Exposition et journées d’étude : “Marseille Privatopia” à l’Alcazar (sept-oct 2022)

6 sept-15 oct 2022, exposition MARSEILLE PRIVATOPIA. LA VILLE FRAGMENTEE. Bibliothèque l’Acazar (Espace régional)

Cette exposition grand public présente les résultats récemment actualisés (2022) de 15 années de recherches menés par des géographies d’Aix Marseille Université sur la fragmentation et les résidences et rues fermées (voir détails sur la page Marseille Privatopia) .  Elle est composée de 5 grandes planches murales et de 16 panneaux alternant cartes, photos et commentaires.
3 visites guidées(21 sept, 1er et 15 oct.) et une conférence débat (14 octobre 17h) gratuites, sur inscription.

Depuis 2007, une équipe de géographes, chercheurs et étudiants d’Aix Marseille Université explore Marseille, en y cartographiant l’étalement urbain et  l’emprise croissante des « résidences fermées ».  Fragmentation des espaces et replis sociaux accompagnent la banalisation de cette tendance à Marseille, comme dans d’autres villes du monde. En parallèle, l’habitat privé se dégrade dans les quartiers centraux paupérisés de Marseille. Mal entretenus, des immeubles se dégradent jusqu’aux effondrements mortels de 2018 suivis par des centaines d’évacuations en urgence.

Telles sont les deux faces de Marseille Privatopia  : la ville qui s’effondre (sur les plus pauvres et précaires) et la ville qui se ferme (sur les classes moyennes et aisées, et dans les zones de renouvellement urbain). Ce dualisme et cette fragmentation urbaine  sont des défis pour l’action publique alors que le contexte néolibéral est favorable à des stratégies de rentabilisation de l’espace. L’exposition présentée à l’Alcazar est une version un peu actualisée de celles présentées auparavant. Elle montre une série de  cartes et panneaux analysant l’histoire de cette dynamique privée à Marseille, les modes de production des enclosures actuelles et leurs impacts sociaux et territoriaux.

E.D

 3 mars-22 avril 2022, expositions art-science et films MARSEILLE PRIVATOPIA, ESPACES FERMES ET VILLE PASSANTE.
collaboration entre E.Dorier (géographe) et A.Doberauer (pasticienne) : sonographie à écouter ici
En mars-avril 2022,  deux  expositions proposées en parallèle  témoignent d’une  collaboration  entre  l’équipe de chercheurs géographes d’Aix Marseille Université et l’artiste peintre Anke Doberauer (détails ci dessous).
Exposition scientifique  Marseille Privatopia, espaces fermés et ville passante, 3 mars-22 avril 2022 ( LIVRET DE PRESENTATION  ici) complétée par quelques tableaux d’Anke Doberauer,  est présentée à la Maison de l’Architecture de la Ville PACA (Ordre des Architectes PACA), en partenariat avec l’ENSA.M (livret d’extraits des panneaux ici).

– Exposition de l’artiste Anke Doberauer, Marseille Privatopia, peintures, complétée par  deux panneaux  scientifiques, accueillie à la Mairie des 6-8emes arrondissements du 5 mars au 2 avril 2022 (photos et  tableaux)

– Pour l’ouverture de ces expositions, une conférence à 4 voix replace le cas marseillais dans une perspective internationale.
« La fragmentation urbaine, regards croisés Marseille/Brésil/Mexique/Afrique du Sud »
a lieu Vendredi 4 mars 2022, avec Elisabeth Dorier (Aix Marseille Université, LPED), Maria Encarnação Beltrão Sposito (Universidade Estadual Paulista), C. Chatel (Université de Paris, Cessma), Leily Hassaine-Bau (ESPI2R), Claire Benit-Gbaffou (Aix Marseille Université, Mesopolhis).

– En lien avec les recherches d’Aix Marseille Université, la question des fermetures résidentielles marseillaises a inspiré  des films documentaires  projetés au  Videodrome 2« En remontant les murs» de Marie-Noelle Battaglia (concernant le blocage du chemin des écoliers par la fermeture de résidences),  « C’est une belle carte postale mais on n’est pas dedans » de Fatima Sissani (sur la rénovation urbaine dans les quartiers nord, à Plan D’Aou). Le tournage (en cours) d’un film de fiction poétique  « Ô Châteaux» (par Gaspard Hirschi) est présenté lors de l’exposition.
E.D

oct-nov 2020 première exposition art-science “MARSEILLE PRIVATOPIA”, Espace Pouillon, Campus Saint Charles, Aix Marseille Université

