Marseille, fragmentation et mal-logement, une veille géographique (2018-2020)

Marseille, fragmentation et enjeux du mal-logement (2018-2020)

à télécharger : E. Dorier et J. Dario, 2020, Marseille 2018-2019 : De la crise du logement à la crise humanitaire. Dossier cartographique commenté, en appui au Rapport 2019 du Haut Comité au Logement des Personnes Défavorisées, (HCLPD), Aix Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, 58 p.
 
Marseille, ville duale

habitat en péril VS  multiplication des copropriétés fermées à Marseille . ©Enquêtes et cartographie : J. Dario, E.Dorier, LPED

Le 5 novembre 2018, deux immeubles dégradés du centre ville s’effondrent sur leurs habitants à deux pas du Vieux port, faisant huit victimes. Sous pression, la Ville impose l’évacuation urgente de milliers d’habitants d’immeubles en péril (1300 personnes évacuées en 15 jours ;  1245 ménages, près de 3000 personnes évacuées en un an ; près de 5000 évacuées hors de 600 immeubles 2 ans plus tard). En invoquant la pluie et les glissements de terrain  comme cause des effondrements, le maire de Marseille J.C Gaudin avait déclenché un tollé social et politique. L’un des deux immeubles effondrés appartenait depuis des années à la Ville à travers sa société Marseille Habitat, soulignant l’inertie municipale. L’autre immeuble effondré appartenait à des propriétaires privés, dont un élu local, rappelant le lien historique entretenu entre le monde politique marseillais et celui des investisseurs fonciers et immobiliers.

Le choc émotionnel et politique est d’ampleur nationale et  internationale, car  la dégradation des immeubles du centre marseillais était connue et documentée de longue date. Plusieurs rapports récents avaient alerté sur la gravité de la situation du logement indigne à Marseille. Cette crise majeure cristallise, depuis 2 ans, les enjeux structurels de la pauvreté, des  inégalités et de la gouvernance à Marseille, à travers la question du logement. Les élections municipales de 2020 ne reconduisent pas cette majorité en place depuis 1995.

Cette crise éclate dans une ville déficitaire de logements sociaux, avec de très fortes carences en centre ville, l’essentiel des HLM étant concentrés dans les « quartiers nord ». Malgré des taux de pauvreté exceptionnels dans le centre, les stratégies municipales marseillaises en matière de logement n’y ont  priorisé ni la réhabilitation des immeubles délabrés, ni le logement très social. Au contraire, dans un projet néolibéral d' »attractivité » et de « montée en gamme »,  la Ville a choisi, depuis  25 ans, de favoriser le développement  d’une offre  résidentielle périphérique  dite « de qualité »  destinée aux classes moyennes, vers le littoral sud et en urbanisant les franges de nature proches des collines qui encadrent la ville. Le dualisme urbain marseillais s’est renforcé. L’étalement s’accompagne d’une fragmentation de l’espace et de replis sociaux, car l’essentiel de ces périphéries résidentielles pour classes moyennes se cloisonnent en « résidences fermées ».

Pendant ce temps, Marseille est l’une des seules villes française à avoir gardé un centre populaire entre le Vieux port et la gare. La gentrification est amorcée par endroits mais reste limitée. Mais suite aux effondrements de 2018, les modalités brutales des premières évacuations et « mises à l’abri » d’habitants par la mairie inquiètent sur de possibles évictions durables des populations modestes hors du centre. Des  collectifs se constituent et réclament la possibilité  de retour au centre pour les évacués, dans des conditions de logement abordable et digne. Une charte du relogement, signée entre collectifs et pouvoirs publics, sert de fil rouge. L’Etat s’en mêle directement, avec plusieurs interventions officielles de ministres et du Haut Comité au Logement des Personnes Défavorises (HCLPD), pour organiser la gestion de cette crise humanitaire.  Un dispositif exceptionnel de partenariat entre Ville, Métropole, Etat, faisant appel à deux opérateurs privés est mis en place pour l’accueil et le relogement des évacués. Prévu pour un an, il doit être prolongé  à deux reprises, et jusqu’en 2024 car l’état de dégradation du parc bâti du centre de Marseille impose la poursuite des évacuations de ménages hors d’immeubles en péril.

Comment est-on arrivé à une situation pareille dans une métropole française, au point que l’Etat y intervienne directement en urgence et sur le long terme et prenne l’initiative d’un plan de réaménagement du centre ? Le discours officiel évoque la conséquence du long déclin portuaire et socio-économique depuis les années 70.  Mais les études convergent pour montrer que cette crise s’inscrit dans  la dérive d’une fabrique urbaine privée très peu planifiée et régulée, où les intérêts fonciers et immobiliers, les arrangements informels, le laisser-faire et enfin les logiques néolibérales se sont étroitement combinés. Ce sont des pratiques d’urbanisation de rente qui ont abouti simultanément à l’abandon des immeubles anciens privés du centre (la « ville qui s’effondre », pauvreté et mal logement) et à l’essor périphérique de la « ville qui se ferme » (résidences et rues barricadées). Quels changements se dessinent  à travers les mobilisations sociales et les enseignements de la gouvernance issus de cette crise ? Quel renouvellement se profile pour le centre et pour ses habitants modestes ?

1. Inégalités sociales structurelles et conditions de logement

Centre et nord de Marseille, concentrés de pauvreté, rentes pour des propriétaires immobiliers bailleurs

Le mal-logement persistant est corrélé à ces taux de pauvreté urbains très élevés du centre ancien et des quartiers nord. Le drame déclencheur et  la véritable « crise humanitaire » qui a suivi avec les évacuations ne doit pas occulter des problèmes de fond, structurels, bien connus, et depuis très longtemps, de tous les  observateurs  :  fortes inégalités sociales et  pauvreté de masse, 26% à Marseille (200 000 personnes). Ce taux de pauvreté marseillais est très supérieur à celui de la Métropole (18%). Il dépasse 40% par endroits et atteint jusqu’à 75% dans  des secteurs très  denses du centre-ville (1er, 3ème), autant que dans certains quartiers nord (14eme, 15eme arrondissements et certaines parties du 13eme). Il est corrélé à un taux de chômage élevé de 17,7%. 

L’originalité de Marseille, par rapport à l’Ile de France, c’est que ses quartiers populaires sont à l’intérieur des limites communales. Depuis les années 60, cette concentration de la pauvreté du centre- nord au nord-ouest de la ville est liée à la stratégie d’implantation des logements les plus sociaux dans ces quartiers proches du port et de ses industries, stratégie sous-tendue par des logiques électorales et clientélistes (Samson, Péraldi, 2005, Pujol, 2016). Le logement social continue, encore et toujours, à y être concentré. Plusieurs grandes copropriétés périphériques, très dégradées et investies par des « marchands de sommeil », y abritent aussi les plus défavorisés et sans droits.

