la pluie et les glissements de terrain, invoqués comme cause des effondrements). La soudaineté des évacuations  déclenchées ensuite (entre 3000 et 4000 personnes) évoque un contexte d’urgence humanitaire plus habituel dans les villes des Suds qu’en France. En février 2020, ce sont 497 adresses qui au total ont été évacuées en urgence . En mars 2020, ces évacuations se poursuivent et continuent à toucher des habitants de quartiers centraux (Noailles, Belsunce, Panier, Joliette) et péri-centraux (Belle de mai, Versailles), et de quelques copropriétés dégradées périphériques.
Ces événements, cette crise et sa gestion questionnent  la responsabilité des pouvoirs publics, celle des acteurs privés et la place des habitants plus précaires dans la cité. Après de fortes mobilisations sociales,  de longues négociations entre pouvoirs publics et associations ont abouti  à l’adoption d’une charte du relogement , signée entre la Ville, l’Etat,  des collectifs et associations le 8 juillet  2019.   Le suivi de cette charte se fait à travers des réunions périodiques entre signataires, non sans tensions dans un contexte pré-électoral. En janvier 2020, la conseillère municipale en charge de ce dossier démissionne de ses fonctions d’ajointe au logement en regrettant le manque de moyens publics et le non respect de cette charte. Plus d’un an après, le bilan de la gestion de cette crise humanitaire et du respect de cette charte n’a toujours pas été réalisé, un appel d’offre est en cours. La mobilisation d’associations pour remettre le mal-logement au centre de l’agenda politique marseillais a  trouvé un écho néanmoins  assez atténué au moment des élections municipales de mars 2020. 

Sur ces questions, nous avons contribué au rapport du Haut Comité au Logement des Personnes Défavorisées (HCLPD),  Marseille, de la crise du logement à la crise humanitaire (novembre 2019) puis en lui fournissant  un Recueil_de cartes_2019_sur_Marseille et  son  contexte social, notamment celui du logement social (mise en ligne sur le site du HCLPD février 2020). 
Le caractère dramatique de l’événement déclencheur ne doit pas occulter les problèmes de fond, structurels, bien connus des  observateurs à Marseille :  fortes inégalités sociales et fragmentation urbaine,  pauvreté (26%, 200 000 personnes) très concentrée au centre ville, dans plusieurs grosses copropriétés dégradées excentrées,  et dans les quartiers où se concentre le logement social ancien. 
Ces problèmes sont aggravés par des inégalités de traitement entre les territoires de la ville, le manque de logements “très sociaux”, accessibles aux plus modestes, à la mesure des besoins (surtout en centre ville). 

 

échantillon des cartes  conçues et réalisées par E.Dorier et J. Dario (Aix Marseille Univ, LPED), cartographie du logement social établie  avec l’appui d’étudiants  géographes de master (A.Costa Silva et B. Georges) – version complète  à télécharger ici.

mars 2020, le mal-logement en période de confinement

L’entassement des habitants dans des logements surpeuplés (chiffres Insee) caractérise les quartiers populaires du centre-ville, les copropriétés dégradées et  certaines cités de logements sociaux (Air bel). Il  renforce les autres formes d’inégalités au quotidien en période de confinement face au Covid. On remarque la similitude entre carte de la pauvreté et carte  du nombre de personnes par pièce dans les logements  (calcul qui rentre ensuite dans la composition de  “l’indice de surpeuplement”, ce dernier, plus complexe,  non représenté ici, tient  aussi compte de la surface et de la proportion d’enfants).   Rappelons que les inégalités ne sont pas seulement intra-marseillaises, mais encore plus  forte à l’échelle de la métropole Aix Marseille Provence. La  carte suivante  a été élaborée réalisée pour analyser les conditions de vie des jeunes en situation de confinement (dans le cadre du projet Graphite 2020). 

