Exposition « Marseille privatopia », 8-24 octobre 2020

Exposition MARSEILLE PRIVATOPIA, 8 – 24 octobre 2020
Projet art-science de la plasticienne Anke Doberauer et des géographes Élisabeth Dorier et Julien Dario
ECOUTER L’EXPOSITION, Sonographies marseillaises – Radio Grenouille et Manifesta 13 « Ce monde qui nous inspire #4 Marseille ville privée? »
 
Horaires
Vendredi 23 octobre de 14 à 17H (suivi à 17H puis 18h de projections-débats sur inscription)
Samedi 24 octobre 11-14h
Inscription: marseilleprivatopia@free.fr
 
Vendredi 23 octobre, projections de films et débats 17h et 18h COMPLET
nous proposons un moment de visite  et d’échanges à 16h en présence des exposants (chercheurs et artiste)  –  marseilleprivatopia@free.fr

 
soirée débat de finissage  et débat sur « filmer les résidences fermées » (complet)
16H visite commentée suivie de
séance 17 H : 
Marie-Noëlle Battaglia (film « En remontant les murs », 2019, 50 min)
séance 18h
18h  Marie-Noëlle Battaglia (film « En remontant les murs », 2019, 50 min)
19H Gaspard Hirschi (film « Ô châteaux », tournage 2020, séquence de 20 min)
19h30 Fatima Sissani (film en cours de tournage sur Plan d’Aou, rushes 2020 )
20h débat général avec Julien Dario, Elisabeth Dorier, Anke Doberauer et les 3 cinéastes

« Privatopia », terme inventé par le politiste Mc Kenzie pour le contexte nord américain, qualifie ici l’utopie (ou la dystopie) du gouvernement privé des villes  : le rêve d’un monde urbain produit, organisé et rentabilisé par des investisseurs pour une société de copropriétaires et de clients de services payants, face au retrait de l’action publique. Aux antipodes du concept de « droit à la ville », Privatopia définit des cadres de vie urbains  « sur mesure » et de qualité proportionnelle aux moyens financiers de chacun. 

Aux portes de Privatopia, les centres urbains anciens, après des phases de déclin et d’abandon, évoluent en espaces de consommation et de loisirs. Aux marges de Privatopia, les citadins sans moyens financiers peuvent trouver des espaces de première nécessité pour se loger à prix abordable et jouer leur rôle économique dans l’espace urbain.

Les enclosures résidentielles  sont envisagées ici comme expression typique de la ville néo-libérale (inégalités assumées, production de la ville par le privé ou par des partenariats publics-privés, délégation au privé de la surveillance,  de la sécurité, de la gestion des espaces).

Depuis 2007 une équipe d’universitaires géographes d’Aix Marseille Université explore Marseille sous la direction d’Élisabeth Dorier, en y cartographiant l’emprise croissante des « résidences fermées ». Ces  enclosures sécurisées révèlent une ville produite et gérée par promoteurs et copropriétaires, tournant le dos à la rue et aux espaces publics :  ce que E. Mc Kenzie appelait « Privatopia ». Fragmentation des espaces et replis sociaux accompagnent la banalisation de ce phénomène. En 2014,  l’artiste Anke Doberauer s’est jointe à cette exploration. Ses peintures réalisées « en plein air » dans les résidences fermées soulignent l’omniprésence des murs et jardins clos. Ils délimitent des réserves de qualité de vie, face à des espaces publics délaissés. La résidence fermée pourrait  ainsi  être assimilée au paradis terrestre : un espace très sélectif.

L’exposition présente une série de  cartes montrant l’histoire de cette dynamique privée à Marseille, les modes de production des enclosures actuelles et leurs impacts urbains dans le temps et dans l’espace. A travers la sélection retenue pour cette exposition, les résidences fermées sont aussi abordées dans leur diversité et la complexité de leur histoire et de leur inscription territoriale. Enfin, l’exposition explore la fascination que peut exercer chez l’artiste, comme chez le promeneur, la beauté et le secret de certaines de ces enclaves urbaines sélectives, où seuls les invités peuvent pénétrer…

Le projet MARSEILLE PRIVATOPIA est issu de deux études universitaires menées sous la direction d’E.Dorier et co-financées, l’une par le PUCA entre 2007 et 2010 (« les urbanités d’une ville fragmentée), l’autre par la Ville de Marseille en 2013-2014 (Enclaves sécurisées et ville passante), puis d’une série de masters et enfin d’une thèse co-financée par la Région PACA (J.Dario, Géographie d’une ville fragmentée,  morphogenèse, gouvernance des voies et impacts de la fermeture résidentielle à Marseille) et  soutenue en 2019).  L’ensemble a fourni  une base de données, un SIG (ou « Système d’information géographique »),  des milliers de  photographies de terrain, dont les quelques cartes et clichés présentés ici constituent un petit aperçu.
Plus de détails sur ces études  et publications  sur cette autre  page.

A partir de 2014, une collaboration se noue avec l’artiste peintre Anke Doberauer (photos et  tableaux), rendue possible grâce à une résidence commune à la Fondation Camargo (2014) et à un premier financement du Goethe Institut.  Cette collaboration a déjà donné lieu à des présentations croisées, à la Fondation Camargo et au « Petirama » de la Friche de la belle de mai (3 avril 2019) qui préfiguraient cette exposition. 
L’exposition qui voit enfin le jour en 2020 est co-financée par la région PACA à travers l’appel à projet « carte blanche aux artistes » 2019, par l’Université d’Aix Marseille, à travers le LPED (Institut OSU Pytheas) et est soutenue par le Goethe Institut  et par le Consulat d’Allemagne à Marseille.

E.Dorier

RADIO podcasts :  https://rcf.fr/culture/livres/exposition-privatopia


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search