Le centre ancien  est depuis longtemps abandonné à la rente locative et foncière, après le « glissement » séculaire des grandes familles bourgeoises, puis des classes moyennes vers le sud et vers les périphéries (Zalio, 1998). Beaucoup de propriétaires d’immeubles locatifs vétustes de Noailles, du Vieux Port ou de la belle de mai résident eux-même dans les « beaux » quartiers Sud de la ville. Le triangle Vieux Port/Joliette/gare Saint Charles continue à jouer, depuis longtemps, une fonction  de transit (Temime, 1995) et de logement des habitants précaires dans un habitat dégradé. Les locataires pauvres y paient des loyers élevés au mètre carré qui les poussent à s’entasser dans un parc de logements majoritairement privés, souvent peu entretenus et potentiellement indignes. Les revenus sont d’autant plus garantis qu’une part des loyers perçus est co-financée par des allocations publiques, les administrations ayant longtemps fermé les yeux sur le piteux état du bâti.

La sur-occupation du logement,  soulignée en période de confinement

La période du confinement face à l’épidémie de Covid19 (mars/mai 2020) révèle d’autres difficultés de conditions de vie : les pôles de densité brute que représentent les grands ensembles, mais surtout l’entassement des habitants dans des zones de logements surpeuplés (comparaison entre les cartes 7 et 8). On voit qu’à elle seule, la densité au km2  et la configuration en « grands ensembles » ne signifie pas automatiquement surpeuplement des logements, comme le montre l’exemple de la grande copropriété aisée  la Rouvière, au sud,  avec ses immeubles élevés entourés de jardins et proches des collines.  Les deux  cartes suivantes  ont été élaborées  pour analyser spécifiquement les conditions de vie des jeunes en situation de confinement (dans le cadre du rapport de fin du projet Graphite 2020).  On remarque  la similitude entre carte de la pauvreté (en haut de cette page) et  la carte du « nombre de personnes par pièce dans les logements ». Dans le centre paupérisé, on sait que la taille moyenne des logements tend à diminuer, en lien avec une pratique de découpe des surfaces en petites unités, permettant de mieux valoriser la rente locative. ce sont les habitants les plus vulnérables, dont les revenus dépendent en partie d’emplois précaires  en partie non-déclarés  (travaux publics, restauration, etc.) qui sont contraints d’accepter ce type de logement, accessible sans dépôt de garantie, mais souvent payable en partie en liquide, et cher. Pendant les périodes de confinement ils  se sont trouvés aussi les plus exposés à la contagion. Au  sud du 13eme arrondissement on remarque, en rouge foncé, le quartier de Malpassé, ilôt de densité  et de logements sur-occupés au sein du 13eme arrondissement, avec ses grands ensembles HLM anciens et ses copropriétés dégradées, rentes des marchands de sommeil (le Mail, les Rosiers). L’entassement dans les logements renforce les autres formes d’inégalités d’un quotidien où enfants et jeunes ne disposent pas d’espaces de travail à domicile quand les écoles sont fermées. Le 11 mai 2020, jour théorique du premier « déconfinement »,  des « clusters » de transmission du virus sévissent toujours ici, et les 6 écoles primaires du quartier Malpassé ne pouvaient ouvrir.  

 

7. Densités de population à Marseille en 2015 .    ©Dorier, Dario, Aix Marseille Univ, LPED, 2019 .8. Occupation du logement à Marseille en 2015 .    ©Dorier, Dario, Aix Marseille Univ, LPED, 2019

Une vague d’arrêtés de périls imminents à Marseille, 2018-2019. ©  Dorier, Dario, LPED, 2019 avec l’appui  d’A.Costa Silva – mise à jour le 28/02/2020.

 
Une action publique tournée vers la « montée en gamme » urbaine, inefficiente dans les quartiers populaires

Malgré l’ampleur de la pauvreté et des besoins, la mise en location de logements sociaux est insignifiante au centre de la ville (carte  6 en bas à droite).  Sur une période étudiée de 25 ans, les rares logements « très sociaux » construits restent concentrés dans les quartiers nord (carte 6). Le centre-nord populaire (arrondissements 1,2,3), très actif et commerçant, reste très déficitaire en  habitat social familial, malgré les besoins.  Des initiatives, rares et  dispersées de préemptions d’immeubles délabrés par la Ville, menées au coup par coup, ont été freinées par d’interminables procédures judiciaires avec certains propriétaires. Et parmi les rares immeubles rachetés par la Ville au motif de créer du logement social, plusieurs n’ont ensuite pas été rénovés, sont restés des hôtels meublés sans travaux d’amélioration, ont été  maintenus vacants et/ou se sont dégradés, comme le n°63 rue d’Aubagne qui a fini par s’effondrer. 

Comme beaucoup de villes en crise post-industrielle, avec un projet de « montée en gamme », mais sans  investissement dans des équipements structurants, la municipalité de Marseille a d’autres priorités. Elle a misé sur ses périphéries et son littoral en les ouvrant à l’urbanisation et en y vendant ses terrains et son patrimoine…  Mais en tant que ville subalterne, incapable d’attirer de véritables investissements productifs, il s’agit d’économie résidentielle et de rente immobilière et touristique volatile. Depuis 1995, les options néolibérales ont été assumées dans les argumentaires de délibérations et la communication municipale que nous avons dépouillés (Dorier et al, 2010)  : rentabiliser le foncier, qui est supposé financer la fabrique urbaine, activer le potentiel des quartiers déjà attractifs (littoraux) et de quelques spots patrimoniaux, encourager le secteur immobilier locatif touristique et les centres commerciaux, au moyen de quelques partenariats publics-privés phares.

Cela suppose mécaniquement un glissement des populations insolvables hors des espaces rentables, notamment ceux proches du Vieux Port. Divers projets comme celui de la rue de la République, artère haussmanienne reliant le Vieux Port et le port de croisières de la Joliette (2004-2007) ont déjà conduit, il y a 10 ans, à l’éviction d’une partie des locataires modestes d’immeubles privés anciens appartenant à des fonds financiers, délogés lors d’une vaste opération spéculative. La carte 5 montre l’évolution à la hausse du revenu médian dans ce secteur, même si une grande partie des locaux rénovés y restent vides, en jachère spéculative. Cet épisode avait déjà mobilisé des collectifs d’habitants et associations autour d' »Un Centre ville pour tous« , mobilisations déjà accompagnées par diverses études scientifiques. La même évolution s’est aussi produite, plus en douceur, dans d’autres quartiers, le long des lignes de tramway valorisant l’immobilier, ce qui est classique.

​Les évolutions récentes des revenus  en 15 ans (2001-2015) visibles sur la carte 5 en bas à gauche montrent les transformations du peuplement : la consolidation d’un dualisme entre les quartiers du littoral Sud (très favorisés et qui attirent toujours, malgré leur congestion), et ceux du centre et du Nord, avec des taux de pauvreté souvent supérieurs à 40%, atteignant localement plus de 70% (taux comparables à ceux de villes d’Afrique sub-saharienne). L’amorce d’une gentrification transforme le centre ancien (autour du vieux port, de la rue de la République et du boulevard Longchamp avec l’axe du tramway depuis 2007) et les nouvelles aires résidentielles aisées de l’Estaque, Ste Marthe, Chateau Gombert et ses environs, au nord et à l’est, grignotées sur les espaces naturels périphériques. Elle déplace un peu  la pauvreté, qui reste intense.