1.2018-2019 : une vague d’évacuations préventives dans le parc d’habitat dégradé des quartiers centraux

Entre novembre 2018 et novembre 2019, selon nos estimations croisant  et  recoupant des sources officielles et d’associations, au moins 1300 foyers (plus de 3000 personnes)  ont  été évacués en urgence, d’immeubles principalement situés au centre et déclarés inhabitables.  Début novembre 2019, nous avions dressé la carte des 409 immeubles touchés par l’un des 68 arrêtés et/ou des 330 arrêtés de péril qui se sont succédé et comportent une interdiction d’occuper (en examinant et en géolocalisant toutes les adresses concernées par les arrêtés, car un même arrêté peut concerner plusieurs  immeubles, certains ne préconisent pas d’évacuation). En fevrier 2020 ils sont 497.
 

carte 2. conçue par E.Dorier et J.Dario,  nov 2019, avec l’appui de travaux d’étudiants (A.Costa da Silva) et de l’équipe d’infographie du journal Le Monde (M.Costil), publiée le 5/11/2019

A cette date, 399 immeubles avaient été évacués tout ou partie (immeuble entier en général, quelques appartements dans certains cas). La moitié environ d’entre eux font aujourd’hui l’objet d’une “mainlevée” de l’arrêté de péril. 
Ces arrêtés de péril concernent majoritairement des habitants très modestes,  violemment déstabilisés par ces délogements. Après une gestion improvisée au début, parfois brutale et souvent conflictuelle,  la  mise en place de dispositifs professionnalisés a  permis de mieux prendre la mesure de cette crise inédite. D’abord la mise en place de deux MOUS[1] , l’une pour le relogement temporaire des ménages évacués (10 décembre), l’autre pour leur accueil et leurs suivi social ( février).  Les associations ont mené à bien la longue négociation d’une la charte du relogement  (janvier-juin, validée en conseil municipal le 17 juin, signée le 8 juillet) entre Mairie, Etat, collectifs et associations, avec la création d’un comité de suivi partenarial.  Elle garantit, entre autres, un “droit au retour au centre” des habitants évacués.  
Malgré  la mise en place de ce comité de suivi réunissant régulièrement Ville, Etat, opérateurs privés (France Horizon, Soliha) et associations, les pouvoirs publics n’ont longtemps pas communiqué d’informations précises et localisées sur le devenir des ménages évacués.  Une  polémique sur les risques d’éviction de ces ménages les plus modestes hors du centre-ville s’est nourrie de ce climat d’urgence et d’opacité dans le contexte des forts enjeux de renouvellement urbain pour les vieux quartiers de Marseille proches du Vieux Port. 
 
2.janvier-mars 2020:  Arrêtés d’interdiction d’occuper et de périls,  poursuite des évacuations :  une banalisation des procédures d’urgence
Au fil des mois, et tandis que se mettent en place des plans de rénovation du centre-ville, les arrêtés de périls imminents et les évacuations se poursuivent. Chercheurs et étudiants d’Aix Marseille Université (LPED) ont continué la veille à partir des données publiques.  En février 2020,  ce sont 497 adresses qui sont touchées par des arrêtés d’évacuation et/ou de péril imminent. On ne constate pas de changement majeur dans la localisation des zones concernées : hypercentre ville ancien, toujours. Mais dans le détail, on constate que certains nouveaux  espaces sont concernés principalement à partir de l’été 2019, correspondant à des zones de chantiers de rénovation, comme si l’arrêté de péril imminent  et l’évacuation en urgence des habitants devenaient des outils parmi d’autres  pour sécuriser les aménagements en cours.
  

cartographie conçue par E.Dorier et J.Dario, février 2020, avec l’appui  d’A.Costa Silva,  mise à jour le 28/02/2020. données concernant les ménages évacués  en 2019, ayant droit au relogement, et, à ce titre, suivis par l’opérateur SOLIHA (cf. infra).

 3. une cartographie des évacuations d’urgence et des relogements :  un travail collaboratif entre géographes universitaires, la Commission des délogés du Collectif 5 novembre, les associations Marseille en Colère,   Un Centre Ville pour tous, en lien avec la Fondation Abbé Pierre