« Privatopia » est un enjeu mondial. Le terme, inventé par le politiste Mc Kenzie pour le contexte nord américain, qualifie ici l’utopie (ou la dystopie) du gouvernement privé des villes  : le rêve d’un monde urbain produit, organisé et rentabilisé par des investisseurs pour une société de copropriétaires et de clients de services payants, face au retrait de l’action publique.
Aux antipodes du concept de “droit à la ville” ou d'”espaces publics”,  Privatopia définit des cadres de vie urbains  sélectifs et  « sur mesure», en rupture avec le principe d’égalité des territoires. L’accès à la qualité de vie, à la nature, à  des espaces de jeux pour enfants, la possibilité même de se déplacer à pied de sa résidence à des équipements y sont proportionnels aux moyens financiers de chacun.  Le résultat est une ville de plus en plus fragmentée socialement, spatialement et politiquement.
(E.Dorier, exposition Marseille Privatopia)

Une série d’études universitaires ont été menées à Marseille sur ce thème sous la direction d’E.Dorier. L’ensemble a fourni  une base de données, de cartes, un SIG (ou “Système d’information géographique”),  des milliers de  photographies de terrain, des mémoires de master, une thèse soutenue, une thèse en cours, des articles scientifiques. Plus de détails ici sur ces études  et publications et leur méthodologie. A partir de 2014, une collaboration se noue avec l’artiste peintre Anke Doberauer (photos et  tableaux) grâce à une résidence commune à la Fondation Camargo (2014) et à un financement du Goethe Institut.

De cette collaboration naît cette première exposition commune en 2020 à l’Espace Pouillon, co-financée par la région PACA à travers l’appel à projet “carte blanche aux artistes” 2019, par l’Université d’Aix Marseille, à travers le LPED (Institut OSU Pytheas), soutenue par le Goethe Institut  et par le Consulat d’Allemagne à Marseille.

L’approche art-science  explore la fascination que peut exercer chez l’artiste, comme chez le promeneur, la beauté et le secret de certaines de ces enclaves urbaines sélectives, où seuls les invités peuvent pénétrer…

Elisabeth Dorier

PODCASTS

Journées d’étude mars 2022 : “De Marseille aux Suds. Regards croisés sur la fragmentation urbaine”

Les journées d’étude “De Marseille aux Suds. Regards croisés sur la fragmentation urbaine” sont proposées par le LPED (Laboratoire Population Environnement Développement, UMR Aix-Marseille Université/ IRD, projets UrbaniCités) et le CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, UMR Université de Paris/IRD/INALCO).

L’objectif est  de confronter les résultats de deux projets de recherche géographique pour analyser le processus de fragmentation urbaine, le projet FragUrb mené au Brésil (Fragmentation sociospatiale et urbanisation brésilienne : échelles, vecteurs, rythmes et formes, UNESP, Universidade Estadual Paulista), divers projets sur les formes de fragmentation à Marseille, présentés dans le carnet  UrbaniCités  Marseille Privatopia.

Ces journées universitaires s’associent à une conférence-débat et à deux expositions. Ces événements sont organisés pour mettre à profit  l’accueil  au CESSMA de chercheurs brésiliens du projet FragUrb, l’exposition scientifique Marseille Privatopia accueillie à la Maison de l’Architecture de la Ville PACA [4 mars au 23 avril 2022] et l’exposition de l’artiste Anke Doberauer dans le cadre de la collaboration Art-Science Marseille Privatopia à la mairie du 6e-8e arrondissements [5 mars au 2 avril 2022]. Dans ce cadre,  des marches urbaines et des projections de films destinés au grand public seront organisés.

Journée d’étude (1) CESSMA – LPED. Jeudi 3 mars 2022, 9h-18h
Aix-Marseille Université (AMU), Campus Saint-Charles, salle de réunion du LPED (bat 8A, 3eme étage). Accès uniquement sur inscription (jauge de la salle)

Introduction : 9h-9h30. Présentation des intervenants et des projets UrbaniCités et FragUrb.

Session 1. Processus comparés d’enclavement et de fermetures dans la ville

  • 9h30-10h. Maria Encarnação Beltrão Sposito (UNESP, Cessma), Les communautés fermées au Brésil – une perspective sur le processus de fragmentation socio-spatiale.
  • 10h-10h30. Sébastien Bridier (AMU, LPED), Julien Dario (Région Sud), Elisabeth Dorier (AMU, LPED), Évaluer la fragmentation à l’échelle d’une ville.
  • 11h-11h30. Julien Dario (Région Sud), Morphogenèse, gouvernance des voies et impacts de la fermeture résidentielle à Marseille.
  • 11h30-12h. Elisabeth Dorier (AMU, LPED), Joël Querci (UMR ESPACE). Les deux faces de PRIVATOPIA : Marseille, la ville qui se ferme, la ville qui s’effondre.
  •  12h-12h30. Discussion animée par Cathy Chatel (UdP, Cessma) et Sébastien Bridier (AMU, LPED)

Session 2. Enclavement, confinement : enjeux de « sécurité privée »