 

3. Inégalités sociales à Marseille en 2015. ©Dorier, Dario, Aix Marseille Univ, LPED, 2019 ©

4. Niveaux de pauvreté à Marseille. ©Dorier, Dario, Aix Marseille Univ, LPED, 2019 ©

 

5. Inégalités sociales à Marseille en 2015 .    ©Dorier, Dario, Aix Marseille Univ, LPED, 2019

6. Taux de logements « très sociaux » familiaux. ©Dorier, Dario, Aix Marseille Univ, LPED, 2019 

  • Littoral sud, abords des calanques, périphéries est : la ville qui se ferme

En 25 ans, pendant que les immeubles du centre ville populaire ne cessent de se dégrader et que la production de logements social stagne, la Ville a choisi l’étalement, en ouvrant des espaces naturels à la promotion immobilière, en créant des zones d’aménagement concertée (ZAC) résidentielles, et même en vendant des terrains municipaux, anciens stades, anciens jardins publics, aux investisseurs.  En 25 ans, le sud, l’Est, et toutes les périphéries se sont ainsi transformées dans un contexte de spéculation foncière généralisée en  un assemblage disparate de copropriétés et d’enclaves de moins en moins accessibles et traversantes, majoritairement enclos et sécurisés avec des rues fermées d’accès réservé, tournant le dos aux quartiers populaires.

La logique néolibérale d’appui aux acteurs immobiliers privés est revendiquée et justifiée par un argumentaire récurrent d’attractivité et de rentabilité de l’on retrouve dans les PV de conseils municipaux ou d’enquêtes publiques. Les nouvelles zones résidentielles pour classes moyennes supérieures s’étalent toujours davantage, vers le littoral sud, les calanques, les collines, puis dans le secteur d’Euromediterranée. C’est là que Marseille se repeuple depuis 1999 (Dorier, Berry, Bridier, 2012). D’abord par les remaniements des Plans locaux d’urbanisme (PLU) facilitant l’urbanisation des franges ville/nature. Ensuite par une série de ZAC d’habitat qui servent de noyaux pour des opérations plus vastes. Les terrains communaux vendus ont été convertis en ensembles résidentiels « de qualité », conçus fermés et sécurisés. Le but revendiqué étant l’attractivité résidentielle pour classes moyennes  propriétaires, ces ensembles sont rarement dotés d’une infime proportion de logements sociaux locatifs intermédiaires (Dorier et al, 2010). Cette ville périphérique peut être qualifiée de « privatopia », conçue par des majors de immobiliers, encouragée par la municipalité qui y voit un développement à faible coût public, dans un contexte de spéculation foncière généralisée. L’agence d’urbanisme (AGAM) tient  fièrement les comptes annuels du logement neuf ainsi créé depuis 2009. 

Depuis 1993, les 2/3 de ces programmes immobiliers sont conçus  fermés et sécurisés, chacun doté de ses propres espaces « communs » privés : parkings, voirie, jardins. Les quartiers du sud et de l’est se sont transformées en mosaïques de nouvelles résidences clôturées et sous l’effet de la fermeture de rues de lotissements anciens, voulus par les associations de copropriétaires sur incitation des syndics.  Démarrée au début des années 90, cette diffusion des enclosures n’a quasiment pas été régulée : des marges et des enclaves se construisent dès qu’on s’éloigne du centre historique (Dorier, Dario, 2016).  La propagation se fait  par mimétisme: plus de la moitié des ensembles fermés sont collés les uns aux autres, par grappes, transformant la physionomie et les usages possibles de l’espace urbain. Ces séparatismes territoriaux massifs sous forme d’enclosures  et  fermetures de rues  s’inscrivent dans la continuité d’une longue histoire d’une fabrique urbaine privée à Marseille, par lotissements de terrains sans planification construite et par arrangements informels avec la municipalité (Donzel, 1982 ; Roncayolo, 1996 ; Dario, 2019).

On voit aussi apparaître des formes de fragmentation locale au sein de zones qui étaient populaires, par exemple dans les quartiers nord, avec de nouvelles résidences dotées de jardins, encloses et sécurisées juste à côté de copropriétés dégradées ou d’ensembles HLM très appauvris aux espaces publics minimalistes. La fermeture devient un outil de valorisation immobilière ds espaces les mieux situés (vue, environnement), empiétant parfois sur des projets de parcs publics. En plus de la ségrégation classiquement observée, la multiplication des ensembles résidentiels fermés vient alors créer des enclaves d’habitat de qualité pour classes moyennes au sein de zones défavorisées, aiguisant des tensions sans régler les problèmes de fond (Dorier et al, 2010 ; Dorier, Dario, 2018).

Ces logiques dessinent, en guise de ville des classes moyennes, un assemblage hétéroclite de copropriétés fermées et sécurisées et d’enclaves économiques de moins en moins accessibles et traversantes pour les piétons. Depuis 25 ans, les politiques publiques ont massivement laissé faire, entériné ou même provoqué ce fort retrait sur l’entresoi résidentiel et la gestion privative des espaces, de leur sécurité, de leur propreté. Les fermetures de rues privées qui étaient jusqu’alors accessibles et traversantes entravent même les mobilités des piétons. Des arrangements avec la Ville, puis la Métropole maintiennent néanmoins les services de ramassage des ordures ménagères, de l’éclairage public ou du courrier postal à l’intérieur de ces enceintes. Ces quartiers fonctionnent de plus en plus en archipel, se déconnectant géographiquement et socialement du centre historique populaire et de ses rues animées. La ville y perd de plus en plus en cohérence.  (Dorier, Dario, 2018)

Ces dynamiques de fragmentation aboutissent au dualisme entre le centre et son habitat en péril du centre et des quartiers nord et la mosaïque de copropriétés fermées du reste de la ville, modèle devenu  insoutenable.