L’initiative d’une cartographie  des arrêtés de péril avait été lancée dès le mois de janvier 2019, en collaboration avec  le journal Marsactu qui a créé une animation accessible en ligne [https://marsactu.fr/cest-mon-data-chronologie-dune-vague-de-perils/].  Puis, face à la carence et l’imprécision des données publiques sur les trajectoires des ménages évacués, nous avons  élaboré un outil  de suivi indépendant, en collaboration avec l’Association Un Centre Ville Pour Tous, la Fondation Abbé Pierre et  avec un développeur informatique bénévole (Datas-Collect). [présentation de l’initiative ici, par le journal Marsactu]
Ce travail, réalisé selon les règles de l’art scientifique (questionnaire, géoréférencement, saisie,  vérifications, validation) a démarré avec des étudiants  en février 2019. Il s’est appuyé sur la veille réalisée depuis novembre 2018 par les permanences de la Commission des délogés du Collectif 5 novembre et de l’Association Marseille en Colère. Depuis le 5 novembre 2018, les deux cellules de crise bénévoles  de ces associations soutiennent et accompagnent sans relâche dans leurs démarches environ 500 ménages évacués[2]
Après avoir conçu et construit l’outil  en collaboration avec les associations (décembre-février), défini le cadre déontologique de la démarche (mars), il a été possible, avec l’appui d’étudiants volontaires, de  cartographier  et de documenter les trajectoires d’une partie de ces ménages.

les trajectoires de 368 ménages suivis par l’association Marseille en colère et le Collectif du 5 Novembre.

La démarche, basée sur  de nombreuses rencontres avec les associations et des habitants évacués, a été volontairement tenue discrète, les participants s’y étant engagés afin d’éviter toute instrumentalisation des observations qui concernent 368 ménages sur les 500 environ référencés par les collectifs et associations (ceux pour lesquels les associations disposent d’une information suffisante).
  • 368 ménages évacués
  • Hébergement temporaire 1 : 302
  • Hébergement temporaire 2 : 100
  • Hébergement temporaire 3 : 27
  • Hébergement temporaire 4 : 11
  • Relogement proposé 1 : 43
  • Relogement proposé 2 : 9
  • Relogement proposé 3 à plus  : 6
  • Relogement longue durée ou réintégration  : 93

Les 368 ménages évacués suivis par le Collectif du 5 novembre et Marseille en Colère, Marseille nov 2018 – aout 2019.  (Observatoire MeC, C5N, CVPT, FAP, LPED).

En septembre 2019  les 368 ménages dont les trajectoires sont directement suivies par les collectifs et associations représentaient 955 personnes déplacées,  554 adultes, 309 mineurs de 4 à 18 ans,  72 enfants  moins de 4 ans (dont 11 naissances pendant l’hébergement en hôtel).  Le suivi des associations s’est concentré, au début, sur la gestion du quotidien. Les évacuations, surtout les premières semaines, ont été brutales, dans une ambiance de stress lié à une vague de signalements d’immeubles  à risque à Marseille. 
Jusqu’en novembre 2019,  et malgré une amélioration suivant la signature de la charte du relogement, certaines évacuations ont continué à être diligentées hors cadre légal, sans arrêté officiel (l’arrêté venant plusieurs jours après l’évacuation). Des habitants ont été évacués par les marins pompiers et la police en quelques dizaines de minutes, disposant ensuite d’une brève visite sous escorte pour récupérer quelques objets de première nécessité. les personnes ont alors été orientées vers des hôtels, une “cantine” d’urgence étant mise en place par la Ville sur la Canebière (Maison des associations). Sous la pression des associations, nombre de familles ont ensuite été placés dans des appart’hotels permettant la préparation de repas et un semblant de vie familiale.
Au  stade actuel de la saisie (mi sept. 2019), la carte montre  368  domiciles de ménages évacués depuis le 5 novembre  (avec ou sans arrêtés de péril),  leurs 441 hébergements temporaires successifs (hôtels, appart’hôtels), les appartements qui leur ont été proposés en convention d’occupation provisoire. Dans 93 cas, la trajectoire du ménage va jusqu’à la réintégration du domicile initial  ou le relogement de longue durée, que ce soit via la médiation de  SOLIHA ou par les propres moyens des ménages.
Depuis l’été, de nouvelles évacuations d’immeubles en péril, parfois déclenchées  par le voisinage, parfois associées à des travaux, à des projets de réaménagements du centre ville (périmètre de l’Opération d’Intérêt national  EUROMED notamment) accroissent la pression. 
  • les hébergements d’urgence (hôtels et appart’hôtels)

Les 441 hébergements temporaires successifs (hôtels et appart’hôtels) des ménages évacués suivis par le Collectif du 5 novembre et Marseille en Colère, Marseille nov 2018 – aout 2019 (Observatoire MeC, C5N, CVPT, FAP, LPED).

