Les enclaves résidentielles à Marseille : logiques spatiales, formes et représentations

Depuis 10 ans une série d’études, des masters et plusieurs thèses associant approches quantitatives et qualitatives  questionnent les facteurs et effets géographiques, sociaux, politiques, économiques et environnementaux associés à la « fermeture » d’ensembles résidentiels intra-urbains à Marseille. L’ensemble vise à quantifier et caractériser la grande diversification sociale et spatiale des formes d’ensembles résidentiels fermés, « sécurisés », dans le contexte d’une fragmentation urbaine forte et qui s’accroît aux échelles fines.

La forte multiplication des « résidences fermées sécurisées » dans les villes françaises pourrait être attribuée aux inquiétudes des habitants pour leur sûreté, ou à  leur qualité de vie, thèmes centraux dans les discours politiques des récentes campagnes électorales nationales et municipales… on peut aussi se focaliser sur la globalisation immobilière, mais  les études sont de plus en plus nuancées.

A Marseille, depuis 2007, nous avons voulu creuser l’idée de la complexité territoriale : la diffusion des enclosures semble enracinée dans la géohistoire urbaine, multi-factorielle et n’a pas la même signification dans tout l’espace urbain. L’analyse géographique fine du processus nous permet de comprendre non seulement ses facteurs mais aussi ses impacts dans des contextes très divers : quartiers bourgeois du littoral sud, rues anciennement ouvertes qui se ferment près du centre,  lotissements périphériques le long du massif des calanques,  périmètres de rénovation urbaine…

Méthodologie

Nous avons construit une méthodologie originale afin de prendre la mesure du phénomène à l’échelle d’une ville entière, ce qui n’a pas été réalisé ailleurs en France: il faut donc se garder des surinterprétations. A deux reprises (2008 et 2013), a commune entière a été arpentée, chaque ensemble résidentiel fermé a été géolocalisé dans un SIG, inventorié, décrit, photographié, afin d’établir un corpus exhaustif : 1001 résidences ou lotissements étaient enclos en 2009, plus de 1530 en 2013.

Le recours au SIG  permet  de donner sens à leur distribution spatiale, en croisant les localisations avec le cadastre,  la chronologie des programmes immobiliers, les inégalités sociales, les questions de circulation, les enjeux de qualité environnementale.  Plus de la moitié des ensembles fermés sont collés les uns aux autres, par grappes, transformant la physionomie et les usages possibles de l’espace urbain.

Par des analyses d’archives, des enquêtes à échelle fine de contextes urbains, des entretiens avec acteurs et habitants, des analyses de périmètres de la politique de la ville, le suivi de conflits de voisinages  nous avons ensuite analysé les facteurs et impacts associés aux enclosures (thèses en cours de J.Dario et de P. Toth).

L’ensemble de cette démarche souligne le rôle de la transition libérale, individualiste et sécuritaire en cours, associé au règne de a voiture dans la ville (beaucoup de clôtures ont au départ pour justification le seul parking), qui freine d’autres évolutions souhaitables (transition écologique, inclusion sociale). Mais l’on constate une complexité territoriale du processus et son épaisseur historique. Dans des contextes de fortes recompositions urbaines (spatiales, foncières, sociales, démographiques), et dans les périmètres de nouvellement urbain, très touchés par la tendance (utilisée comme outil de diversification de l’habitat et de mixité sociale), le processus n’a pas partout les mêmes motifs ni les mêmes impacts socio-environnementaux.

E.Dorier et S.Bridier

Plusieurs rapports, mémoires et articles déjà ont été produits dans le cadre de ce programme de recherche, et notamment :

Rapports de recherche :

DORIER E. DARIO J. ROUQUIER D. BRIDIER S. , (2014), Bilan scientifique de l’étude « Marseille, ville passante », Contrat de collaboration de recherche : « Développement urbain durable à Marseille » n°12/00718, 13 cartes, 18 croquis, 24 tableaux. juin 2014, 90 p.

DORIER E. (dir), BERRY-CHIKHAOUI I., BRIDIER S., BABY-COLLIN V., AUDREN G., GARNIAUX J. (2010), La diffusion des ensembles résidentiels fermés à Marseille. Les urbanités d’une ville fragmentée, rapport de recherche au PUCA, Contrat de recherche D 0721 ( E.J. 07 00 905), 202 p, 35 cartes et croquis, 30 graphiques, 68 illustrations photographiques.

Articles scientifiques :

Dorier E, Berry-Chickhaoui I, Bridier S . (2012) Fermeture résidentielle et politiques urbaines, le cas marseillais. In Articulo – Journal of Urban Research, n°8 (juillet 2012).
Audren, G., Dorier, É. et Rouquier, D. (2015). « Géographie de la fragmentation urbaine et territoire scolaire : effets des contextes locaux sur les pratiques scolaires à Marseille », Actes de colloque. Rennes, ESO, CREAD, Université de Rennes 2. Actes en ligne.
Dorier E., Dario J., (2016), « Des marges choisies et construites: les résidences  fermées», in Grésillon E., Alexandre B., Sajaloli B. (cord.), 2016. La France des marges, Armand Colin, Paris, p. 213-224.

Posters scientifiques :

Dario J. Rouquier D. et Dorier E. 2014, Les Ensembles résidentiels fermés à Marseille, in SIG 2014, Conférence francophone ESRI, 1-2 octobre 2014 – http://www.esrifrance.fr/iso_album/15_marseille.pdf

Dario J. Rouquier D. et Dorier E, 2014, Marseille, fragmentation spatiale, fermeture résidentielle, LPED – Aix-Marseille Université, poster scientifique, Festival international de géographie de Saint Dié, oct 2014. https://www.reseau-canope.fr/fig-st-die/fileadmin/contenus/2014/conference_Elisabeth_Dorier_poster_LPED_1_Marseille.pdf

Dario J. Rouquier D. et Dorier E,, 2014, Marseille, Voies fermées, Ville passante, LPED – Aix-Marseille Université, poster.  http://www.reseau-canope.fr/fig-st-die/fileadmin/contenus/2014/conference_Elisabeth_Dorier_poster_LPED_2_Marseille.pdf

Médias

Dorier E. Dario J., 10 fev 2013, « Fermetures éclair » in revue Esprit de Babel, http://www.esprit2babel.net/2013/02/fermetures-eclair/

Dorier E. Dario J., 4 oct 2013, « Hautes clôtures à Marseille », in Le libé des géographes. (1 p, 1 carte) http://www.liberation.fr/societe/2013/10/03/hautes-clotures-a-marseille_936834
Dorier E. , 7 avril 2013, « Le phénomène des résidences fermées est plus important à Marseille qu’ailleurs », Marsactu, talk quartiers, archi et urbanisme, http://www.marsactu.fr/archi-et-urbanisme/le-phenomene-des-residences-fermees-est-plus-important-a-marseille-quailleurs-30791.html

Dorier E. , et Dario.J. 20 mars 2014, interview in MARSACTU , société : 29% de logements sont situes en residences fermees à Marseille


Vous aimerez aussi...