 2. La ville qui s’effondre : crise des périls et des évacuations au centre de Marseille

  • novembre 2018 :  de la crise du logement à une crise humanitaire
Après les effondrements, la soudaineté des évacuations préventives a provoqué un contexte d’urgence humanitaire, inhabituel en France. Entre nov 2018 et  nov 2019, un opacité est entretenue sur les chiffres, le site web de la Ville rend laborieuses les recherches sur la localisation des arrêtés de périls. Entre novembre 2018 et mars 2020, selon nos estimations qui croisent  et  recoupent  sources officielles et d’associations, au moins 1300 foyers (environ 4000 personnes) ont  été évacués en urgence d’immeubles déclarés inhabitables principalement situés au centre-ville et dans 3 grandes copropriétés dégradées situées au nord (cartes ci-dessous). Nous avons dressé la carte évolutive de ces immeubles évacués (en géolocalisant toutes les adresses concernées par les arrêtés d’interdiction d’occuper ou de péril, et en les vérifiant un à un, car un même arrêté peut concerner plusieurs  immeubles, certains ne préconisent pas d’évacuation). Les arrêtés de périls concernaient 409 adresses en novembre 2019, 497 fin février 2020 et 617 en mars 2021 (les arrêtés concernent en général un immeuble entier, parfois juste quelques appartements dans certains cas). 

carte conçue par E.Dorier et J.Dario,  nov 2019,sur la base d’enquêtes directes d’étudiants (A.Costa da Silva). Infographie du journal Le Monde (M.Costil), publiée le 5/11/2019

Même si leur but était d’éviter la répétition de drames, les évacuations se  déroulent au début dans des conditions d’urgence traumatisantes, toujours en urgence, par intervention  des pompiers et de la police. Pourtant,  l’état de dégradation des immeubles concernés était souvent signalé depuis très longtemps. Si la grande majorité des évacués sont des ménages économiquement fragiles, les logements locatifs évacués n’étaient pas spécialement « bon marché », malgré leur état de délabrement, ou celui de leurs immeubles: leur prix au mètre carré dépasse souvent de plus de 3 fois celui des logements sociaux.
Les habitants économiquement très précaires ont été  les plus violemment déstabilisés par ces délogements. Mais parmi les personnes victimes des effondrements et les évacués se trouvent également des étudiants, artistes, cadres moyens, correspondant à l’amorce d’évolution sociale (début de gentrification spontanée) des quartiers centraux de Marseille. Plusieurs des copropriétaires occupants victimes de la déconstruction de leur immeuble ou évacués brutalement réunissent des éléments de capital  culturel, économique et politique (enseignants, cadres), incluant  brièvement une élue locale LFI.  C’est à la présence de ces élites comme figures de proue de la forte mobilisation locale qu’on peut attribuer son impact politique dans l’année précédent les élections municipales.
 
Malgré  la création de ce comité de suivi supposé réunir régulièrement Ville, Etat, opérateurs privés (France Horizon, Soliha) et associations, les pouvoirs publics n’ont longtemps pas communiqué d’informations précises et localisées sur le devenir des ménages évacués.  Une  polémique sur les risques d’éviction de ces ménages les plus modestes hors du centre-ville s’est nourrie de ce climat d’urgence et d’opacité dans le contexte des forts enjeux de renouvellement urbain pour les vieux quartiers de Marseille proches du Vieux Port.  Toute crise peut fournir l’occasion d’une accélération de transformations urbaines  …
  • des évacuations aux relogements provisoires : un suivi cartographique
Au fil des mois, et tandis que se mettent en place des plans de rénovation du centre-ville, les arrêtés de périls imminents et les évacuations se poursuivent. Chercheurs et étudiants d’Aix Marseille Université (LPED) ont continué à assurer une veille à partir des rares données publiques, celles-ci se limitant aux adresses des arrêtés de périls.  Entre novembre 2019 et février 2020 on ne constate pas de changement majeur mais un élargissement des zones concernées : hypercentre ville ancien, d’abord, (Noailles, Belsunce, Panier, Joliette), puis glissements péri-centraux (Belle de mai, Versailles),  dans l’axe du périmètre Euroméditerranée et vers quelques copropriétés dégradées périphériques. Dans le détail, on constate que certains nouveaux  espaces concernés, principalement à partir de l’été 2019, correspondant à des zones de chantiers de rénovation en cours, comme si l’arrêté de péril imminent  et l’évacuation en urgence des habitants devenaient des outils parmi d’autres  pour sécuriser des opérations d’aménagement.
  

9.Les arrêtés de périls imminents 2018-2019. Dorier, Dario, LPED, 2019 ©  avec l’appui  d’A.Costa Silva- mise à jour le 28/02/2020.

10.Les ménages évacués  en 2019, ayant droit au relogement, et suivis par l’opérateur SOLIHADorier, Dario, LPED © – Source : SOLIHA Provence.

  •  Une première cartographie  des évacuations d’urgence et des relogements :  un travail collaboratif entre géographes universitaires, la Commission des délogés du Collectif 5 novembre, les associations Marseille en Colère,   Un Centre Ville pour tous, en lien avec la Fondation Abbé Pierre [présentation de l’initiative ici, par le journal Marsactu]
L’une des priorités des associations a été d’accompagner ceux qu’elles appellent les « délogés » dans cette période traumatisante, palliant ainsi de fortes carences publiques. Réconfort moral et écoute, collectes de vêtements d’hiver (en décembre), puis d’été (en mai juin), de jeux pour enfants,  organisation des fêtes de fin d’année, aide aux démarches administratives,  prise de contact avec des avocats, cellule psychologique assurée par des professionnels bénévoles etc. Collectifs et associations ont exercé leur influence pour obtenir des hébergement plus conformes à une vie familiale, le regroupement des familles, le rapprochement des hébergements du logement d’origine.
Face à l’emballement des signalements d’immeubles et des évacuations, l’initiative d’une cartographie  des arrêtés de péril a été lancée dès le mois de janvier 2019 par les géographes du LPED, en collaboration avec  le journal Marsactu qui a créé une animation accessible en ligne à partir des données fournies par le Lped [https://marsactu.fr/cest-mon-data-chronologie-dune-vague-de-perils/].  Puis, face à la carence et l’imprécision des données publiques sur les trajectoires des ménages évacués, nous avons  élaboré un outil  de suivi indépendant, en collaboration avec l’Association Un Centre Ville Pour Tous, la Fondation Abbé Pierre et  avec un développeur informatique bénévole (Datas-Collect). Cette veille cartographique s’est appuyée sur les données des permanences d’accueil bénévoles de la Commission des délogés du Collectif 5N, et de l’association Marseille en Colère. Depuis le 5 novembre 2018, les deux cellules de crise bénévoles  de ces associations soutiennent et accompagnent sans relâche dans leurs démarches d’accès aux droits environ 500 ménages évacués[2]
Ce travail d’enquête directe, réalisé selon les règles de l’art scientifique (questionnaire, géoréférencement, saisie,  vérifications, validation)  a démarré en  février 2019, il concerne la période de novembre 2018 à aout 2019.  Après avoir conçu et construit l’outil  en collaboration avec les associations (décembre-février), défini le cadre déontologique de la démarche (mars 2019), il a été possible, avec l’appui d’étudiants volontaires, de  cartographier  et de documenter les trajectoires d’une partie de ces ménages.

11. les trajectoires de 368 ménages suivis par l’association Marseille en colère et le Collectif du 5 Novembre.