  • 14h -14h30. Jean Baptiste Lanne (UdP, CESSMA), Les travailleurs en charge de la sécurité dans une ville fragmentée, Nairobi.
  • 14h30 – 15h. Christophe Bayle (architecte-urbaniste, Ateliers internationaux de maîtrise d’œuvre urbaine, Paris), Le quartier PK5 à Bangui, de la fermeture à une zone de non-droit.
  • 15h00 – 15h30. Samuel Giraut (géographe), La sécurité privée comme agent de production de l’espace urbain à Johannesburg.
    15h30-16h. Discussion

Session 3. Enjeux immobiliers et projets d’urbanisme

  • 16h30-17h. Leily Hassaine-Bau (Laboratoire ESPI2R, chercheure associée TELEMMe), Les récentes évolutions des échelles de la fermeture résidentielle avec les complexes urbains multifonctionnels à Monterrey (Mexique).
  • 17h-17h30. Laurine Sézerat (AMU, TELEMME – Université Paris 8, LAVUE – Universidade Federal do Rio de Janeiro, IPPUR). Aménagements négociés, quartiers fragmentés. Les opérations Porto Maravilha à Rio de Janeiro et Euromediterranée II à Marseille ».
    17h30-18h. Discussion animée par Virginie Baby-Collin (AMU, Telemme)

inauguration de l’Exposition scientifique “Marseille Privatopia”. Jeudi 3 mars 2022, 18h30
Maison d’Architecture de la Ville -MAV- PACA, Marseille. 20 panneaux de textes, cartes et photos des géographes du LPED. Œuvres d’Anke Doberauer.  Extraits de films de Flora Bellouin, Gaspard Hirchi, Bruno Evenou.

Journée d’étude (2) CESSMA – LPED. Vendredi 4 mars 2022, 9-13h
Vendredi 4 mars 2022, 9h-12h. Aix-Marseille Université (AMU), Campus Saint-Charles, salle de réunion du LPED (bat 8A, 3eme étage).

Session 4. Fragmentation, gouvernance urbaine et pratiques citadines à Marseille : que devient l’espace public ?

  • 9h-9h30. Eliseu Sposito (UNESP), Vanessa Lacerda (Univ. Montpellier). Mobilité et accessibilité dans la ville fragmentée.
  • 9h30-10h. Janis Barruyer (ENSAM), poster Usages et porosités dans la ville fermée, transition vers la « marche » sur les franges ville-nature.
  • 10h-10h30. Claire Benit-Gbaffou (AMU, Mesopolhis). Espace public, fragmentation gestionnaire, et difficultés de l’intervention collective à Marseille ; trois ans de réunions pour ne pas ériger un panneau d’interdiction sur la plage de Corbière.
  • 10h30 -11h. Discussion

Session 5. Fragmentations fonctionnelles : autour de l’école et des jeunes

  • 11h30-12h. Aude-Line Gervais (AMU, Telemme), La sectorisation scolaire à Marseille, outil d’attractivité et facteur de fragmentations urbaines.
  • 12h-12h30. Marie Noëlle Battaglia (documentariste), Lucelia Lage d’Almeida (AFEV), Hélène Ferraris (agrégée de géographie, enseignante, enseignante, Lycée Denis Diderot). Marseille fragmentée dans les pas des jeunes, pratiques et représentations de l’espace (retours sur le projet GRAPHITE).
  • 12h30-13h. Discussion animée par Gwenaelle Audren (AMU, Telemme)
  • 14h-16h.  observations, de Noailles à la colline Périer. Les deux faces de Privatopia : Marseille, la ville qui se ferme, la ville qui s’effondre.

Vendredi 4 mars 2022, 17h-22h. Mairie des 6e-8e arrondissements, Villa Bagatelle, Marseille

  • 17h-19h. Conférence-débat « La fragmentation urbaine, regards croisés Marseille/Brésil/Mexique/Afrique du Sud ».
    Avec Elisabeth Dorier (Aix Marseille Université, LPED), Maria Encarnação Beltrão Sposito (Universidade Estadual Paulista), C. Chatel (Université de Paris, Cessma), Leily Hassaine-Bau (ESPI2R), Claire Benit-Gbaffou (Aix Marseille Université, Mesopolhis).   
    Ouvert au public sur inscription.
  • 19h. Inauguration de l’exposition artistique “Anke Doberauer, Marseille Privatopia”. Ouvert au public sur inscription.
    Vernissage et présentation des peintures de l’artiste plasticienne Anke Doberauer ainsi que des posters scientifiques “Marseille, espaces fermés” et “Fragmentation urbaine et communautés fermées au Brésil”.



Citer ce billet
Urbanicités (2022, 6 septembre). Exposition et journées d’étude : “Marseille Privatopia” à l’Alcazar (sept-oct 2022). UrbaniCités. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v38g

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search