Pour les locataires évacués dans le cadre d’un Arrêté de péril (ce qui est la voie légale ), l’hébergement incombe légalement au propriétaire bailleur, le temps de réaliser les travaux prescrits.  Nombre de propriétaires ont assumé correctement  ce devoir. Mais les défaillances  sont nombreuses, et sous la pression des associations, la Ville a assuré le relais – à charge pour les propriétaires de rembourser.  Certains “marchands de sommeil”  ont fait réaliser des travaux bâclés,  insuffisants pour permettre une réintégration, ou réduits au strict minimum relatif à la sécurité, sans traiter l’insalubrité des immeubles (ou même en l’aggravant). Soucieux de rentabiliser la situation, certains propriétaires ont tenté de reloger leurs locataires dans d’autres logements tout aussi indignes.  L’un a tenté de profité du relogement provisoire de ses locataires évacués pour détruire leurs affaires personnelles et relouer les appartements.  Plusieurs immeubles évacués, mal sécurisés,  ont été squattés, cambriolés en l’absence des habitants, et certains évacués ont tout perdu. Habitants et associations, soutenus par la fondation Abbé Pierre, ont lancé des procédures judiciaires. Très longues, certaines commencent tout juste à aboutir.
Pendant des mois, le provisoire s’est prolongé pour les ménages les plus fragiles  suivis par le Collectif du 5 novembre et Marseille en Colère.
 
Le lancement d’une  MOUS “relogement”[1] confiée à SOLIHA  les 10 décembre a ouvert des perspective de captation de logements à titre temporaire auprès de bailleurs sociaux et privés afin que ces ménages retrouvent un équilibre, pendant les travaux de mise en sécurité de leurs immeubles demandés aux propriétaires.  Nombre de  séjours forcés en hôtels ont duré de plusieurs semaines à plusieurs mois, dans l’attente de ces travaux.  A l’été, nombre de ménages n’avaient toujours pas pu regagner leur domicile initial , ni récupérer meubles et vêtements, ni être relogés. Beaucoup  demeurent encore, 1 an après, dans l’incertitude, en situation d’attente de relogement pérenne.  Selon la «MOUS Relogement», 142 ménages et 336 personnes étaient encore  “hébergés à l’hôtel” au 18 octobre 2019. 
 
Mais où se trouvent-ils, dans quels hôtels ? Et où se situaient les offres de relogements temporaires de longue durée ou définitifs proposés au ménages évacués au cours de ces 10 mois ? Faute d’information, les bénévoles des associations ont réalisé un travail de suivi quotidien dans les hôtels. C’est ainsi qu’a été réalisée cette cartographie, avec la collaboration des familles concernées : elle  montre qu’à part quelques hôtels très excentrés, surtout lors des premières semaines (La Valentine, l’Estaque), la plupart des hébergements provisoires ont été ensuite rapprochés du centre-ville. Mais pour des raisons logistiques, beaucoup des ménages non relogés ont du changer plusieurs fois d’hôtels, certains plus de 5 fois en quelques mois, cette instabilité accentuant le traumatisme initial.
L’une des priorités des associations a été d’accompagner ceux qu’elles appellent les “délogés” dans cette période traumatisante, palliant ainsi les fortes carences publiques. Réconfort moral et écoute, collectes de vêtements d’hiver (en décembre), puis d’été (en mai juin), de jeux pour enfants,  organisation des fêtes de fin d’année, aide aux démarches administratives,  prise de contact avec des avocats, cellule psychologique assurée par des professionnels bénévoles etc.
Collectifs et associations ont exercé leur influence pour obtenir des hébergement plus conforme à une vie familiale, le regroupement des familles, le rapprochement des hébergements du logement d’origine. 
  • des réintégrations sous tension

Un an après,  181  immeubles objet d’un AP sont officiellement considérés comme “réintégrables” (novembre 2019) après travaux prioritaires de mise en sécurité et main levée partielle d’arrêté de péril. Mais certains  d’entre eux sont toujours lézardés de fissures inquiétantes et  demeurent, par ailleurs, insalubres, conduisant des habitants à craindre de s’y réinstaller. Ils se souviennent qu’au 65 rue d’Aubagne, en 2018, les habitants avaient été autorisés à réintégrer leur immeuble après une telle mainlevée d’arrêté de péril, avant que celui-ci ne s’effondre sur eux. 