La démarche, basée sur  de nombreuses rencontres avec les associations et des habitants évacués, a été volontairement tenue discrète, les participants s’y étant engagés, dans un contexte politiquement très tendu, afin d’éviter toute instrumentalisation des observations qui concernent 368 ménages sur les 500 environ référencés par les collectifs et associations (ceux pour lesquels les associations disposent d’une information suffisante). Ce dispositif collaboratif de « veille cartographique »a été rendu public  lors d’un entretien collectif auprès du journal MARSACTU  le 5 juillet 2019 au moment de la signature de la « charte du relogement », dans le but d’obtenir un accès aux données publiques.
  • 368 ménages évacués
  • Hébergement temporaire 1 : 302
  • Hébergement temporaire 2 : 100
  • Hébergement temporaire 3 : 27
  • Hébergement temporaire 4 : 11
  • Relogement proposé 1 : 43
  • Relogement proposé 2 : 9
  • Relogement proposé 3 à plus  : 6
  • Relogement longue durée ou réintégration  : 93

12. Les 368 ménages évacués suivis par le Collectif du 5 novembre et Marseille en Colère, Marseille nov 2018 – aout 2019.  (Observatoire MeC, C5N, CVPT, FAP, LPED).

En septembre 2019  les 368 ménages dont les trajectoires sont directement suivies par les collectifs et associations représentaient 955 personnes déplacées,  554 adultes, 309 mineurs de 4 à 18 ans,  72 enfants  moins de 4 ans (dont 11 naissances pendant l’hébergement en hôtel).  Le suivi des associations s’est concentré sur la gestion du quotidien des personnes évacuées et la défense de leurs droits. Les permanences bénévoles d’accueil et d’aide aux évacués mise en place par ces associations ont complété le service public pendant sa mise en place, notamment en s’adressant aussi aux ménages sans droits ni titres[3].  
 
Jusqu’en novembre 2019,  et malgré une amélioration suivant la signature d’une « charte du relogement » (cf. ci dessous), certaines évacuations ont continué à être diligentées par la Ville sans arrêté officiel (l’arrêté venant plusieurs jours après l’évacuation). Des habitants ont été évacués par les marins pompiers et la police en quelques dizaines de minutes, disposant ensuite d’une brève visite sous escorte pour récupérer quelques objets de première nécessité. Les personnes ont alors été orientées vers des hôtels, une « cantine » d’urgence étant mise en place par la Ville sur la Canebière (Maison des associations).
Sous la pression des associations, nombre de familles ont ensuite été placés dans des appart’hotels permettant la préparation de repas et un semblant de vie familiale. A la rentrée d’automne 2019, faute de données publiques complètes, la carte montrait  368  domiciles de ménages suivis par les associations, évacués depuis le 5 novembre 2018 (avec ou sans arrêtés de péril), leurs 441 hébergements temporaires successifs (hôtels, appart’hôtels), puis les appartements qui leur ont été proposés en convention d’occupation provisoire.
  • les hébergements d’urgence (hôtels et appart’hôtels)

Les 441 hébergements temporaires successifs (hôtels et appart’hôtels) des ménages évacués suivis par le Collectif du 5 novembre et Marseille en Colère, Marseille nov 2018 – aout 2019 (Observatoire MeC, C5N, CVPT, FAP, LPED).

Pour les locataires évacués dans le cadre d’un Arrêté de péril (ce qui est la voie légale ), l’hébergement incombe légalement au propriétaire bailleur, le temps de réaliser les travaux prescrits.  Nombre de propriétaires ont assumé correctement  ce devoir. Mais les défaillances  sont nombreuses, soit par incapacité, soit par mauvaise volonté. Sous la pression des associations, la Ville a assuré le relais – à charge pour les propriétaires de rembourser. 
Les travaux indispensables aux « réintégrations » dans le domicile ont souvent tardé. Ainsi, nombre de  séjours forcés en hôtels ont duré de plusieurs semaines à plusieurs mois, dans l’attente de la mise en sécurité des immeubles.  A l’été 2019, nombre de ménages n’avaient toujours pas pu regagner leur domicile initial, ni récupérer meubles et vêtements, ni être relogés. Beaucoup  demeuraient encore, 1 an après, dans l’incertitude, en situation d’attente de relogement pérenne.  Selon les chiffres officiels, 142 ménages et 336 personnes étaient encore  « hébergés à l’hôtel » au 18 octobre 2019. 
Par ailleurs, certains « marchands de sommeil »  ont fait réaliser des travaux bâclés,  insuffisants pour permettre une réintégration, ou réduits au strict minimum relatif à la sécurité, sans traiter l’insalubrité des immeubles (ou même en l’aggravant). Soucieux de rentabiliser la situation, certains propriétaires ont tenté de reloger leurs locataires dans d’autres logements tout aussi indignes.  Plusieurs ont tenté de profiter du relogement provisoire de locataires évacués pour détruire leurs affaires personnelles et relouer les appartements.  Plusieurs immeubles évacués, mal sécurisés, ont été squattés, cambriolés en l’absence des habitants, et certains évacués ont tout perdu. Habitants et associations, soutenus par la fondation Abbé Pierre, ont lancé des procédures judiciaires. Très longues, certaines commencent tout juste à aboutir. Pendant des mois, le provisoire s’est prolongé pour les ménages les plus fragiles. 
Faute d’accès aux informations publiques, les bénévoles des associations ont réalisé un travail de suivi quotidien dans les hôtels. C’est ainsi qu’a été réalisée cette cartographie, avec la collaboration des familles concernées : elle  montre qu’à part quelques hôtels très excentrés, surtout lors des premières semaines (La Valentine, l’Estaque), la plupart des hébergements provisoires ont été ensuite rapprochés du centre-ville. Mais pour des raisons logistiques, beaucoup des ménages non relogés ont du changer plusieurs fois d’hôtels, certains plus de 5 fois en quelques mois, cette instabilité accentuant le traumatisme initial.

3. La gouvernance du relogement

Après la phase de gestion improvisée des évacuations et mises à l’abri parfois brutale et souvent conflictuelle au début, la  mise en place de dispositifs professionnalisés a  permis peu à peu de mieux prendre la mesure de cette crise inédite. Un dispositif de MOUS « relogement » a été mis en place, pour organiser une captation publique de logements auprès de bailleurs (sociaux et privés) afin que les ménages évacués ne restent pas en hôtels et soient temporairement relogés en appartements pendant les travaux de mise en sécurité de leurs immeubles demandés aux propriétaires. Le dispositif  associe l’Etat, la Ville de Marseille et l’opérateur Soliha [1] pour le relogement temporaire des ménages évacués (2018-2020) et l’opérateur France Horizons  pour leur accueil et leurs suivi social.  Pour garantir les droits des personnes évacuées dans ce dispositif, les associations militantes ont mené à bien la longue négociation d’une  charte du relogement  (janvier-juin 2019, validée en conseil municipal le 17 juin, signée le 8 juillet) entre Mairie, Etat, collectifs et associations, avec la création d’un comité de suivi partenarial.  Elle vise à garantir, entre autres, une gestion plus humaine des évacuations et un  « droit au retour au centre » des habitants évacués et temporairement relogés.  Le respect de cette charte s’est révélé inégal, générant des tensions dans le contexte pré-électoral en 2019-2020.

