Urbanicités : entre fragmentation et continuités urbaines

“URBANICITES”.

Ce carnet de recherche vise à rendre visible les éléments des diverses recherches universitaires menées depuis 2007 sous la direction d’E.Dorier par  une équipe de géographes, enseignants-chercheurs, doctorants, étudiants de master. Il s’agit de décrypter certaines des transformations urbaines, sociales, environnementale et politiques de l’agglomération marseillaise. On explore la ville en y interrogeant ses formes de différenciation  : entre fragmentations, inégalités et continuités territoriales, et en cherchant comment évoluent actuellement ses urbanités.
Ces travaux en cours s’intéressent aux dynamiques d’une urbanisation qui paraît de plus en plus “insoutenable” tant du point de vue environnemental que social…  et au paradoxe qui fait qu’une ville sous tension comme Marseille,  “fonctionne” quand même socialement, au travers de compromis citadins multiples et constants et d’arrangements à tous les niveaux…  qui peuvent être fragiles et remis en question. Ces formes d’humanité prises en compte par l’approche géographique,  nous les résumons ici par le néologisme d’urbanicité

principaux axes des recherches :

Etalement urbain, fragmentation et inégalités  à Marseille  depuis 2007, recherches sur l’habitat, la production immobilière et la multiplication d’enclaves résidentielles et territoires fermés à Marseille : quelles urbanités pour une ville fragmentée ? Comment ces espaces urbains étalés et fragmentés sont-ils investis et “habités” ?  Comment évoluent les inégalités sociales et territoriales liées au logement, espaces et équipements publics avec les grands projets actuels de rénovation urbaine et avec la gentrification ?
•Enjeux de la “qualité environnementale” et liens entre inégalités sociales, territoriales et injustices écologiques à Marseille.  Approche lancée par l’ANR EUREQUA  Evaluation mUltidisciplinaire et Requalification Environnementale des QUArtiers 2012-2017. Enjeux importants dans l’adaptation des espaces urbains et la vie des habitants face au dérèglement climatique et aux canicules et sécheresses qui affectent la métropole Aix Marseille.
Les jeunes et la ville : espaces vécus, représentations et projets : GRAPHITE, Géographie prospective des territoires urbains   recherche action  et véritable “observatoire” lancé entre 2015 et 2019 dans l’ensemble de la région Provence Alpes Côte d’Azur et recentré sur  Marseille depuis 2020. Cette recherche collaborative est menée depuis 2015 à partir des établissements scolaires, auprès de jeunes  et de leurs enseignants  de tous types de quartiers (populaires et favorisés, du centre ville aux périurbain). Elle vise à caractériser les expériences vécues, pratiques, représentations sociales. Les jeunes nous transmettent leur connaissance des territoires, permettant d’analyser les inégalités de cadre de vie, d’accessibilité aux aménités urbaines. 
Les produits de cette recherche-action (portraits de territoires et mini projets des jeunes) sont diffusés sur un site web dédié : https://graphite.lped.fr/
Fragmentation scolaire, enjeux de citoyenneté des jeunes à Marseille, en lien avec l’Education nationale et avec les Cités Educatives de Marseille : Après une recherche sur la fragmentation des territoires scolaires (Audre, 2015), les enquêtes collaboratives lancées depuis 2015 auprès de lycéens et collégiens dans le cadre du projet GRAPHITE nourrissent aussi une réflexion sur les formes d’expression de la  citoyenneté des jeunes dans les quartiers, leur prise de conscience, leur capacité de projection territoriale en tant qu’habitants.

L’originalité est d’aborder ces questions sur la durée et de manière “géographique”, donc intégrée et dynamique, en combinant des approches de terrain avec un traitement de données statistiques et cartographie/SIG (système de traitement géographique), nécessitant un appareil méthodologique multidimensionnel. Et le défi d’une recherche au long cours.
Nous partons d’approches empiriques de la matérialité urbaine (environnement, occupation du sol, bâti), des jeux d’acteurs, des  vécus d’habitants.  Nous attachons autant d’importance à diverses approches  : géohistoriques, environnementales (discontinuités et inégalités écologiques et bioclimatiques, accès aux aménités), humaines au sens de socio-spatiales (géographie des inégalités de revenus, logement,  pauvreté), approches socio-anthropologiques  de l’espace vécu (séparatismes, sentiment d’injustice et revendications), politiques (régulations, contradiction des actions publiques, contestations) ou économiques (action croissante d’opérateurs privés dans la production et la gestion urbaine).

contact : Elisabeth Dorier


Ces travaux ont été  menés sous la direction d’E. Dorier en collaboration avec S. Bridier et X. Durang (LPED),  G.Audren (thèse au LPED, puis Telemme) et V. Baby-Collin (UMR Telemme), I. Berry-Chickhaoui  et F. Valegeas (UMR Art-Dev) et S.Schwartzmann.  Trois thèse soutenues (G.Audren, 2015, LPED, codirigée avec V.Baby-Collin, J.Dario en 2019 codirigée avec S.Bridier ,  P.Toth, en  2023 ) et de nombreux masters dirigés au LPED contribuent à ces approches. Ces enquêtes ont été conduites grâce à des contrats de partenariats externes et des recherches-actions (PUCA, Ville de Marseille, région SUD PACA, Cités Educatives, association la ManuFabriK, association un Centre Ville Pour Tous, Fondation Abbé Pierre).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search