Après la mainlevée d’arrêté de péril, la  réintégration du domicile de départ est parfois refusée et souvent contestée : travaux incomplets, appartements non remis en état d’occupation après travaux de sécurisation, persistance de fragilités dans l’immeuble, insalubrité qui était parfois associée au péril, et n’a pas été résorbée,  voire s’est  aggravée  suite à des mois de non occupation.

Tout comme les permanences bénévoles d’accueil et d’aide aux évacués[3],  ou l’accompagnement juridique et social des ménages, cette veille cartographique associant universitaires et bénévoles a fonctionné pendant l’été 2019  : informaticien, géographes, membres de la Commission des délogés du Collectif 5N, de Marseille en ColèreUn Centre Ville pour Tous avec l’appui de la Fondation Abbé Pierre.   

4.Bilan du suivi officiel des relogements temporaires en septembre 2019 : 1186 ménages évacués

La description de ce dispositif collaboratif  lors d’un entretien collectif auprès du journal MARSACTU  le 5 juillet 2019 a suscité des échanges  lors des comité de suivi de la charte du relogement de l’été 2019. Nous  avions proposé aux pouvoirs publics et à SOLIHA (opérateur de la MOUS qui gère la recherche de relogements et l’accompagnement des familles) de s’associer à cette démarche.  La préfecture a accepté le principe d’une collaboration en juillet 2019, des données nous ont été remises fin septembre 2019.Les pouvoirs publics  (préfecture, Ville) ont alors commencé à donner plus de transparence aux chiffres de la MOUS relogement.

Le 18 septembre 2019, avec l’accord de la préfecture et de la ville, SOLIHA  a remis  à l’Université des données chiffrées détaillées, anonymisées mais géolocalisables  (adresses évacuées, adresses des relogements proposés et acceptés par les familles) concernant la MOUS relogement.  Elles permettent de dresser un bilan de près d’une année de suivi des ménages  évacués éligibles au relogement (locataires titulaires d’un bail). Plusieurs réunions et des  échanges ont eu lieu pour valider, cartographier et diffuser ensemble des données  de cette gestion de crise. Les cartes et graphiques qui en résultent ont été présentés en comité de pilotage de la MOUS relogement le 21 novembre 2019. [4] 

Il est donc possible de  rendre compte de cette année de gestion de crise en combinant données officielles, éclairages du terrain et explications, ce qui peut favoriser le suivi de la “charte du relogement”  et la concertation entre toutes les parties prenantes : habitants,  organisations sociales, Collectivité, Etat.

  • capter et sélectionner les logements

La mission de la MOUS qui est de reloger temporairement les ménages évacués (locataires titulaires d’un bail) se base sur un repérage et une captation de logements sociaux et privés. Au début de sa mission le 10 décembre 2018, SOLIHA ne dispose que d’une centaine de logements pour plusieurs centaines de ménages évacués. En une année, plus d’un millier de logements ont fini par lui être proposés par bailleurs sociaux et privés, mais la moitié ont du être refusés en raison de leur éloignement du centre, ou de leur mauvais état. Seuls 550 baux environ ont été signés entre SOLIHA et les bailleurs, permettant ensuite d’y loger les ménages sous forme de “convention d’occupation temporaire”.

  • les contraintes de l’offre de logements sociaux

La mission de relogement des ménages évacués butte particulièrement sur le manque de logements sociaux au centre-ville ancien où prédomine d’un habitat privé, de rente locative, très dégradé. Dans l’ensemble, malgré une légère progression récente la ville de Marseille est légèrement  déficitaire en logement SRU (21,01%), mais le déficit est plus fort si l’on exclut du calcul les logements étudiants et les logements de loyers “intermédiaires” qui, de fait, ne sont pas accessibles aux plus modestes… et de manière criante dans certains arrondissements : les logements sociaux familiaux, surtout les “très sociaux” sont peu nombreux au centre (1er, 2eme,4eme, 5eme) concentrés au Nord (15eme) et au centre nord de la ville(3eme), absents des arrondissements du sud (6eme, 7eme, 8eme) et du 12eme. La production de logements sociaux de ces dernières années  a produit quelques milliers de logements “très sociaux”, mais presque  tous dans les quartiers nord. Quelques milliers de logements “intermédiaires” créés autour des périmètres de projets (Euromed,  ZAC ou zones de rénovation) sont inaccessibles aux plus modestes.