  • l’occasion d’un premier bilan : septembre 2019,  1186 ménages suivis par le dispositif hébergement/relogement

Après une année de rétention des données sur les évacuations, et dans le contexte de signature de la première charte du relogement entre Ville, Etat et  associations, la préfecture a accepté le principe d’une transmission de données en juillet 2019.  Entre septembre et novembre 2019, avec l’accord de la ville, SOLIHA  a donc remis  à l’Université des données chiffrées détaillées, anonymisées mais géolocalisables  (adresses évacuées, adresses des relogements proposés et acceptés par les familles) permettant d’établir un bilan d’une année de MOUS relogement (bilan limité, donc, aux ménages évacués éligibles au relogement, c’est à dire les locataires titulaires d’un bail).  Plusieurs échanges ont permis de traiter, valider, cartographier et analyser ensemble des données  de cette gestion de crise. Les cartes et graphiques qui en résultent ont été présentés en préfecture lors d’un comité de pilotage de la MOUS relogement le 21 novembre 2019 et transmises à SOLIHA. Dans le contexte de tension précédent les élections municipales, aucune suite officielle n’a été donnée à cette collaboration avec l’Université, sollicitée mais demeurée informelle et bénévole. Nous avons finalement décidé de communiquer notre cartographie détaillée et commentée dans le dossier que nous avons réalisé pour le rapport annuel du HCLPD – Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées[4]. Cette collaboration a permis de rendre compte de la première année de gestion de crise en combinant données officielles, éclairages du terrain et explications. Le but était de favoriser le suivi de la « charte du relogement »  et la concertation entre toutes les parties prenantes : habitants,  organisations sociales, Collectivité, Etat.

  • capter et sélectionner les logements

La mission de la MOUS est de reloger temporairement les ménages évacués (locataires titulaires d’un bail). Elle se base sur un repérage et une captation de logements sociaux et privés. Mais au début de sa mission le 10 décembre 2018, SOLIHA Provence ne dispose que d’une centaine de logements pour plusieurs centaines de ménages évacués. En une année, plus d’un millier de logements ont fini par lui être proposés par bailleurs sociaux et privés, mais la moitié ont du être refusés en raison de leur éloignement du centre, ou de leur mauvais état. les moyens alloués n’ont permis de signer que 514 baux  entre SOLIHA et les bailleurs, permettant ensuite d’y loger les ménages par roulement sous forme de « convention d’occupation temporaire ». Le relogement s’arrête lorsque le logement évacué est considéré comme réintégrable.

  • des réintégrations sous tension

Un an après,  181  immeubles objet d’un AP étaient officiellement considérés comme « réintégrables » (novembre 2019) après travaux prioritaires de mise en sécurité et main levée partielle d’arrêté de péril. Mais le caractère « réintégrable » a donné lieu à maintes controverses. Certains d’entre eux étaient toujours lézardés de fissures inquiétantes et demeurent, par ailleurs, insalubres, conduisant des habitants à craindre de s’y réinstaller, à exemple de l’immeuble que nous avons photographié (haut de cette page). Les habitants évacués se souviennent qu’au 65 rue d’Aubagne, en 2018, les occupants avaient été autorisés à réintégrer leur immeuble après une telle mainlevée d’arrêté de péril, avant que celui-ci ne s’effondre. Après la mainlevée d’arrêté de péril, la  réintégration du domicile de départ est parfois contestée, mais les ménages les plus vulnérables sont contraints de se soumettre si la Ville refuse de continuer à prendre en charge l’hébergement provisoire : travaux incomplets, appartements non remis en état d’occupation après travaux de sécurisation, persistance de fragilités dans l’immeuble, insalubrité qui était parfois associée au péril, et n’a pas été résorbée,  voire s’est  aggravée  suite à des mois de non occupation.

  • les contraintes liées au manque de logements sociaux : des logements « très sociaux » toujours et encore concentrées dans les mêmes quartiers nord …

La mission de relogement provisoire des ménages évacués butte particulièrement sur le manque de logements sociaux au centre-ville ancien où prédomine d’un habitat privé, de rente locative, très dégradé. Dans l’ensemble, malgré une légère progression récente la ville de Marseille est toujours déficitaire en logement SRU (21,01%). Le déficit est bien plus fort si l’on exclut du calcul les logements étudiants et les logements de loyers « intermédiaires » qui, de fait, ne sont pas accessibles aux plus modestes… et les manques sont criants dans certains arrondissements. Les logements sociaux familiaux, surtout les « très sociaux » sont peu nombreux au centre là où sont les besoins (1er, 2eme,4eme, 5eme), ils sont très concentrés au Nord (15eme) et au centre nord de la ville (3eme), ils sont absents des arrondissements du sud (6eme, 7eme, 8eme) et du 12eme. Pour ne pas être déclarée carencée, la commune a du produire  quelques milliers de logements « très sociaux » ces dernières années…  mais, nos cartes le montrent : presque  tous sont encore situés dans les quartiers nord. Les quelques milliers de logements dits sociaux « intermédiaires » créés autour des périmètres de projets « phares » pour l’attractivité marseillaise (Euromed,  ZAC ou zones de rénovation) sont inaccessibles aux plus modestes. Nombre de ces créations de logements sociaux se font, non par construction, mais par des conventionnements à durée limitée.

Les contrastes, carences et besoins en  logement social doivent aussi êtres lus à l’échelle de la métropole AMP (Aix Marseille métropole), dont les inégalités et le grave déficit de solidarité territoriale ont été pointées par un récent rapport de l’OCDE. La Métropole elle même s’est constituée tardivement (2016) et sous la pression de l’Etat, car une partie des communes très favorisées du pays d’Aix refusait de s’associer à Marseille. En pleine crise du logement indigne et des évacuations, qui est aussi une période pré-électorale, le programme local de l’habitat (PLH) métropolitain à l’échelle des 92 communes réunies, difficilement élaboré a été repoussé par une majorité des élus de la métropole, alors que plusieurs de ces communes comptent parmi les plus fortement carencées de France en logement social.

  • évolutions récentes

Après le mouvement de grandes manifestations de  rue spontanées en novembre 2018, associations et collectifs ont joué un rôle décisif dans la gestion humanitaire, puis politique de ce drame, qui a débouché sur une recomposition du paysage associatif et de l’arène militante. En pleine période pré-électorale (élections municipales, mars 2020)  et au moment ou des documents d’urbanisme importants  pour la politique de logement abordable (PLUI et PLH) étaient élaborés et débattus par la Métropole Aix Marseille Provence, ces crises sont venues éclairer brutalement  les effets d’un système séculaire d’arrangements et d’informalité qui, certes, a permis à des ménages populaires de demeurer en centre ville… mais souvent dans des conditions indignes, et pour le plus grand profit de certains propriétaires privés peu soucieux de remettre en état leur patrimoine, bailleurs « rentiers » voire marchands de sommeil. 