Les contrastes, carences et besoins en  logement social doivent aussi êtres lus à l’échelle de la métropole AMP (Aix Marseille métropole), dont les inégalités et le déficit de solidarité territoriale ont été pointées par un récent rapport de l’OCDE. La Métropole elle même s’est constituée tardivement et sous la pression de l’Etat, une partie des communes très favorisées du pays d’Aix refusant de s’associer à Marseille. En pleine crise du logement indigne et des évacuations, le programme local de l’habitat (PLH) métropolitain à l’échelle des 92 communes réunies, difficilement élaboré  (et pourtant jugé trop timide par nombre d’associations) a été repoussé par une majorité des élus de la métropole, alors que plusieurs de ces communes comptent parmi les plus fortement carencées de France en logement social.

4. Les enjeux

En pleine période pré-électorale (élections municipales, mars 2020)  et au moment ou des documents d’urbanisme importants  pour la politique de logement abordable (PLUI et PLH) sont débattus, cette crise  éclaire aussi brutalement  les effets d’un système séculaire d’arrangements et d’informalité qui, certes, a permis à des ménages populaires de demeurer en centre ville… mais parfois dans des conditions indignes, et pour le plus grand profit de certains propriétaires privés indélicats ne mettant pas leur patrimoine aux normes d’habitabilité.

La fabrique urbaine de Marseille est, historiquement, dominée par des logiques privées et par des arrangements les plus divers entre public et privé, pour le meilleur (tolérance, convivialité) et pour le pire (clientélisme). Nous l’avons déjà étudié en analysant la genèse historique des fermetures résidentielles à Marseille. Cette forme de “compromis de coexistence” est constitutif tant des formes d’urbanités marseillaises que de son histoire politique. La planification et les régulations ont  été réduites au minimum, conduisant, à plusieurs reprises dans l’histoire, à des interventions directes de l’Etat face à des urgences. 

Dans les années 60, la stratégie de construction des logements sociaux, majoritairement dans les quartiers nord était sous-tendue par des logiques clientélistes, a accentué un dualisme urbain de part et d’autre du centre paupérisé, lui-même abandonné au marché locatif puis spéculatif. Les quartiers centraux de Marseille ont ainsi  joué, depuis longtemps, une fonction  de transit et de logement des habitants plus pauvres dans un habitat de plus en plus dégradé, après le “glissement” des classes aisées et moyennes vers le sud et les périphéries. Ce centre, demeuré populaire jusqu’à cette dernière décennie, demeure très déficitaire en  habitat social, surtout familial, malgré des projets successifs de résorption de l’habitat dégradé. Diverses initiatives de préemptions d’immeubles par la Ville ont été freinées par d’interminables procédures judiciaires. Bien des immeubles rachetés, pour créer du logement social n’ont pas été rénovés,  sont restés des hôtels meublés, ont été  maintenus vacants et/ou se sont dégradés, faute de  moyens publics. Ainsi l’un d’entre eux, spécialement étudié, est loué 700 euros par mois par la Ville a un hôtelier. En échange de cette contrepartie, l’hôtel génère plus de 50000 euros de chiffre d’affaires déclaré et 12000 euros environ de bénéfices déclarés annuels.

Les investissements de la Ville se sont  orientés ailleurs : comme beaucoup de villes portuaires en crise post-industrielle, Marseille mise sur le tertiaire…  En tant que ville subalterne,  incapable d’attirer de véritables investissements productifs,  il s’agit surtout d’économie résidentielle et de rente immobilière et touristique. Les options  néolibérales sont assumées : rentabiliser le foncier, qui est supposé financer la fabrique urbaine, activer le potentiel des quartiers déjà attractifs (littoraux) et de quelques spots patrimoniaux, encourager le secteur immobilier locatif touristique et les centres commerciaux, au moyen de quelques partenariats publics-privés phares. Cela suppose mécaniquement un glissement des populations insolvables hors des espaces rentables, notamment ceux proches du Vieux Port. Divers projets comme celui de la rue de la République, artère haussmanienne reliant le Vieux Port et le port de croisières de la Joliette (2004-2007) ont déjà conduit, il y a 10 ans, à l’éviction d’une partie des locataires modestes d’immeubles privés anciens, délogés lors d’une vaste opération spéculative. Cet épisode avait déjà mobilisé des collectifs d’habitants et associations autour d'”Un Centre ville pour tous“, mobilisations déjà accompagnées par diverses études scientifiques.

Ce défi d’un renouvellement concerté pour les quartiers centraux populaires et délabrés de Marseille, proche du Vieux port est à nouveau placé  au centre des revendications de collectifs militants  dans le cadre de cette crise des évacuations (associations historiques, comme Un centre Ville Pour Tous, collectifs récents directement liés aux effondrements, comme le Collectif du 5 novembre, ou Marseille en Colère, ou encore les tous nouveaux Conseils citoyens crés dans le cadre de la Politique de la Ville). Des mouvements informels comme “Marseille Vivant et Populaire” témoignent aussi d’une revendication de  la diversité  cosmopolite du vieux Marseille, au moment même où celui-ci commence à se transformer socialement  (Belsunce, Noailles, le Panier, la Joliette). S’opposant à ce qui est  qualifié de “stratégie de gentrification”, associations et collectifs  contestant aussi, par diverses méthodes d’agit’propre, parfois humoristiques, des opérations urbaines de prestige  menées dans ces  périmètres d’où sont évacués les ménages les plus précaires. 
Cette année de crise a également eu pour effet de renforcer une presse  locale très dynamique et souvent mobilisée (La Provence, Marsactu, la Marseillaise, le Ravi,  avec la collaboration de Médiapart…), collaborant tant avec le monde associatif qu’universitaire, et qui  a su se placer à la pointe d’investigations menées en réseau : analyses historiques, événements, monographies d’immeubles, de quartiers, chroniques des “marchands de sommeil” , critique du déficit historique des régulations et contrôles, tant de la part de la municipalité que de certains services d’Etat, comme l’ARS.  [voir l’enquête de presse commune  “la grande vacance”].
 
pour citer ce texte comme source :  Dorier E., 2020, “La crise du logement indigne et ses enjeux à Marseille, une cartographie (2018-2020)”,  Aix Marseille Université, LPED, Carnet de recherche “Urbanicités”, https://urbanicites.hypotheses.org/2872
 
 
[1] Maîtrise d’œuvre Urbaine et Sociale. Dispositif classique des programmes de renouvellement de quartiers dégradés. Déployée ici dans l’urgence la MOUS  associe 2 opérateurs, à travers 2 contrats. 
Le premier (10 dec 2018, reconduit en sept 2019) lie l'Etat, la Ville de Marseille et l’opérateur Soliha (spécialisé dans l’intermédiation locative sociale) chargé de faire le lien entre des bailleurs, privés ou sociaux, et les ménages évacués et d’assurer leur relogement transitoire.
Le second confie la gestion de l'Espace d'Accueil des Personnes Evacuées (EAPE) à l'opérateur France Horizon.
[2] Cette initiative implique des scientifiques  géographes (LPED-AMU), l'Association Marseille en Colère, la Commission des Délogés du C5N,  l'Association Un Centre Ville Pour Tous. Elle a été encouragée par  la Fondation Abbé Pierre. 
Remerciement particuliers aux étudiants historiens et géographes pour leur collaboration, et à la plateforme informatique Datas-Collect.net
Veille estivale menée  par des étudiants  géographes Madeline Khiari, Corbinian Roepke,  Anthony Costa da Silva, et historiens Hamza Berkhat et Omar Drouaz.
[3] Permanences d’été : Marseille en Colère 2 rue Malaval, 13002 Marseille (tous les matins), Commission des délogés du Collectif 5 novembre « le Molotov », place Cézanne, 13006 Marseille (horaire d'été, lundi 14-17h et sur RV à sinistres@collectif5novembre.org).  
[4] Les partenaires universitaires et associatifs impliqués dans cette cartographie collaborative partagent leurs informations, mais ont signé un engagement de discrétion. Aucune donnée confidentielle n’est saisie et l’accès est réservé.


sur les 500 ménages (majoritairement populaires) suivis par l’association Marseille en Colère et la Commission des délogés du Collectif 5 novembre, il a été possible de cartographier les trajectoires de 368 ménages (personnes).

Vous aimerez aussi...