En juin 2020, une nouvelle équipe politique (alliance partis de gauche/écologistes) remporte les élections municipales à Marseille, tandis que l’ancienne équipe municipale (droite) remporte la présidence de la Métropole. Les  missions de la municipalité et de sa  DPGR (Direction de la prévention et de la gestion des risques) ont évolué avec la législation, la ville devenant garante de la sécurité dans le champs des périls (risques d’effondrement d’immeubles) et de la salubrité.  Cependant, suite aux réformes territoriales en France, l’essentiel des compétences en matière de planification du logement social sont dévolues, non aux communes mais aux métropoles… autrement dit, ce n’est pas la ville qui détient la solution de fond. Et le problème de fond est lié au manque de volonté de remédier aux fortes carences de logements sociaux dans nombre de communes aisées de la métropole, ainsi que dans plusieurs arrondissements favorisés de Marseille : le PLH a été gelé. C’est aussi la métropole Aix Marseille Provence qui pilote le dispositif de relogement renouvelé, à travers un marché de 4 années  conclu avec SOLIHA. Celui-ci concerne non seulement le suivi des relogements de personnes évacuées suite aux périls, mais aussi  celui des ménages qui seront déplacés dans le cadre des projets de rénovation urbaine à venir.

En effet, les évacuations d’immeubles en péril se poursuivent car le nombre de « signalements » est resté élevé (600 en 2020), parfois déclenchés  par le voisinage. En parallèle, des  projets de réaménagements du centre ville mis en oeuvre sur initiative de l’Etat (périmètre de l’Opération d’Intérêt national  EUROMED, projet de plan partenarial d’aménagement du centre ville autour de Noailles) vont accroitre la pression avec des interdictions d’occuper,  des préemptions d’immeubles, des déconstructions envisagées. Dans ce contexte, les collectifs n’ont de cesse de veiller  à ce que le renouvellement prévu de la « charte du relogement » (qui implique la ville et les associations)  continue à protéger spécifiquement les ménages vulnérables évacués d’immeubles en péril et garantisse leur droit à revenir vivre dans le centre ville.  

4. Mobilisations sociales et politiques autour du mal-logement

Le défi d’un renouvellement urbain concerté pour les quartiers centraux délabrés de Marseille, restés populaires malgré leur proximité du spot touristique du Vieux port, est activement porté par trois Conseils citoyens créés dans le cadre de la Politique de la Ville et dans le périmètre du grand centre ville nord. Suite à la crise des évacuations, un nouveau projet partenarial d’aménagement (PPA, nouveau dispositif de la loi ELAN) se met en place entre différents acteurs publics (Métropole, Ville) et privés, mais sans prévoir la place des habitants.

Le besoin de concertation est placé  au centre des revendications de collectifs militants :  agence régionale PACA de la Fondation Abbé Pierre, associations conventionnelles, comme Un centre Ville Pour Tous,  des collectifs récents,  plus radicaux, comme le Collectif du 5 novembre, qui entend renouveler les modes d’action, ou Marseille en colère qui prétend donner directement la parole aux ménages concernés, les plus vulnérables sans passer par des formes de leadership jugé bourgeois. Tous ont construit un mouvement inter-associatif qui est monté en expertise face aux opérateurs et aux collectivités sur le thème du mal logement. Des mouvements transversaux informels comme  ou  « Marseille Vivant et Populaire« , très interconnectés à partir des réseaux sociaux, témoignent aussi d’une revendication de  la diversité  cosmopolite et « populaire » (sic) justement du vieux Marseille. Ceci au moment même où le centre de Marseille commence à se transformer socialement. Les membres de ces collectifs participent de ce changement social du centre ancien.  Comme dans la plupart des villes à ce stade de gentrification, ce sont ses « pionniers »  qui tentent de  s’opposer à l’éviction des plus pauvres hors du centre en valorisant son caractère « populaire ».

Cette mouvance est extrêmement diverse en termes d’origines, d’ages, de postures  et de méthode : marseillais Vs néo marseillais, aînés baby-boomers anciens soixante huitards  Vs jeunes, militants associatifs,  hommes (plus politiques et communicants) et femmes (vouées aux tâches plus sociales) issu.e.s (ou pas) de l’immigration sud-méditerranéenne, intellectuels et artistes « créatifs »,  étudiants, travailleurs sociaux, start’upers et geeks engagés. Tous se mobilisent au nom des précaires, travailleurs retraités non qualifiés, chibani, migrants de statut régulier ou sans papiers, mères isolées avec enfants. Ces grandes victimes des problèmes de logement, sont  très invoquées mais quasi invisibles dans les prises de parole et surtout de décisions… Les méthodes agiles et créatives et le rythme très soutenu des actions collectives organisées par une poignée de leaders polyvalents ont soumis les pouvoirs publics à une pression constante, tandis que la base des collectifs prenait en charge l’assistance matérielle, morale, juridique, psychologique à l’attention des ménages les plus précaires qui échappent aux dispositifs officiels.

Au terme de la première année de crise, plusieurs observateurs plus ou moins proches de ces collectifs ont eu la présence d’esprit de publier  expositions, films où cette mobilisation se raconte, et l’on doit  à M.Samson et M.Péraldi un ouvrage brillant (Marseille en résistances. Fin de règnes et luttes urbaines, fév 2020). Pendant les semaines  de la crise du COVID-19 et du confinement (printemps 2020), ces mêmes collectifs et journaux se sont fortement remobilisés, avec d’autres, pour intervenir auprès des habitants les plus vulnérables, entassés dans les contextes d’habitat les plus défavorables, notamment avec des collectes et des distributions alimentaires massives d’urgence. Une année et demie de crise a également eu pour effet de renforcer symboliquement (sinon économiquement) une presse locale très dynamique (La Provence, Marsactu, la Marseillaise, le Ravi,  avec la collaboration de Médiapart...), collaborant tant avec le monde associatif qu’universitaire ou politique. Ces journaux « locaux » ont su se placer à la pointe d’investigations menées sans relâche et en réseau : analyses historiques, foncières, événements, monographies d’immeubles, de quartiers, chroniques des « marchands de sommeil », critique du déficit historique des régulations de la municipalité et de certains services d’Etat.

Cette arène bouillante et créative a été traversée par les enjeux liés aux élections … Il y a eu plus ou moins convergence de ces luttes associatives, se traduisant par leur soutien apporté à une liste  pluraliste de gauche aux élections municipales de 2020 (« Printemps marseillais » arrivé en tête du 1er tour de mars 2020, alliant des têtes de listes   PS,  PC, Insoumis, EELV ainsi que des figures associatives et citoyennes) et qui place la question du logement en bonne position dans son programme, comme « grande cause municipale« .  De son côté, la liste sortante (LR), pilotée par la présidente du Conseil général et de la métropole, se positionne de manière ambiguë sur la question de la résorption de l’habitat indigne et des « grands ensembles ».  Ambiguë, car la Métropole, soucieuse de ne pas froisser les maires de petites communes sous-dotées en logements sociaux… a décidé du gel du PLH préparé depuis plusieurs années et qui était supposé garantir le respect des quotas de logements SRU,  l’accessibilité au logement pour tous à l’échelle de la métropole et rééquilibrer la géographie du logement social entre communes.

… de la difficulté de poursuivre l’observation et de mettre à jour le bilan

Les évacuations/mises à l’abri font toujours craindre une « stratégie de gentrification » et de « repeuplement » du centre. Entre novembre 2019 et fin mars 2020, le bilan des évacuations hors des immeubles en péril du centre ville de Marseille, déplacements/relogements provisoire ou définitif d’habitants n’a pu être actualisé de manière indépendante, faute de transparence des données publiques, suite à la rupture du dialogue entre associations/collectifs, municipalité… et chercheurs. Les élections municipales et la phase de confinement n’ont pas facilité les choses. Le site web de la municipalité  et de la métropole auraient été piratés. Leur remise en service s’est accompagnée, dans les deux cas, de restructurations qui compliquaient fortement toute recherche en lien avec les  arrêtés municipaux et spécialement les arrêtés de périls,  qui sont les bases de notre travail.

Depuis l’été 2020, le climat a changé. Une série de rencontres et d’ateliers de travail ont été organisées par la nouvelle municipalité, en présence des services de l’Etat et même, à deux reprises, du Préfet et du Maire eux-mêmes, afin d’actualiser, de préciser et de renouveler la Charte du relogement, avec les opérateurs (SOLIHA et France Horizon) et les associations signataires. Son rôle réaffirmé est bien, au delà de la stricte application du droit, de protéger les personnes évacuées. Les points d’actualisation ont porté sur nombre de dysfonctionnements observés depuis novembre 2018. Suite à des demandes réitérées, quelques données chiffrées ont enfin été remises au collectif inter-associations ainsi qu’à notre équipe (LPED). Ce qui permet, en ce moment même (8 avril 2020) de mettre à jour la cartographie de suivi (prochainement en ligne).

Cependant la métropole et le département, qui détiennent l’essentiel des compétences en matière de lutte contre le logement indigne et pour la production de logement social (y compris concernant Marseille), n’ont, pour leur part, participé à aucune rencontre, ni dévoilé aucune de leurs intentions précises concernant l’adoption d’un PLH ambitieux, ou les modifications du PLUI qui permettraient de garantir davantage et une meilleure répartition des logements sociaux entre communes et entre quartiers.  Les questions de pauvreté, d’inégalités, de mal-logement, de solidarité urbaine semblent  encore peu consensuelles au moment où l’agenda politique  se précise à nouveau. 

 
Merci de citer ce texte et ses cartes comme source :  Dorier E. ,  2020, Marseille, fragmentation et enjeux du mal-logement, une veille géographique (2018-2020) »,  Aix Marseille Université, LPED, Carnet de recherche « Urbanicités », https://urbanicites.hypotheses.org/2872
 
versions publiées
Elisabeth Dorier et Julien Dario, 2020, Marseille 2018-2019 : De la crise du logement à la crise humanitaire. Dossier cartographique commenté, en appui au Rapport 2019 du Haut Comité au Logement des Personnes Défavorisées, (HCLPD), Aix Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, 58 p. http://www.hclpd.gouv.fr/publication-du-recueil-cartographique-marseille-de-a184.html
Dorier E, Dario J, 2019,  « Une gestion d’urgence digne d’une crise humanitaire », contribution au Rapport du Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées, co-rédaction du chapitre III, et conception d’une série de cartes inédites, pp 31-44, http://www.hclpd.gouv.fr/parution-du-rapport-marseille-de-la-crise-du-a183.html
[1] MOUS ou Maîtrise d’œuvre Urbaine et Sociale. Dispositif classique des programmes de renouvellement de quartiers dégradés. Déployée ici dans l’urgence la MOUS  associe 2 opérateurs, à travers plusieurs contrats successifs. Le premier contrat (10 dec 2018, reconduit entre sept 2019 et fin 2020) lie l'Etat, la Ville de Marseille et l’opérateur Soliha (spécialisé dans l’intermédiation locative sociale) chargé de faire le lien entre des bailleurs, privés ou sociaux, et les ménages évacués et d’assurer leur relogement transitoire.
Le second confie la gestion de l'Espace d'Accueil des Personnes Evacuées (EAPE) à l'opérateur France Horizon. Depuis décembre 2020 un nouveau contrat de 4 ans confie la conduite des opérations d’accompagnement social et de suivi du relogement des personnes évacuées à SOLIHA, l'association France Horizon devenant prestataire de SOLIHA.
[2] Cette initiative implique des scientifiques  géographes (LPED-AMU), l'Association Marseille en Colère, la Commission des Délogés du C5N,  l'Association Un Centre Ville Pour Tous. Elle a été encouragée par  la Fondation Abbé Pierre. 
Remerciement particuliers aux étudiants historiens et géographes pour leur collaboration, et à la plateforme informatique Datas-Collect.net
[4] Les partenaires universitaires et associatifs impliqués dans cette cartographie collaborative partagent leurs informations, mais ont signé un engagement de discrétion. Aucune donnée confidentielle n’est saisie et l’accès est réservé.
[5] Le nombre de pers/pièce rentre ensuite dans la composition de  "l'indice de surpeuplement", de l'INSEE. Ce dernier, plus complexe,tient  aussi compte de la surface et de la proportion d'enfants. Il nécessite l'accès à des données "ménages"

Note méthodologique : en tant que géographes, rattachés à un laboratoire lui-même situé en plein cœur des quartiers touchés par les évacuations, nous nous sommes impliqués, comme chercheurs et comme citoyens, en lien avec associations et collectifs d’abord, puis en relation avec la presse locale et enfin avec le dispositif officiel de relogement provisoire. Nous avons rendu compte de nos recherches, d’abord en contribuant au rapport du  Haut Comité au Logement des Personnes Défavorisées (HCLPD), Marseille, de la crise du logement à la crise humanitaire (novembre 2019), puis en lui annexant un Recueil_de cartes sur_Marseille et  son  contexte social  (mis en ligne sur le site du HCLPD février 2020).  Ces deux contributions reposent sur un travail scientifique de production de données de première main (cartographie des arrêtés de périls, enquête sur les trajectoires d’habitants évacués) et d’analyses statistiques et cartographiques de chiffres officiels dûment vérifiés (données de base INSEE, analyse d’une année de chiffres de la MOUS relogement, analyse des données annuelles sur les logements sociaux, SRU et RPLS). Les sources et la méthodologie sont précisées, pour chaque carte, dans le recueil téléchargeable ici.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search